Comment maîtriser la consommation d’eau de son jardin ?

Comment maîtriser la consommation d’eau de son jardin ?

Si vous souhaitez maîtriser votre consommation d’eau au jardin, quelques habitudes faciles à prendre vous permettront de réaliser des économies substantielles tout en faisant un geste écologique. Une piste consiste à économiser l’eau en l’utilisant à bon escient, une autre à mettre en place des systèmes de récupération de l’eau de pluie et une troisième à planter des espèces végétales moins gourmandes en eau.

Économiser l’eau au jardin

Il existe plusieurs façons d’économiser l’eau d’arrosage au jardin : préparer la terre par des binages réguliers, adopter de bonnes pratiques d’arrosage et mettre en place des paillis protecteurs.

Un binage vaut deux arrosages

Selon un adage bien connu, « un binage vaut deux arrosages ». En effet, un binage régulier casse la croûte superficielle du sol, ce qui permet à l’eau de mieux s’infiltrer en profondeur jusqu’aux racines des végétaux et de leur être plus profitable. En outre, le binage élimine les adventices, habituellement promptes à se gorger de l’eau d’arrosage.

 

Un arrosage bien conduit

Afin de limiter les quantités d’eau utilisées au jardin, il s’agit d’optimiser chaque arrosage. Voici cinq bonnes pratiques à adopter à cet effet :

– Bien arroser les végétaux nouvellement plantés : un arrosage copieux est indispensable au moment de la plantation. Ensuite, pendant les deux premières années après la plantation, des arrosages réguliers sont nécessaires pour tous les végétaux, y compris ceux qui sont résistants à la sécheresse et pourront se débrouiller seuls ensuite.

– Arroser moins souvent, mais copieusement: multiplier de petits arrosages superficiels revient à gaspiller de l’eau inutilement, car elle n’atteindra pas les racines des végétaux. C’est pourquoi il est préférable d’espacer les arrosages, mais d’apporter chaque fois une copieuse quantité d’eau en la laissant s’écouler lentement. Cette façon de faire favorise de plus un enracinement profond, qui permettra ensuite aux plantes d’aller elles-mêmes chercher loin dans le sol l’eau qui leur est nécessaire.

– Par temps chaud, arroser tard le soir pour limiter les pertes par évaporation.

– Arroser directement au pied des végétaux plutôt que par aspersion, afin de concentrer l’eau là où elle est directement utile. Pour rendre l’arrosage plus efficace encore et éviter que l’eau ne se disperse, il est recommandé d’aménager des cuvettes d’arrosage autour des végétaux, c’est-à-dire des espaces en creux délimités par un bourrelet de terre.

– Installer des systèmes d’arrosage goutte-à-goutte ou par tuyaux microporeux chaque fois que possible : très bénéfique pour les légumes, ils permettent de diminuer considérablement la consommation d’eau au potager.

Un paillage protecteur

Lorsqu’on cherche à limiter la consommation d’eau au jardin, le paillage est une pratique essentielle : à condition d’être suffisamment épais, il permet de freiner efficacement l’évaporation de l’eau. Le sol restant plus frais nécessite ainsi moins d’arrosages.

Récupérer l’eau de pluie

Une autre façon de limiter sa consommation d’eau coûteuse du réseau consiste à récupérer l’eau de pluie ruisselant de la toiture.

Les récupérateurs d’eau les plus courants sont des modèles hors sol, d’une capacité allant généralement de 200 à 600 litres. Certains offrent en outre une esthétique compatible avec celle de votre jardin.

D’autres récupérateurs d’eau de pluie plus volumineux peuvent être enterrés dans le sol, vous permettant de disposer d’une réserve d’eau plus importante, jusqu’à 5 000 litres.

Planter des espèces végétales moins gourmandes en eau

Une dernière façon de limiter votre consommation d’eau au jardin consiste à planter des végétaux peu gourmands en eau.

Au jardin d’agrément, le choix est vaste, si bien qu’il est même possible de planter un jardin sec, qui vivra pratiquement sans arrosages après les deux premières années. Voici quelques exemples de végétaux d’une sobriété exemplaire :

– Arbustes : albizia, althéa, buddléia, céanothe, cistes, laurier rose…

– Vivaces : acanthes, achillées, alchémilles, euphorbes, gauras, sauges, sédums et tous les végétaux à feuillage gris et/ou duveteux (lavande, pérovskia, santoline, oreilles d’ours ou Stachys byzantina, cinéraire…)

– Graminées : pennisetums, fétuques, stipas, miscanthus…

Même au potager, il est possible de cultiver certains légumes moins gourmands en eau, comme de nombreux légumes racines (asperges, panais, betteraves rouges, topinambours, carottes, pommes de terre) ou encore les fèves, les crosnes, l’ail, l’oignon et l’échalote.

Au potager comme au jardin d’agrément, il est possible et souhaitable d’un point de vue écologique d’économiser l’eau. C’est en agissant simultanément dans plusieurs directions que vous parviendrez au meilleur résultat !

Notre sélection

Panais demi long de Guernesey

Fourche & Compagnie

3,00 €

Betterave en mélange

La Ferme de Sainte Marthe

4,25 €

Ruban carotte touchons

La Ferme de Sainte Marthe

4,95 €

Comment protéger les arbres et les arbustes des fortes chaleurs ?

Lire la suite

Comment bien préparer son jardin avant de partir en vacances ?

Lire la suite

Glycine : variétés, plantation et entretien

Lire la suite