Comment rafraîchir son chat pendant la canicule ?

Comment rafraîchir son chat pendant la canicule ?

Tout comme le chien, le chat n’a guère de choix pour combattre physiquement la chaleur. Doté de glandes sudoripares uniquement sur les coussinets, il transpire peu et régule donc assez mal sa température corporelle. De même, le halètement n’est pas un réflexe naturel chez lui. Cela étant dit, quelques atouts physiques et une adaptation comportementale offre au chat une meilleure résistance à la canicule que votre compagnon canin. Ce qui ne doit pas vous empêcher pas d’être vigilant(e) et de donner un coup de pouce à votre félin préféré !

Rafraîchir mon chat pendant la canicule : les indispensables

Le chat déploie par instinct un certain nombre de mécanismes et de comportements qui lui permettent d’affronter les fortes chaleurs.

 

La configuration même de son système urinaire, une rétention d’eau importante quand il fait chaud mais aussi et surtout un ajustement spontané de son comportement sont des atouts importants pour votre félin.

Ainsi, celui-ci se protègera du soleil, recherchera seul la fraîcheur, ralentira de lui-même son activité. Il entrera dans une forme de “mise en veille” volontaire qui ne devra pas vous alarmer.

 

Il reste que des mesures seront à prendre pour le soulager en cas de canicule.

Pour l’aider dans sa recherche de confort, vous pouvez veiller à un certain nombre de points.

Maintenez un environnement frais

 

Aérez la maison ou sa pièce dédiée au petit matin puis en maintenant volets ou rideaux fermés jusqu’au soir.

 

Laissez l’accès aux endroits les plus frais de la maison : cave, buanderie, salle de bain.

 

Installez à distance un ventilateur en vous assurant toutefois que celui-ci ne provoque pas de stress chez votre compagnon.

 

Humidifiez régulièrement les espaces de repos, qui seront de préférence carrelés.

 

Rafraîchissez son couchage en y plaçant une bouteille d’eau précédemment mise au congélateur. Toutefois le plus efficace demeure le tapis rafraîchissant dont le gel intérieur ne nécessite aucune réfrigération préalable.

Adaptez son alimentation

 

L’hydratation reste l’élément primordial.

Tous les moyens seront bons pour s’assurer qu’elle soit suffisante et motiver votre chat :

– la fontaine à eau proposera une eau en mouvement, constamment renouvelée et bien fraîche ;

– la multiplication des sources d’eau, placées à des endroits stratégiques, maintenues propres et rafraîchies régulièrement grâce à l’apport de glaçons (sans toutefois exagérer car une eau glacée peut provoquer des diarrhées) ;

– l’introduction d’une nourriture plus humide seule ou mélangée aux croquettes habituelles (pâtée, jus de viande ou de poisson, etc.). Pour les petits mangeurs ou les grands joueurs, vous pouvez préparer des glaçons-nourriture à base de pâtée mixée avec de l’eau et du bouillon ou du jus de viande. Attention cependant à jeter l’alimentation humide non consommée et à ne pas recongeler un aliment ayant déjà été congelé.

Conseil Jardiland : surveillez les chats vieillissants et ceux en surpoids qui seront particulièrement vulnérables face à la canicule. Maintenez l’alimentation essentielle mais n’hésitez pas à réduire les portions.

Prenez soin de son corps

 

Brosser votre chat régulièrement pour le débarrasser des poils morts et de la saleté. S’il est à poils longs, vous pouvez songer à lui faire une coupe courte.

 

Humidifiez son corps à l’aide d’un gant mouillé, pas trop froid. Passez sur ses pattes, entre ses oreilles et, si cela ne le stresse pas, sur son ventre. S’il l’accepte, utilisez un brumisateur sans jamais vaporiser son visage.

 

Conseil Jardiland : aussi tentant que cela puisse être lorsque vous voyez votre chat souffrir de ses poils longs et épais, ne le rasez pas ! Vous perturberiez de trop sa régulation thermique naturelle et l’exposeriez en plus aux risques de coups de soleil.

Prendre en compte la sensibilité à la chaleur selon la race

Si tous les chats souffrent en général de la canicule, leur résistance aux fortes chaleurs varie tout de même selon la race. Si vous envisagez d’adopter et vivez sous un climat très chaud, il est important de prendre ceci en considération.

 

Ainsi, les chats à poils longs et les chats brachycéphales – à museau aplati – sont plus vulnérables. On citera en particulier le Norvégien, le Selkirk Rex, le Sibérien, le Nebelung, le Persan, le Scottish Fold, le Britsih Longhair, l’Himalayen et le Maine Coon. Outre le fait que leur pelage long et épais sera bien sur un handicap, vous devrez être également vigilant(e) sur la survenue de troubles digestifs. En effet, ces chats se feront la toilette plus souvent pour se rafraîchir et augmenteront donc le risque d’ingérer des boules de poils.

Les chats sans poils comme le Sphynx, le Donskoy ou le Peterbald nécessitent eux aussi une attention particulière. En l’absence de pelage, ils sont bien évidemment plus enclins à prendre des coups de soleil. Mais ce sont également des races qui produisent d’ordinaire plus de sébum. Par temps chauds, ceci augmentera l’inconfort. Il faudra donc baigner votre chat plus souvent.

Protéger mon chat de la chaleur: les bons réflexes

Un chat n’est pas un chien, il est la plupart du temps bien plus difficile à canaliser. Fort heureusement par temps de canicule, il adaptera son attitude aux circonstances et modulera son activité mieux qu’un chien. À vous également de veiller sur lui et d’être vigilant sur quelques points.

 

Tentez de le maintenir à l’intérieur aux heures les plus chaudes de la journée. Si votre chat insiste pour rester dehors, assurez-vous qu’il dispose de plusieurs espaces ombragés – herbeux si possible, régulièrement humidifiés – et d’eau fraîche et propre en quantité suffisante.

 

Pour les plus joueurs, réfrénez leurs ardeurs. Pas de parties de jeu, pas de cascades ! Instaurez une ambiance qui va l’inciter au repos, au calme, la sieste étant sa meilleure alliée en période de fortes chaleurs.

 

Évitez de vous déplacer avec lui sauf cas d’extrême nécessité. Si vous devez le placer en caisse, assurez-vous que celle-ci soit bien ventilée, placez un tapis rafraîchissant et un abreuvoir. De même, ventilez l’habitacle de la voiture sans toutefois placer le chat en plein courant d’air. Lancez la climatisation si nécessaire mais sans exagérer car le choc thermique à la sortie pourrait être tout aussi préjudiciable.

Enfin, ne laissez jamais, sous aucun prétexte votre chat dans un véhicule fermé à l’arrêt. Même pour cinq minutes, même à l’ombre !

Coup de chaleur : repérez les signes !

En cas d’hyperthermie, c’est-à-dire d’élévation anormale de la température corporelle, le chat n’aura que peu d’armes, ce sera à vous d’agir et rapidement. Si elle dépasse 39.5°C, votre chat est potentiellement en danger – sa température normale se situe en moyenne à 38.5°C. Voici quelques signes qui ne trompent pas et qui devront vous inciter à emmener votre chat immédiatement chez le vétérinaire :

– respiration difficile et halètement excessif, sachant que contrairement au chien, haleter n’est ni naturel ni utile chez le chat;

– salivation et bave, qui sont généralement des signes de température corporelle trop élevée;

– vomissements qui en plus du stress et de l’inconfort peuvent conduire à une déshydratation ;

– langue et gencives rouges ou au contraire très pâles ;

– agitation, toilettage excessif, désorientation qui sont autant de signes de détresse.

En attendant le rendez-vous chez le vétérinaire, placez votre animal dans un lieu frais, humidifiez-le avec un gant frais mais pas glacé, sans le tremper. Apaisez-le et tentez de le faire boire sans le forcer.

Sur le moyen terme, une perte totale d’appétit et une léthargie absolue pourraient également cacher un coup de chaleur indétecté et non surmonté. Là encore, il vous faudra prendre contact avec un vétérinaire.

Comment bien nourrir son chat ?

Lire la suite

Comment créer un habitat confortable pour mon chat ?

Lire la suite