Palmier : plantation, entretien et taille

Palmier : plantation, entretien et taille

La grande famille des palmiers offre une telle diversité qu’il est possible de trouver le sujet qui convient à chaque région, à la culture en pot ou dans un espace réduit comme le balcon. Tout le monde peut profiter de ce végétal qui invite au rêve et à l’exotisme !

Présentation du palmier

Les palmiers font partie de la famille botanique Arécacées qui compte près de 200 genres différents présents dans les zones tropicales et subtropicales du globe. Ces palmiers offrent une grande diversité de taille, du petit palmier de quelques dizaines de centimètres au palmier géant de plus de 30 m, et de silhouettes différentes ; même si généralement elle se présente sous forme d’un long tronc appelé stipe surmonté d’une couronne de palmes. Ce stipe est lisse, annelé, fibreux ou couvert de cicatrices laissées par les pétioles des vieilles palmes.

Les palmes qui font toute la beauté graphique du palmier sont disposées en éventail, pennées (divisées en pétioles disposées autour d’un axe central) ou costapalmées, un mixte des deux précédentes formes (en éventail avec axe central). La palme peut être entière ou profondément découpée selon le genre du palmier, souple ou très coriace et même très épineuse. Le feuillage des palmiers décline une large palette de verts nuancés par des revers plus grisés par la présence d’écailles ou de couche cireuse.

 

Palmier nain

5,95 €

Palmier éventail

16,95 €

Palmier nain

3,95 €

Le palmier est souvent dioïque, c’est-à-dire que les fleurs femelles et mâles sont portées par des sujets différents. La pollinisation est alors assurée par le vent ou les insectes. Les fleurs, produites à la fin du printemps ou en été, sont petites, blanches, crème ou jaunes, parfois délicieusement parfumées. Elles sont regroupées en grandes inflorescences situées au sein du feuillage ou à la base des palmes. Fécondées, les fleurs femelles se transforment en fruits charnus ayant l’apparence de drupes ou de baies, minuscules ou énormes, et parfois comestibles comme la noix de coco !

 

Offrant des rusticités très variables, les palmiers se plaisent généralement dans les régions à climat doux comme le climat méditerranéen et le climat atlantique. Toutefois, des variétés bien rustiques, résistant au froid, peuvent s’inviter en pleine terre dans quasiment toutes les régions de France. À défaut, on cultive les palmiers en pot à protéger du gel en hiver. 

Espèces et variétés de palmier

Voici une petite sélection des palmiers de jardin, se plaisant à l’extérieur, plantés en pleine terre ou en pot.

 

Trachicarpus fortunei ou palmier chanvre : il mérite « la palme » de résistance au froid (jusqu’à -15 °C sur de brèves périodes). Il peut être cultivé partout dans le pays (hormis en altitude en région froide). Grandes palmes vert sombre. Grappes de fleurs jaune vif de près de 1 m de long sur les sujets adultes. Hauteur : 15 à 20 m (dans ses régions d’origine). La variété ‘Wagnerianus’ (palmier miniature du Chusan) est un petit palmier idéal en pot (ne dépasse pas les 5 m). Ses besoins : un sol profond, riche et frais. Une bonne humidité ambiante. Le plein soleil dans le nord du pays, la mi-ombre dans le sud.

Chamaerops humilis ou palmier nain : ce palmier européen est plutôt bien résistant au froid (jusqu’à -12 °C). Palmes rigides et érigées, vert clair à vert bleuté. Sujets variables : sans stipe, stipe unique ou plusieurs stipes en touffe. En pot ou pleine terre. Parmi les variétés, citons var cerifera au feuillage presque bleu et ‘Vulcano’ au port en touffe de 2,50 m de haut. Leurs besoins : chaleur et soleil. Substrat ou sol léger, même pauvre. 

 

Washingtonia robusta ou palmier mexicain : ce palmier possède un stipe mince dépassant 25 m de haut (dans ses régions d’origine), ses palmes sont vert vif brillant presque circulaires. Sa rusticité est modérée (-5 °C). Culture : plutôt en pleine terre. Ses besoins : un fort ensoleillement, de la chaleur. En été, des apports réguliers en eau et en engrais.

Plantation du palmier

Plantez le palmier de préférence au printemps et en été quand il entre dans sa phase de croissance intense. Attendez que le sol soit bien réchauffé si vous le plantez en pleine terre. Pour planter le palmier en pot, choisissez une espèce ou une variété à petit développement pour faciliter l’entretien futur.

 

Le plein ensoleillement n’est pas nécessaire pour tous les palmiers. Certains préfèrent une situation tamisée qui évitera aux palmes de griller. Les jeunes sujets sont plus sensibles aux brûlures du soleil que les palmiers adultes. Évitez également les courants d’air qui abîment les palmes et les dessèchent.

 

Côté sol, la majorité des palmiers se plaisent dans tout type de sol. Quelques espèces craignent toutefois le calcaire et les sols lourds et argileux, qui ont tendance à retenir l’eau en hiver et à sécher en été.

Créez une fosse de plantation d’au moins 3 fois le volume de la motte du palmier. Amendez la terre avec des fumures organiques bien décomposées. Hydratez bien la motte du palmier avant sa mise en terre. Manipulez avec précaution, car les racines sont fragiles. Après plantation, le chevelu racinaire ne doit pas être visible. Si le palmier est grand, prévoyez un tuteurage le temps qu’il se soit bien ancré dans le sol. Tassez avec le pied pour stabiliser le palmier. Formez une cuvette d’arrosage autour du pied du palmier et arrosez copieusement pour éviter les poches d’air.

Si vous plantez le palmier en pot, offrez-lui un contenant lourd et stable d’un diamètre légèrement supérieur à celui de son pot d’origine et impérativement percé de trous de drainage. Complétez avec une couche de billes d’argile sur ¼ de la hauteur du pot. Utilisez un terreau spécial plantes méditerranéennes, mélangé avec   votre terre de jardin.

Entretien et taille des palmiers

Veillez à arroser régulièrement et copieusement les palmiers installés au jardin en pleine terre les premières années suivant la plantation. Le sol doit rester frais, mais sans excès. Paillez autour du stipe pour limiter l’évaporation. En hiver, réduisez la fréquence des arrosages du palmier. Évitez d’arroser le stipe et le feuillage.

 

En pot, arrosez avec doigté : le substrat ne doit pas dessécher ni être gorgé d’eau. Diminuez les arrosages en hiver.

 

Côté fertilisation, la décomposition du paillis peut suffire pour le palmier installé en pleine terre. Sauf en sol très pauvre et filtrant, où il sera utile d’apporter un engrais pour plantes méditerranéennes, en période de pousse du palmier.  Apportez un engrais liquide spécial plantes vertes une à deux fois par mois de mai à août au palmier en pot. Rempotez seulement quand le substrat est colonisé par les racines. 

La taille des palmiers se pratique à la fin du printemps et en début d’été. Avec des outils parfaitement désinfectés et aiguisés, supprimez les palmes sèches au ras du stipe. Si vous devez tailler une palme bien vivante, procédez en deux fois. Coupez le pétiole à 20 cm du stipe. Attendez plusieurs saisons pour couper à ras ce reste de pétiole qui aura séché.

Parasites et maladies du palmier

Pour éviter les maladies (pourritures, taches foliaires, anthracnose, fusariose), veillez à cultiver le palmier dans de bonnes conditions de culture : pas d’excès d’eau surtout en hiver, pas de stress hydrique, pas de froid persistant…

Un jaunissement des palmes peut être dû à une carence, telle une chlorose qui révèle un manque de certains éléments, comme le fer. L’apport d’engrais en  limitera les effets.

 

Le palmier peut se montrer sensible aux pucerons, aux cochenilles et aux acariens. Veillez à inspecter régulièrement les feuilles et leur revers.

 

Depuis quelques années, les palmiers plantés dans le sud de la France sont victimes d’un grand papillon diurne et palmivore venu d’Amérique du Sud. Sa chenille creuse des galeries dans le stipe dont elle se nourrit et finit par faire dépérir le palmier. En cas d’attaque avérée, seul un professionnel formé et agréé est habilité à traiter le palmier.

Comment entretenir les plantes méditerranéennes ?

Lire la suite

Que planter sur un balcon orienté plein sud ?

Lire la suite

Bananier : variétés, plantation et entretien

Lire la suite