Comment soigner les maladies de ses plantes d'intérieur ?

Comment soigner les maladies de ses plantes d'intérieur ?

À tout moment de sa culture, une plante d’intérieur peut donner des signes de fatigue et de mauvaise santé. Les symptômes pourront être divers avec une altération de l’apparence ou de la croissance par exemple. Les causes, elles, seront tout aussi variées, des conditions de culture inadéquates à l’infestation de parasites. Mais rien n’est impossible à qui sait observer et réagir. Passage en revue des gestes simples pour repérer, identifier, prévenir et soigner les maladies et parasites de vos plantes d’intérieur.

Quels sont les ravageurs des plantes d'intérieur ?

On les repère plus ou moins facilement. Ils s’installent à la faveur d’une ambiance chaude, de l’humidité ou encore d’une fertilisation inadéquate et sont à éliminer pour préserver la bonne santé de vos végétaux. Quels sont ces ravageurs qui mettent à mal et provoquent des maladies chez vos plantes d’intérieur ?

Les araignées rouges

Acarien microscopique, l’araignée rouge pique  le revers des feuilles pour se nourrir de leur contenu. Elle affectionne les ambiances chaudes et sèches et attaquent fréquemment, au printemps et en été, les plantes d’intérieur comme le palmier kentia ou les plantes florales mais également les arbres, arbustes, conifères et autres fruitiers du jardin.

 

Signes et symptômes : apparition de toiles d’araignée. Piqûres sur les feuilles. Chute des feuilles.

Causes : atmosphère chaude et sèche.

Comment prévenir ? Apportez de l’humidité à l’air ambiant. Brumisez le feuillage des plantes vertes qui aiment ça comme les fougères ou le monstera. Aérez régulièrement. Réduisez les engrais azotés.

Comment soigner ? Si votre plante supporte un feuillage mouillé, brumisez dès apparition des araignées, douchez si l’infestation est un peu plus importante et placez votre plante en situation très humide pendant quelques jours (dans un sac plastique transparent ou une petite serre bien fermée par exemple).

À ce stade de l’invasion, si vos plantes d’intérieur sont placées en extérieur momentanément, vous pouvez avoir recours à des auxiliaires comme la larve de chrysope, parfaite en matière de lutte écologique contre les acariens mais également les pucerons et les cochenilles. Dans ce cas-là, n’utilisez pas d’insecticide polyvalent à proximité afin de ne pas nuire à vos auxiliaires.

À un stade plus avancé, pulvérisez les feuilles avec un purin d’ortie en vous référant aux conseils d’utilisation présents sur le produit.

Les cochenilles farineuses

 

Insecte piqueur-suceur, la cochenille farineuse doit son nom à son aspect blanc et poudré. Particulièrement friande des plantes d’intérieur et des cultures sous serre, elle peut surgir en toute saison dans des parties dissimulées de la plante, sur le revers, aux aisselles, etc. et s’attaque tout aussi bien aux plantes vertes comme le ficus qu’aux plantes fleuries comme les rosiers ou l’anthurium ou encore les cactus et plantes grasses.

 

Signes et symptômes : présence d’un amas blanc, duveteux, collant. Présence de fourmis. Apparition ultérieure de fumagine, une suie noire.

Causes : atmosphère douce et humide.

Comment prévenir ? Inspectez votre plante dès l’achat. Aérez régulièrement. Réduisez l’utilisation d’insecticide polyvalent qui détruisent les prédateurs naturels de la cochenille farineuse. Observez et dépoussiérez régulièrement votre plante à l’aide d’un d’une éponge légèrement humide.

Comment soigner ? Le repérage minutieux des cochenilles farineuses et leur suppression à la main est possible en tout début d’apparition. Commencez par isoler votre plante et récupérez-les insectes avec un coton imbibé d’alcool à 70°. S’ils semblent s’être installés dans le terreau, trempez le pot dans l’eau sur toute la hauteur du substrat durant deux bonnes heures.

Vous pouvez également pulvériser les parties aériennes avec une solution à base de savon noir.

Les cochenilles farineuses répondent bien à la lutte écologique. La coccinelle Cryptolaemus montrouzieri adulte par exemple sera un excellent prédateur. Vous trouverez dans votre jardinerie des dispositifs permettant leur introduction directement sur votre plante (mettre la plante dehors pour ne pas se retrouver envahi d’insectes à l’intérieur…).

Les pucerons

 

S’ils sont plus communs à l’extérieur, dans le jardin d’ornement, dans le verger ou le potager, vos plantes d’intérieur ne sont pas à l’abri d’une attaque de certaines espèces de pucerons. Rapide dans son installation, cet insecte piqueur-suceur aura également vite fait de se propager. Noir, vert ou encore brun, le puceron vide le végétal de sa sève, rejette un miellat asphyxiant sur lequel viendra éventuellement se développer un champignon, la fumagine, reconnaissable à sa poudre noire et peut transmettre à termes des maladies virales.

Signes et symptômes : présence visible de colonies. Feuilles crispées, jaunies, collantes. Apparition ultérieure de fumagine (poudre noire).

Causes : séjour en extérieur d’une plante d’intérieur. Excès d’engrais azotés.

 

Comment prévenir ? Vérifiez avec minutie votre plante après un séjour en extérieur et nettoyez-la avant de la replacer en intérieur. Vous pouvez utiliser une éponge humide sur toutes les parties aériennes ou mieux encore, si votre plante l’accepte, douchez-la. Si vos plantes sont en situation assez lumineuse et aérée, plantez à proximité immédiate des plantes répulsives pour le puceron, des aromatiques comme la menthe ou le thym ou encore des œillets d’Inde.

 

Comment soigner ? En début d’infestation, pulvérisez les parties atteintes avec un solution à base de savon noir qui empêchera les pucerons de se déplacer correctement et qui les dérangera également par son odeur. Une fois ceux-ci disparus, nettoyez au chiffon humide ou douchez si votre plante le supporte.

Pour des plantes installées momentanément au jardin, optez pour la lutte écologique avec l’installation de larves de chrysopes, de coccinelles ou de syrphes, prédateurs très efficaces du puceron. Vous pouvez également réaliser une pulvérisation foliaire de purin d’orties qui éloignera ravageurs et bons nombres de maladies de vos plantes d’intérieur.

 

Pour des infestations importantes et persistantes, vous pourrez utiliser en dernier recours et avec modération un insecticide spécifique que vous choisirez de préférence UAB (utilisable en agriculture biologique) et dont vous suivrez les conseils d’utilisation scrupuleusement. Sa composition à base de pyrèthre et d’huile de colza viendra rapidement à bout des pucerons.

Les sciarides

 

Également appelés moucherons ou mouches du terreau, ces petits insectes noirs et diptères (qui ne possèdent qu’une seule paire d’ailes) s’accompagnent d’un cortège de petites larves, des vers minuscules et blancs qui s’installent dans les terreaux riches des plantes d’intérieur friandes de ces conditions comme les fougères ou le lierre mais également de plantes aimant particulièrement l’humidité comme le papyrus ou encore les orchidées.

 

Signes et symptômes : présence visible de colonies. Croissance ralentie. Dépérissement.

Causes : atmosphère chaude et humide. Eaux stagnantes.

Comment prévenir ? Défavoriser la ponte en réduisant l’arrosage, en supprimant toute eau stagnante, en paillant la surface du terreau avec du gravier ou des billes d’argile.

Comment soigner ? Si les adultes semblent vouloir s’installer, dissuadez-les avec des pièges collants ou encore des plantes carnivores comme les droseras ou la dionée dite gobe-mouche.

 

Aux premiers signes d’infestation, assoiffez votre plante  (ne vous inquiétez pas, une plante verte se remettra plus facilement d’un manque d’eau que d’un excès  !) et vaporisez parties aériennes et substrat avec du savon noir ou des nématodes.

En cas d’infestation sévère et tenace, tournez-vous vers un insecticide naturel pour plantes d’intérieur à utiliser avec  modération et à doser selon les consignes du fabricant .

Vous pouvez également choisir de rempoter votre plante en vous débarrassant totalement du terreau infesté.

 

Envie d’aller plus loin sur le sujet ? Découvrez comment éloigner les moucherons des plantes d’intérieur.

Quelles maladies touchent les plantes d'intérieur ?

Exposition, arrosage, aération, fertilisation sont autant de facteurs pouvant entrer en compte dans la survenue de maladies sur vos plantes d’intérieur. Comment les repérer, les identifier, les prévenir ? Comment soigner une plante d’intérieur malade ?

L’oïdium

 

Voici là une maladie de plantes d’intérieur ou d’extérieur bien reconnaissable avec sa poudre blanche qui se dépose sur les feuilles. L’oïdium est en réalité un groupe de champignons divers qui affectent, au printemps et surtout en été, une large palette de végétaux, des arbres aux arbustes, des fruitiers aux plantes potagères, des rosiers aux plantes vertes.

 

Signes et symptômes : duvet poudreux et taches blanches. Dépérissement du feuillage. Croissance stoppée.

Causes : humidité de l’air. Mauvaise aération. Écart de températures. Contamination par les outils.

Comment prévenir ? Utilisez des outils propres et désinfectés. Laissez de l’espace à vos plantes. Nettoyez les régulièrement en éliminant quelques feuilles sur les sujets les plus compacts. Ne mouillez pas le feuillage lors de l’arrosage. Aérez régulièrement.

 

Comment éradiquer cette maladie de votre plante d’intérieur ? Supprimez les parties atteintes dès apparition. Pulvérisez en prévention comme en curatif un purin ou une décoction de prêles. En cas d’infestation massive et d’attaque récurrente, traitez avec un anti-oïdium utilisable en agriculture biologique en suivant les conseils d’utilisation présents sur le produit.

Le botrytis

 

Également connu sous le nom de pourriture grise, les spores de ce champignon se déposent sur les plantes au gré des courants d’air. Survenant le plus souvent au printemps et en été, il colonisera tous les végétaux, les morts comme les vivants et subsistera longtemps. S’il attaque plus volontiers les fruitiers, la vigne, les légumes, il sera également friand de plantes fleuries, des rosiers et des plantes vertes.

 

Signes et symptômes : dépôt et décoloration grisâtre ou brunâtre. Dépérissement.

Causes : courants d’air. Feuillage humide. Excès d’engrais azotés.

Comment prévenir ? Laissez de l’espace à votre plante, maintenez la propre et à l’abri des courants d’air. Aérez régulièrement. Ne laissez pas l’humidité ambiante s’installer.

 

Comment éradiquer cette maladie de votre plante d’intérieur ? Dès apparition, stoppez l’éventuel apport d’engrais azoté. Nettoyez vos plantes de ses parties abîmées. Isolez-la des plantes non atteintes surtout si elles sont installées en grand nombre dans une véranda ou un jardin d’hiver. Placez-la dans un local bien aéré à l’atmosphère sèche. Vaporisez avec une décoction de prêle. En cas d’infection prononcée, tournez-vous vers un antifongique.

La rouille

Causées par divers champignons, la rouille ou plutôt les rouilles affectent de nombreuses plantes dont des plantes d’intérieur comme les rosiers et palmiers d’appartement par exemple. Si elle n’est pas fatale, elle est disgracieuse et empêche le végétal de grandir à sa juste mesure et un rythme normal.

 

Signes et symptômes : taches rouge/jaune sur la face de la feuille et pustules brunes poudreuses en regard sur le revers de la feuille. Ralentissement de la croissance.

Causes : humidité ambiante. Mauvaise aération.

 

Comment anticiper et faire disparaître cette maladie de votre plante d’intérieur ? Accordez un espace suffisant à vos plantes et éclaircissez les sujets les plus denses pour permettre la circulation de l’air. Placez-les dans un local bien aéré, loin d’une source de chaleur. Éliminez les parties abîmées dès apparition des premiers signes. Pulvérisez une décoction de prêle ou d’orties.

L’observation de vos végétaux est le premier pas vers une culture réussie. Ce regard régulier vous permettra de repérer ravageurs et maladies chez vos plantes d’intérieur et tout autre problème qu’elles pourraient rencontrer. Dès lors, vous trouverez des solutions pour soigner et par anticipation pour en prévenir le retour.

Notre sélection pour de belles plantes d’intérieur

Biotop - Coccinelles Cryptolaemus adultes contre les cochenilles

Biotop

24,95 €

Fertiligène - Pucerons Rapidinsect

Fertiligène

9,95 €

Fertiligène - Anti-Maladies polyvalent prêt à l'emploi 750 ml

Fertiligène

16,80 €

Comment entretenir les plantes d’intérieur ?

Lire la suite

Comment éloigner les moucherons des plantes d'intérieur ?

Lire la suite

Comment bien rempoter ses plantes d’intérieur ?

Lire la suite