Nous utilisons des cookies afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que pour réaliser des statistiques de visite. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies. - En savoir plus et paramétrer les cookies - J'accepte

Citronnier : variétés, plantation et entretien

Citronnier : variétés, plantation et entretien

Cueillir des citrons ! Un rêve tout à fait accessible, même lorsque l’on n’habite pas la Côte d’Azur.
Et même si l’on ne possède pas de véranda. Vous aussi cultivez des citronniers !

Présentation du citronnier

Le citronnier est sans conteste l’agrume le plus apprécié des jardiniers. Dans son aire d’origine, au sud de l’Himalaya, cet arbuste peut atteindre 4 à 6 m de hauteur. En pot, ses dimensions sont bien sûr plus modestes : de port étalé et arrondi, il ne dépasse généralement pas 3 m de hauteur.

Ses branches épineuses portent un joli feuillage persistant et aromatique lorsqu’on le froisse. Toute l’année, le citronnier s’orne de bouquets de fleurs blanches (teintées de rose violacé lorsqu’elles sont en boutons) exhalant un parfum enivrant. Une floraison qui séduit les jardiniers… mais aussi nombre d’insectes puisqu’elle est mellifère et nectarifère ! Aux fleurs succèdent des fruits charnus, les citrons, dont la peau, plus ou moins épaisse selon les variétés se colore de jaune en mûrissant.

Comme la plupart des agrumes, les citronniers doivent être cultivés à l’extérieur : ils ne supportent pas la chaleur et la sécheresse de nos intérieurs. Mais ils ne peuvent être mis en terre que dans les régions les plus douces du littoral méditerranéen (on parle d’ailleurs de « zone de l’oranger ») ou atlantique. En effet, le citronnier est peu rustique : des températures de -6 °C détruisent ses pousses. Partout ailleurs, le jardinier devra cultiver le citronnier en pot. Mais comment faire lorsque l’on ne peut hiverner le citronnier dans une véranda ou une serre ? On les place dans un endroit abrité du vent et on leur offre une protection. On couvre en effet les arbustes d’un voile d’hivernage que l’on fixe autour de l’arbuste, et autour du pot. On veille à poursuivre les arrosages.

Espèces et variétés de citronnier

Citronnier « Des 4 Saisons » (Citrus limon) : l’espèce type. Ce petit arbre à port arrondi et étalé est aussi ornemental que fruitier. Il porte son surnom « des 4 saisons », car il a la capacité de fleurir toute l’année, même si sa principale période de floraison est d’avril à juin.

Citronnier ‘Meyer’ (Citrus x meyeri) : particulièrement rustique (il peut résister à des températures descendant jusqu’à -11 °C), ce citronnier fleurit deux fois par an, de mars à mai puis d’août à octobre. Il fournit de gros fruits, à la peau fine et lisse qui se colore de jaune orange à maturité. Elle camoufle une chair savoureuse, réputée être moins acide que les citronniers des 4 saisons.

Lime rouge ‘Osbeck’ (Citrus limonia) : Cet arbuste épineux ressemble à s’y méprendre à un citronnier. Il s’agit d’un limetier qui offre les délicieux « citrons verts », acidulés, un rien amers, mais surtout si aromatiques. La variété ‘Osbeck’ se distingue des autres limes de façon visible : ses fruits mûrs affichent une peau et une chair teintées d’un bel orangé empourpré.

Semis et plantation du citronnier

Dans l’idéal, plantez les citronniers lorsqu’ils sont en pleine végétation, du printemps jusqu’à la fin de l’été, soit de mars à septembre. Et ce même s’ils portent fleurs et/ou fruits.

En pot, on installera le citronnier dans un mélange de terreau spécifique pour agrumes (70 %), de terre de jardin (20 %) et de sable (10 %). Le contenant doit toujours être aussi large que l’appareil aérien de l’arbuste. Jusqu’à ce que celui-ci devienne adulte, il est généralement indispensable de rempoter le citronnier tous les 2 ou 3 ans, dans un pot d’une taille deux à trois fois supérieure.

Conseil Jardiland : on peut facilement obtenir des plants de citronnier en semant les pépins. Mais ceux-ci mettront très longtemps avant de fructifier : une dizaine d’années voire plus.

Culture et entretien du citronnier

Un arrosage abondant et suivi. Voici la clef de la réussite des citronniers. Pour ces arbustes, les apports d’eau réguliers sont indispensables. Même en hiver. Il est toutefois nécessaire de laisser le substrat sécher en surface entre deux apports d’eau.

Les citronniers cultivés en pot ont besoin d’une fertilisation suivie. De mars à septembre, apportez-leur de l’engrais complet, dans l’idéal sous forme de granules qui se diffuseront lentement. Attention toutefois : on ne fertilise que des plantes bien arrosées (et donc non assoiffées) pour éviter que les racines des arbustes ne brûlent. Veillez également à respecter scrupuleusement les dosages recommandés sur l’emballage de l’engrais.

Taille du citronnier

Les agrumes n’ont pas besoin de taille pour fructifier. Mais il est parfois nécessaire de couper quelques rameaux et quelques branches pour limiter leur encombrement, ou de pincer des pousses. Opérez alors à la sortie de l’hiver, en février mars. Si le haut de votre citronnier dépérit (gel ou maladie) et que la base du tronc redémarre, vous ne pourrez surement pas avoir de citrons ! En effet, ces pousses seront celles du porte greffe et non de la variété de citronnier que vous avez acheté !

Récolte des citrons

Les citrons sont à maturité lorsque leur couleur d’un vert acide passe au jaune. Attention toutefois : cette coloration est dépendante des températures extérieures. Un citron peut être mûr tout en restant teinté de vert sous climat très doux. On estime que la maturation des fruits est d’environ 160 jours. Ils peuvent être présents sur l’arbre toute l’année avec toutefois des pics de production de janvier à février et de septembre à décembre.

Les citrons peuvent se conserver deux à trois semaines dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Maladies et parasites du citronnier

Les feuilles, branches et tronc se couvrent parfois de petites carapaces, ou de sorte de cocons blancs : il s’agit de cochenilles. Ces insectes appartiennent à la même famille que les pucerons et font le même type de dégâts : ils piquent et sucent la sève, produisent du miellat, une substance collante qui peut servir de base à la fumagine, un champignon teinté de noir.

Les insecticides sont peu efficaces sur ces ravageurs protégés d’une cuirasse. Ne suivez pas les « astuces » qui recommandent l’utilisation de savon noir ou, pire, d’alcool à brûler qui sont non seulement sans action contre les cochenilles, mais peuvent nuire à la plante. Pulvérisez sur les citronniers un « traitement d’hiver » encore appelé « huile blanche », et ce avant le début du printemps. Ce produit ne contient aucun pesticide. Il s’agit simplement d’une huile qui asphyxie non seulement les cochenilles femelles camouflées sous leurs carapaces, mais aussi les mâles, les œufs et les larves qui sont minuscules et souvent invisibles.

Notre sélection

Citronnier

À partir de 15,98 €

Citronnier Caviar blanc

À partir de 24,50 €

Citronnier des 4 saisons 'Marcot'

À partir de 19,90 €

Alocasia : variétés, plantation et entretien

Lire la suite

Bananier : variétés, plantation et entretien

Lire la suite

Glycine : variétés, plantation et entretien

Lire la suite