Cerisier : plantation, entretien et taille

Cerisier : plantation, entretien et taille

Le cerisier nous offre deux temps forts à la belle saison : sa floraison blanche et abondante au cœur du printemps puis, quelques semaines plus tard, des kilos de fruits juteux et sucrés. Accueillez cet arbre fruitier facile à cultiver !

Présentation du cerisier

Le cerisier (Prunus cerasus ou Prunus avium) est un arbre fruitier rustique qui s’accommode bien des différents climats de notre territoire. Selon la taille du jardin, on le trouve sous différentes formes : arbre tige ou de plein vent, demi-tige avec un tronc de 1,30m ou en gobelet, plus adapté aux espaces réduits avec une cueillette facilitée. Même les balcons et les terrasses peuvent l’accueillir en version naine,  à cultiver en pot

Cet arbre caduc à croissance rapide fleurit massivement, en avril-mai selon le climat et la variété choisie, produisant une multitude de fleurs simples d’un blanc pur. Si les gelées printanières les épargnent, ces fleurs se transforment de fin mai à juillet selon la variété, en cerises croquantes, juteuses, sucrées et parfumées très appréciées de toute la famille et… des oiseaux !

Le saviez-vous ? Le cerisier n’est généralement pas autofertile. Il fructifie seulement si un autre cerisier d’une variété pollinisatrice plantée à proximité permet l’échange du  pollen et d’assurer la pollinisation croisée. Si votre voisin n’a pas de cerisier, plantez- deux variétés !

Variétés de cerises

Chez le cerisier, on distingue 4 groupes de variétés issues des hybridations naturelles (entre espèce sauvage et merisier) ou horticoles. 

– Les bigarreaux donnent des fruits fermes et croquants à chair sucrée.

 Notre sélection : ‘Burlat’ : variété aux très grosses cerises rouge foncé brillant début juin, très bon pollinisateur, peu sujet à la mouche qui rend les fruits véreux grâce à fructification précoce, ‘Cœur de pigeon’ : aux gros fruits en forme de cœur rouge clair teinté de jaune fin juin, ‘Géant d’Hedelfingen’ : fruits coniques rouge brillant, mi-juillet, ‘Napoléon’ : gros fruits jaune pâle teinté de rose, mi-juillet, ‘Reverchon’ : très gros fruits pourpre foncé teinté de brun, début juillet.

– Les guignes offrent des cerises à chair molle, juteuse, douce et sucrée.

 Notre sélection : ‘Early Rivers’ : gros fruits un peu aplatis, très juteux et sucrés, mi-juin.

 

– Les griottes se distinguent une cerise à chair molle très acidulée. 

Notre sélection : ‘Montmorency’ : variété productive, fruits à chair rouge clair extra à l’eau-de-vie et en conserve, début juillet et autofertile ! 

– Les cerises vraies ou « anglaises » moins courantes se caractérisent par un fruit à la chair tendre, douce et légèrement acidulée. 

Vous souhaitez cultiver un cerisier nain en pot ? Adoptez ‘Maynard®’, une variété aux cerises douces et sucrées et à la floraison très décorative, mi-juin ou ‘Sunburst® Coronet’ aux gros fruits tendres, mi-juillet et autofertile !

Plantation du cerisier

Plantez le cerisier de l’automne jusqu’au début du printemps, hors période de gel intense ou de neige. Attendez la fin de l’hiver en climat froid. 

Le cerisier apprécie un sol fertile, profond, frais, mais bien drainé. Il se plaît à situation lumineuse, abritée des courants d’air. Si votre sol est très calcaire, choisissez un cerisier greffé sur un porte-greffe comme le cerisier Sainte-Lucie.

En pleine terre : creusez-lui un trou profond et amendez le sol avec du compost mûr s’il est de nature argileuse. Offrez à l’arbre fruitier un espace vital dégagé d’autres arbres ou grands arbustes sur 10m tout autour si c’est un futur arbre de plein vent, 6m si c’est une forme gobelet. 

Avant de planter le cerisier, plongez la motte une dizaine de minutes dans un seau d’eau puis installez-la dans le trou en faisant coïncider son sommet avec le sol. Placez un tuteur, comblez avec la terre, tassez avec le pied puis arrosez copieusement. Paillez pour limiter les arrosages et la concurrence des mauvaises herbes.

Culture en pot : choisissez un cerisier nain, offrez-lui un pot large et profond (au moins 30 à 40cm de profondeur) percé dans le fond et déposez un drainage sur 5cm (graviers, billes d’argile). Utilisez un terreau spécial plantation

Le saviez-vous ? Le cerisier a besoin d’une période de froid hivernal (en dessous 7 °C) d’au moins 10 semaines pour bien fructifier.

Culture et entretien du cerisier

Maintenez le sol frais par des arrosages réguliers les 2 premiers étés pour assurer la reprise. Renouvelez le paillage. Apportez en sol pauvre un engrais spécial arbres fruitiers au début du printemps. Étayez les branches trop chargées de fruits pour éviter leur casse. 

Arrosez régulièrement le cerisier en pot, sa motte doit rester fraîche, mais sans excès surtout en hiver. Apportez un engrais spécial arbres fruitiers tous les mois d’avril à août pour favoriser la croissance et la fructification. Rempotez tous les 3 ans au début du printemps et surfacez (apportez du terreau en surface) dans l’intervalle.

Taille du cerisier

Le cerisier a besoin d’une taille de formation pendant plusieurs années après sa plantation. Celle-ci consiste à former une charpente solide supportant le poids des fruits durant toute sa vie. On choisit en fonction de la forme de l’arbre, trois, quatre ou cinq belles branches bien réparties autour du tronc, et on rabat de moitié sur un œil dirigé à l’extérieur de l’arbre. On recommence cette opération tous les ans pendant 5 à 6 ans afin d’obtenir un arbre bien équilibré, en supprimant les branches partant à l’intérieur afin de laisser circuler l’air et la lumière.  

Concernant la taille de fructification, elle doit être légère, car le cerisier réagit mal à la coupe, surtout de branches importantes, qui provoque des écoulements de gomme et des entrées potentielles de germes pathogènes. Sur une forme plein vent, contentez-vous de supprimer en fin d’été les branches en surnombre ou trop vieilles de manière à éclaircir l’intérieur de la ramure pour une bonne pénétration de la lumière. Sur un gobelet, on pratique une taille en hiver afin de réduire la ramure complétée d’une taille en vert pendant l’été. 

Dans le doute, mieux vaut éviter de tailler le cerisier. Une taille mal conduite le fragilise !

Le saviez-vous ? Le cerisier fructifie au bout de 4 à 5 ans à partir d’un scion. Les boutons floraux se forment sur des rameaux de 2 ans.

Maladies et parasites du cerisier

De bonnes conditions de culture permettent de conserver un cerisier sain, à peu près exempt de maladies et de parasites. 

Différentes larves (bupreste, cossus gâte-bois, zeuzère, scolyte…) peuvent toutefois provoquer le dépérissement des branches et la mort du cerisier si rien n’est fait. Des parasites plus visibles comme les cochenilles, les acariens, les pucerons, les tenthrèdes sont susceptibles d’affaiblir également l’arbre. Enfin, la redoutée mouche des cerises pond dans les fruits à peine colorés à la fin du printemps. La larve va se développer et donner une cerise véreuse dont l’intérieur va rapidement pourrir.

Côté maladies, outre la gommose provoquée par une taille sévère, un sol humide ou des blessures (de tondeuse par exemple !), le cerisier est sensible à quelques maladies cryptogamiques dont les principales sont la criblure et la moniliose.

Bananier : variétés, plantation et entretien

Lire la suite

Figuier : plantation, culture et entretien

Lire la suite

Citronnier : variétés, plantation et entretien

Lire la suite