Nous utilisons des cookies afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que pour réaliser des statistiques de visite. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies. - En savoir plus et paramétrer les cookies - J'accepte

Bananier : variétés, plantation et entretien

Bananier : variétés, plantation et entretien

Avec ses grandes et larges feuilles vert brillant, le bananier offre une touche d’exotisme au jardin,
dans la véranda ou la maison. Gourmand en eau et en chaleur, il se cultive en pleine terre en
climat doux et en pot partout ailleurs.

Présentation du bananier

Le bananier est une herbe vivace géante, et non un arbre fruitier, originaire du Sud-est asiatique
dont la culture s’est généralisée à toutes les régions tropicales du globe. Selon les espèces de ce
genre botanique nommé Musa comportant une quarantaine d’espèces, les bananiers sont cultivés
pour leurs fruits comestibles aux coloris et aux goûts variés, mais aussi pour leurs fibres, leurs
feuilles ou leurs fleurs aux bractées colorées très décoratives.

Sous nos climats, le bananier est apprécié et cultivé principalement pour la beauté de sa silhouette
graphique aux « troncs » multiples et de son large feuillage persistant et elliptique vert brillant
parfois nuancé de brun ou de pourpre. Le pseudo-tronc est en fait un stipe constitué par les
pétioles des feuilles s’engainant les uns les autres. La croissance des bananiers est rapide : ils
poussent de 40 à 100 cm dans l’été.

Les bananiers qui se plaisent chez nous arrivent rarement à fleurir et donc à fructifier. Si l’été est
long et chaud ou en culture sous serre chaude ou véranda, certains forment des fruits, mais non
comestibles, car remplis de graines. Chez beaucoup de bananiers, le stipe meurt après floraison
(la plante est dite monocarpique), mais est généralement remplacé par de nombreux rejets.

S’il atteint jusqu’à 4 à 5 m en pleine terre, les dimensions du bananier en pot restent plus
modestes (2,5 m). Sa rusticité est faible à modérée, de -5 à -10 °C selon l’espèce choisie.

Espèces et variétés de bananier

Quelle que soit l’espèce ou la variété choisie, votre bananier vous séduira pour l’effet exotique
conféré au décor de la maison, de la terrasse ou du jardin.

– Bananier du Japon (Musa basjoo) : c’est un des bananiers les plus rustiques (-10 °C). En pleine terre, il atteint 4 à 5 m. Feuilles vert tendre de plus de 2 m. Floraison en fin d’été sous forme de fleurettes tubulaires blanc crème entourées de bractées brunes pendantes. Petites bananes peu goûteuses.

– Bananier de l’Himalaya ou du Sikkim (Musa sikkimensisou, Musa hookeri) : encore un bananier bien rustique (-10 °C) qui se plaît au jardin comme en pot. Ses feuilles épaisses vert foncé résistent bien aux méfaits du vent. Elles offrent des panachures pourpre foncé en début de saison. Floraison estivale sous forme de fleurettes jaunes entourées de bractées roses. Fruits sans intérêt. 

– ‘Red Tiger’ est une variété du bananier de l’Himalaya aux panachures sombres particulièrement belles.

– Bananier des Canaries (Musa acuminata) : l’espèce sauvage la plus répandue en Asie tropicale qui a donné naissance à la plupart des bananiers à fruits comestibles, recourbés et dépourvus de graines. Feuilles arquées en forme de pagaie vert soutenu marginées de brun. Floraison sous forme de grosses inflorescences de fleurettes pâles aux bractées rouge pourpre qui donnent des fruits si la chaleur et la lumière sont suffisantes. Ce bananier craint le gel. 

– ‘Dwarf Cavendish’ est une variété naine du bananier des Canaries. Il culmine entre 2 et 3 m de hauteur (dimensions plus modestes en pot). Parfait cultivé comme plante d’intérieur (16 °C minimum).

– Bananier d’Abyssinie ou faux bananier (Ensete ventricosum ou Musa ensete) : le genre Ensete faisait autrefois partie du genre Musa. Originaire d’Afrique tropicale, l’espèce ventricosum est gélive. Dans son aire d’origine, elle peut monter jusqu’à 9 m de hauteur et offrir des feuilles longues de plus de 3 m marquées d’une nervure centrale pourpre. La plante fleurit au bout de quelques années de culture. En début d’été, les fleurs blanches regroupées en un long épi brun sont cachées en partie par des bractées grenat. Elles sont suivies de fruits jaune orangé non comestibles. Sa croissance très rapide permet de la cultiver comme annuelle et de l’intégrer dans des mixed-borders estivaux pour leur donner un cachet exotique.

– ‘Maurelli’ est une variété de bananier d’Abyssinie dont les feuilles offrent une belle teinte rouge pourpré.

Semis et plantation du bananier

Si vous l’installez en pleine terre, attendez la fin du printemps que la terre soit réchauffée et le risque de gel définitivement écarté. Si vous le cultivez en pot, il est possible de planter le bananier toute l’année. 

Le bananier se plaît à exposition lumineuse en évitant les rayons brûlants du soleil qui grillent les jeunes feuilles et les forts courants d’air pour les espèces à feuillage fragile. 

Offrez-lui un sol ameubli en profondeur, léger, frais, mais bien drainé et fertile. Pensez à lui réserver un espace suffisant pour son envergure.

Pour une plantation en pleine terre :

– Creusez un trou trois fois plus grand que le volume de la motte. 

– Drainez le fond du trou avec des matériaux drainants : cailloux, graviers, billes d’argile. 

– Allégez la terre avec du terreau de plantation et enrichissez-la avec du compost mûr ou une fumure organique. 

– Hydratez la motte de racines une dizaine de minutes dans un seau d’eau avant la plantation. 

– Terminez par un arrosage copieux même s’il pleut.

Pour une plantation en pot, offrez au bananier un contenant à peine plus large que celui dans lequel il est vendu. Il sera rempoté au fur et à mesure de la croissance. Optez pour un terreau drainant et fertile, type terreau pour plantes de balcon. Un terreau universel ou spécial plantes vertes convient également.  

La culture des bananiers à partir des graines est possible et plaît à tous, petits et grands :

– Avant le semis, qui se fait au chaud et à la lumière dans la maison (20 à 25 °C), faites tremper les graines 1 à 3 jours dans l’eau pour les ramollir un peu et raccourcir la durée de germination. Cette dernière peut mettre plusieurs semaines à plusieurs mois. 

– Semez à 2 cm de profondeur dans une terrine remplie de terreau spécial semis

– Vaporisez et enveloppez la terrine dans un sachet transparent pour maintenir une bonne hygrométrie. 

– Repiquez en godet individuel dès que les plantules sont manipulables en prenant garde aux racines fragiles.

Culture et entretien du bananier

Arrosez régulièrement à la belle saison pour maintenir un sol ou un substrat frais nécessaire à sa croissance rapide. Le bananier est gourmand en eau. Un sujet cultivé en bac nécessite un arrosage parfois quotidien en été. Complétez avec des vaporisations du feuillage lorsque l’atmosphère est sèche. Attention : pas de goutte d’eau sur les feuilles tant qu’il y a du soleil sous peine de brûlures !

En automne et en hiver, inutile d’arroser en pleine terre et réduisez les apports d’eau en pot. Un arrosage hebdomadaire suffit. 

Au début du printemps, apportez un engrais à libération prolongée pour les sujets de pleine terre.

Rempotez votre bananier au début du printemps, également. Un rempotage tous les 2 à 3 ans suffit pour les gros pots (> 40 cm de côté ou diamètre). Fertilisez un mois après rempotage tous les 15 jours jusqu’en octobre avec un engrais spécial plantes vertes

En hiver, protégez la souche du bananier cultivé en pleine terre du froid et de l’humidité sauf si dans votre région, les gelées sont rares, voire inexistantes. Le feuillage persistant meurt dès que la température passe sous 2 °C. Entourez le stipe avec un grillage que vous bourrez avec une épaisse couche de feuilles mortes ou de paille. Attendez la fin des gelées pour « déshabiller » le bananier !

Taille du bananier

Inutile de tailler le bananier. Contentez-vous de supprimer les feuilles mortes ou abîmées en automne et en fin d’hiver. Coupez-les avec un couteau au ras du stipe.

Maladies et parasites du bananier

Le bananier cultivé à l’intérieur peut être parasité par les cochenilles (plaques laineuses blanches à l’aisselle des feuilles) et les araignées rouges. Inspectez régulièrement les feuilles et le revers. Nettoyez-les régulièrement et délicatement avec une éponge humide. Traitez si les parasites reviennent avec un insecticide biologique.

Le bananier peut aussi présenter des signes montrant un défaut d’entretien :

– Les feuilles se recroquevillent et noircissent si le bananier a froid. 

– Les feuilles présentent des marques brunes quand elles sont brûlées par le soleil (derrière la vitre ou après vaporisation en plein soleil).

– Le bord des feuilles brunit et les feuilles sèchent : la plante a soif et l’atmosphère est trop sèche. Placez le pot sur une soucoupe de billes d’argile tenues humides. 

– Les feuilles pâlissent lorsque le bananier manque de lumière. 

– La croissance est faible quand la plante a faim. Rempotez ou apportez de l’engrais.

– Les feuilles se déchirent lorsque le bananier est exposé aux chocs et aux courants d’air. Elles deviennent plus fragiles en atmosphère sèche.

Notre sélection

Bananier nain de Chine vert

À partir de 18,13 €

Bananier D'Abyssinie

À partir de 4,95 €

Bananier Du Japon 'Red Tiger'

À partir de 24,90 €

Glycine : variétés, plantation et entretien

Lire la suite

Citronnier : variétés, plantation et entretien

Lire la suite

Alocasia : variétés, plantation et entretien

Lire la suite