Pourquoi et comment semer des engrais verts ?

Pourquoi et comment semer des engrais verts ?

Les engrais verts, installés au potager, sur des parcelles temporairement nues, ont bien des atouts à proposer. Les avantages sont divers selon les espèces choisies, les exigences de culture aussi. Pour vous aider dans votre choix, nous vous invitons à la découverte de légumineuses comme le lupin, la luzerne, le trèfle ou la vesce, de céréales comme l’avoine ou le seigle, mais également de la très décorative phacélie ou du prolifique sarrasin…

Pourquoi semer des engrais verts ?

Tous les engrais verts constituent une couverture efficace du sol ; ils le protègent de l’érosion et du lessivage dus aux intempéries et empêchent dans le même temps l’apparition des mauvaises herbes.

En pénétrant dans le sol, leurs racines travaillent la terre, l’ameublissent, l’aèrent, la décompactent, améliorant ainsi sa structure.

Chaque famille d’engrais verts présentera des avantages spécifiques. Certaines, comme les légumineuses, fixeront l’azote de l’air et restitueront dans le sol cet élément hautement nutritif. Les unes capteront les nitrates alors que d’autres produiront un humus de qualité en grande quantité, parfait pour les cultures suivantes.

 

En fin de saison, coupez-les et laissez-les en surface, certaines composeront un paillage très intéressant. Enfouies, d’autres produiront en se décomposant un engrais naturel performant.

Comme nous allons le voir, vous choisirez la semence en fonction de votre terrain, de la rotation des cultures (c’est-à-dire des cultures potagères précédentes et suivantes sur la parcelle) et de votre calendrier de plantation, de la nature du sol et de la saison.

Quel que soit votre choix, cet habillage végétal bien décoratif sera toujours le bienvenu. Feuillages couvrants et denses, inflorescences graciles ou floraison colorées, tous apporteront de l’ornemental au paysage et participeront largement de la biodiversité en attirant insectes et pollinisateurs, en offrant gîte et couvert à toute une petite faune !

 

Conseils Jardiland : comme tout procédé, le recours aux engrais vert présente quelques inconvénients qui méritent d’être cités. En réalité, leur défaut se résume en un mot : la gourmandise. L’engrais vert est friand des nutriments en phase de développement, il consomme de l’eau et demande de l’espace. En résumé, si votre terre est plutôt pauvre, votre climat très sec et votre jardin petit, le recours aux engrais verts est peut-être à repenser…

Quel engrais vert semer et comment ?

Nous l’avons dit, le choix de l’engrais vert dépend d’un bon nombre de facteurs. Cette petite présentation de quelques incontournables devrait vous permettre de faire votre choix en culture en solo ou en mélange pour une combinaison d’atouts…

Les légumineuses

 

Elles ont toutes en commun leur apport en azote et la production d’un humus de qualité.

Pour les légumineuses à croissance relativement lente, vous devrez les associer avec une autre famille d’engrais vert comme les céréales par exemple, ce qui permettra une plus grande efficacité contre l’apparition des mauvaises herbes.

 

Le lupin

 

Les racines du lupin sont puissantes, elles aèrent le sol et vont chercher en profondeur le phosphore. Sa floraison est très décorative et attire butineurs et pollinisateurs.

Il aime les sols acide, neutre ou sablonneux. Il résiste au gel.

Prévoyez 10 g/m2. Semez à la volée au printemps ou au tout début de l’automne et recouvrez d’une fine couche de terre. L’enfouissement se fait 2 à 3 mois plus tard au minimum.

La luzerne

 

Elle nécessite un arrachage méticuleux car elle est très résistante et sujette à la repousse.

 

Les racines de la luzerne s’installent très profondément, décompactant ainsi particulièrement efficacement le sol. Elle présente pour les mêmes raisons une bonne résistance à la sécheresse. Sa jolie floraison est très mellifère.

 

Elle aime les sols équilibrés, pas trop acides. Elle résiste au gel.

 

Prévoyez 20 g/m2. Semez à la volée au printemps – en mars ou avril – et recouvrez d’une fine couche de terre. Sa croissance est moyennement rapide. L’enfouissement s’opère entre juillet et décembre. À planter drue ou de préférence en mélange avec une céréale.

La vesce

 

Son fort pouvoir couvrant en fait un allié précieux contre les mauvaises herbes et un rempart efficace contre l’érosion et le lessivage des surfaces. Prenez en compte sa forte consommation d’eau.

 

Elle s’accommode de tout type de sol pour peu qu’il soit bien drainé. La vesce d’hiver supporte le gel mais la vesce de printemps y est plus sensible.

 

Prévoyez 10 à 15 g/m2. Semez à 3 ou 4 cm de profondeur de mars à mai pour la vesce de printemps et d’août à octobre pour la vesce d’hiver. Sa croissance est rapide. L’enfouissement se fait 2 à 3 mois plus tard, la plante doit être préalablement broyée.

Le trèfle

 

De croissance plus lente que les autres légumineuses, le trèfle s’avèrera au final très couvrant (pour ne pas dire un peu envahissant). Blanche, violette, jaune ou rouge selon la variété, sa floraison est un régal pour les abeilles.

 

Il s’accommode de tout type de sol, améliorant les plus lourds d’entre eux. Il supporte le gel.

 

Semez à la volée en fin d’été. Fauché au printemps, il fera un paillis généreux, à décomposition rapide. Il est recommandé de le planter en mélange, de préférence avec une céréale.

Les crucifères (ou brassicacées)

 

De croissance rapide, ils sont les stars de la lutte contre les mauvaises herbes. En raison de leur culture tardive et de leur profond enracinement, cette famille d’engrais vert est également une alliée précieuse contre le lessivage ; en emmagasinant les éléments nutritifs comme les nitrates ou l’azote, elle enrichira les sols les plus pauvres. En contrepartie, certains crucifères ne pourront pas précéder ou suivre certaines cultures maraîchères, surtout de la même famille comme les choux, le cresson, la roquette ou encore les épinards. Cette contrainte sera dépendante de l’espèce choisie, demandez plus de précision à nos conseillers au moment du choix.

La moutarde blanche

 

En plus d’offrir une floraison très mellifère d’un jaune bien vif, la moutarde blanche est un engrais vert précieux à bien des titres. Formidable décompactant, elle ameublira les terres les plus lourdes et leur fera profiter d’un bel apport en azote, phosphore et potassium. Désinfectant naturel puissant, elle assainira tous les sols en éliminant champignons et nématodes. Répulsif sélectif, elle éloignera les pucerons du potager.

 

Elle pousse dans toutes les terres même si elle préfère les sols compacts et bien drainés. Elle est sensible au gel et à la sécheresse.

 

Prévoyez 2 g/m2. Semez en août après la culture potagère principale ou tout au long de l’année (sauf au cœur de l’hiver) pour couvrir très rapidement une parcelle nue. Broyez le végétal avant la montée en graines. Laissez-le en surface une dizaine de jours puis enfouissez-le pas trop profondément
– pas plus de 10 cm.

La navette fourragère

 

Vous la sélectionnerez en particulier pour sa croissance ultra-rapide puisqu’elle pourra être enfouie après tout juste un mois de culture. La navette fourragère est également extrêmement décompactante et couvrante.

Elle est parfaite pour les sols légers, riches en silice ou en calcaire. C’est une alliée au cœur de l’hiver puisqu’elle est l’une des moins gélives (-10°C). Elle est sensible au manque d’eau.

Prévoyez 1 g/m2. Semez à la volée en août et septembre, recouvrez d’une fine couche de terre et tassez. Avant la montée en graines, binez sur une vingtaine de centimètres de profondeur et enfouissez.

 

Pour les mêmes qualités couvrantes, nourrissantes et insecticides mais plus adapté à des sols basiques ou neutres, optez pour le radis fourrager, surtout en climat tempéré car il supporte mal les températures basses.

Les graminées

 

Généralement plantées en association avec des légumineuses, elles forment avec elles un duo de choc. Alors que ces dernières fixent l’azote, les graminées apportent du carbone. Alors que les légumineuses améliorent les surfaces, les céréales travailleront les sols en profondeur. La combinaison des deux aboutira à la production d’un humus en grande quantité, aisément décomposé, qui profitera grandement à vos cultures potagères suivantes.

Le seigle

 

À l’automne, vous planterez du seigle en association avec de la vesce. Il s’adaptera à tous les sols, même les plus lourds et les plus froids. La masse végétale importante ainsi produite sera parfaite pour l’installation au printemps suivant de cultures maraîchères exigeantes comme les légumes-fruits par exemple.

 

L’avoine

 

Au printemps, toujours en association avec une légumineuse à qui elle servira de tuteur, vous choisirez l’avoine qui préfèrera des terres peu acides. Elle se sème à la volée, est peu exigeante mais est sensible au manque d’eau et au gel. Riche en carbone, elle favorisera la production d’un humus bien stable à condition d’être associée donc à une légumineuse. Elle est de préférence à broyer avant enfouissement.

Et bien d’autres…

 

Tournesol, épinard, lin, bourrache… bien d’autres plantes pourront être exploitées au jardin comme engrais verts. On citera les deux plus communes…

La phacélie

 

Plaisir des yeux avec sa ravissante floraison mauve et gourmandise des abeilles, la phacélie attire un grand nombre d’autres auxiliaires qui vous assisteront dans la lutte écologique contre les pucerons, cochenilles et autres ravageurs.

 

Grande pourvoyeuse d’azote et d’humus, elle concurrencera également avec efficacité les mauvaises herbes grâce à de puissantes et nombreuses racines.

 

Sa croissance est rapide. Elle apprécie les sols secs et le plein soleil.

 

Prévoyez 1 à 2 g/m2. Semez au printemps, à fleur de surface. Juste après la floraison, broyez et enfouissez. Vous pouvez également semer en automne pour une couverture végétale dense en hiver.

Le sarrasin

 

Substitut parfait au désherbage, le sarrasin habille vos parcelles nues de sa floraison blanche et parfumée et de son feuillage dense tout l’été. Apport en carbone, aération du sol en profondeur, il cumule les atouts.

 

Il conquiert tous les sols, même les plus pauvres, les plus caillouteux ou sablonneux. Il s’associe bien à la phacélie et à la moutarde, de croissance tout aussi rapide.

 

Prévoyez 5 g/m2. Semez au printemps sur terre réchauffée ou en été à la volée en recouvrant d’une couche très fine de terre et sans tasser.

 

Pour couvrir très rapidement une parcelle nue, sans attendre la montée en graines, coupez le sarrasin, laissez-le en surface une semaine avant d’enfouir.

Notre sélection de graines

Graines de Trèfle Violet

Caillard

8,50 €

Graines de Sarrasin

Caillard

3,90 €

Caillard - Graines de Épinard Géant d'Hiver

Caillard

2,20 €

Graines de Phacelie 10 m2

Caillard

2,60 €

Comment avoir un sol équilibré et bien composé ?

Lire la suite

Comment bien préparer la terre pour le potager ?

Lire la suite

Comment améliorer la fertilité de votre sol ?

Lire la suite