Que mettre au compost ?

Que mettre au compost ?

Nos ordures ménagères sont composées de 40% voire 60% de déchets compostables. Décomposées, ces précieuses matières, brunes et vertes, à récupérer à la maison, dans la cuisine et au jardin feront un précieux compost à réutiliser pour de belles plantations ornementales et potagères. Nous vous disons quelles matières mettre au compost, quelles précautions prendre et quelles règles simples suivre pour un compostage réussi…

Pour un compostage réussi

Un compost réussi ce sont de bons apports, des gestes simples d’entretien et une surveillance régulière…

Un bon rapport carbone/azote

 

Le carbone sera apporté par les matières dites brunes, sèches et dures. L’azote sera amené par les matière vertes, humides et molles.

Les proportions recommandées ? 60% de déchets azotés pour 40% de déchets carbonés.
Un indice ? Vos déchets ont tendance à se décomposer très (trop) lentement, votre mélange n’est vraisemblablement pas assez riche en azote.

 

Une bonne pénétration de l’air

 

Favorisée par l’apport de matières brunes un peu grossières, l’aération sera également assurée par un brassage régulier du compost. À l’aide d’un aérateur de compost ou “aérocompost”, faites des puits d’aération en plantant l’outil et en opérant un mouvement de levier ou de rotation en divers endroits.

La cadence ? Régulière lors du démarrage du compostage puis tous les mois lorsque le processus est bien enclenché.

Un indice ? Une mauvaise odeur persistante se dégage de votre compost : brassez, aérez !

Un bon taux d’humidité

 

Favorisée par l’apport de matières vertes, l’humidité peut être également soutenue par un arrosage ponctuel.

L’objectif ? Maintenir un taux d’humidité de 50%.

Un indice ? Votre compost se décompose lentement, apparaît comme très sec et s’effrite au toucher, le taux d’humidité est trop bas. Il ruisselle et dégage une forte mauvaise odeur, il est trop humide.

 

Pour résumer, que vous choisissiez un compostage en tas, le recours à un composteur ou le lombricompostage, votre réussite dépendra d’une bonne sélection de matières vertes et brunes de manière à respecter un bon équilibre entre déchets azotés et carbonés, déchets secs et humides, déchets grossiers et fins.

 

Envie d’aller plus loin sur le processus de compostage ? Nous vous en disons plus sur comment réussir son compost. Et pour la préparation de certains de vos déchets, nous vous guidons sur l’utilisation d’un broyeur de végétaux.

Les matières vertes

Les matières dites vertes sont généralement fraîches, molles, humides et riches en azote. Elles se décomposent rapidement. Elles donnent au final une matière organique en faible quantité mais très nutritive et fertilisante.

En cuisine, les épluchures de fruits et légumes, certains restes de nourriture

 

Fortement azotés, ils peuvent s’intégrer, pour la plupart, en grande quantité à votre compost.

 

Précautions

Les agrumes, contrairement à une idée reçue bien ancrée, peuvent rejoindre le composteur. Vous contournerez la lenteur de la décomposition en découpant la peau en petits morceaux – ce qui est également le cas des épluchures de banane. Quant à l’acidité, elle sera maîtrisée grâce à une intégration de déchets d’agrumes en quantité raisonnable et contrebalancée par la présence de nombreux autres déchets. Mélangez régulièrement.

Marc de café et thé pourront être intégrés avec leurs filtres et infusettes préalablement découpés à l’exception des sachets en matière synthétique. Le pain rassis est découpé et humidifié. Les coquilles de fruits de mer, riches en azote, sont préalablement broyées.

Attention, apportés en grande quantité, fruits et légumes traités altéreront le processus de décomposition et la qualité du compost ; ceci est particulièrement vrai pour la peau des agrumes et des bananes qui concentrent les produits de type pesticide. À prendre en considération si vous êtes dans une démarche de jardin et potager écologique.

Au jardin, les tontes de gazon, les résidus frais de plantes ornementales et potagères, les tailles fraîches de haie, les engrais verts non enfouis, les fleurs fanées et feuilles encore vertes

 

Ces éléments seront d’autant plus riches en azote qu’ils seront frais, encore verts.

 

Précautions

Une herbe trop humide peut nuire à l’équilibre du compost ; dans ce cas, laissez sécher un peu vos résidus de tonte avant de les incorporer. En cas de compactage trop important, pensez à brasser.

Quant aux végétaux durs ou longs, coupez ou mieux encore, broyez avant de les déposer. Pour les feuilles vertes les plus coriaces, passer la tondeuse dessus peut être une solution.

Évitez l’apport en quantité de végétaux malades. Laissez les “mauvaises herbes” sécher avant de les incorporer. Écartez les “mauvaises herbes” montées en graines et les végétaux traités.

Le cas particulier des déjections animales

 

Très riches en azote, les excréments d’animaux domestiques peuvent être compostés, y compris avec la litière si et seulement si cette dernière est biodégradable. Si vos animaux suivent un traitement, ne déposez pas au compost.

 

Vous avez un poulailler ? Les litières de volailles sont très riches en azote, compostez en faible quantité.

 

Quant aux fumiers plus ou moins pailleux de bovins, d’ovins, de cheval, etc., ils ont un rapport carbone/azote équilibré. S’il est fortement pailleux, laissez-le à part commencer son travail de décomposition.

 

Le fumier ainsi apporté au compost augmente la température du tas, accélère le processus de compostage et enrichit l’ensemble.

Les matières brunes

Les matières dites brunes sont généralement sèches, dures et riches en carbone. Elles se décomposent plus lentement. Elles produiront à terme beaucoup d’humus, de matière organique qui, ajoutée en surface à vos plantations, permettra d’aérer le sol, de l’alléger, encouragera une meilleure et plus efficace absorption des amendements, fertilisants et éléments nutritifs.

À la maison, les déchets domestiques comme le papier, certains tissus, le carton, la cendre de bois, les copeaux.

 

Précautions

Qu’il s’agisse d’essuie-tout, de journaux et magazines ou encore de cartons d’emballage, les parties encrées sont à écarter du compost.

Les parties vierges (non colorées, non illustrées, non imprimées) sont découpées en petits morceaux, humidifiées et bien mélangées au tas pour accélérer leur décomposition.
Si vous avez une cheminée, vous pouvez faire un apport de cendre de bois à votre compost si ce dernier a reçu des éléments très acides comme des agrumes ou du marc de café par exemple. Cela étant dit, l’apport de cendre doit rester modéré entre autre pour éviter un effet de compactage trop important.
Vous aimez le bricolage et travaillez le bois ? Vous pouvez composter les copeaux de bois naturel en petite quantité. Proscrire les résidus de bois peints et traités.

En cuisine, les coques et coquilles

Précautions

Qu’il s’agisse de coquilles d’œufs ou de fruits secs, ces enveloppes dures doivent être concassées ou broyées avant de rejoindre le composteur.

Au jardin, le bois de taille, les petits branchages et broussailles, les écorces, les feuilles mortes, les tiges sèches, la paille

 

Précautions

Tous ces déchets bruns sont coupés finement ou broyés avant d’être mis au compost. Conservez quelques déchets un peu plus grossiers qui permettront une bonne aération du tas. Si vous avez un jardin très arboré et donc, périodiquement, beaucoup de déchets bruns, introduisez ceux-ci peu à peu, tout au long de l’année, au fur et à mesure des besoins en matières carbonées de votre compost.

Les déchets de résineux, contrairement à une idée reçue, n’acidifieront pas à outrance votre compost.

Par contre, ils contiennent d’autres substances – comme le terpène et le manganèse – qui méritent d’être maintenues à de faible concentration.

Tenez ces déchets à part, laissez-les se dégrader un peu avant de les intégrer au compost, dans des quantités modestes dans tous les cas.

À ne pas composter

Il n’existe pas de matières naturelles que la nature ne sache dégrader, décomposer. Certaines sont certes plus difficiles que d’autres, plus résistantes que d’autres. Certaines apportent peu à un compost. Et quelques matières et matériaux peuvent même nuire à sa qualité. Ceux-là sont à proscrire tout comme les déchets minéraux et synthétiques.

 

À la maison ou au jardin, on citera, pêle-mêle…

– les produits chimiques de toute nature :

produits d’entretien, détergents y compris en lingette, huile de vidange, les encres en cartouche ou imprimées ;

– les produits gras, huiles et graisses alimentaires ;

– les matières synthétiques non biodégradables, tissus synthétiques, couches-culottes, poussières d’aspirateur, mégots de cigarettes ;

– le charbon de bois et les briquettes pour barbecue ;

– les bois vernis, peints ou traités.

Notre sélection pour réussir votre compost

Jardiland - Activateur de compost UAB 2 kg

Jardiland

7,95 €

Aérateur de compost - L.95 x l.25 x H.70 cm

29,85 €

Seau Compost 6 L Gris - L.24,8 x l.23,8 x H.24,3 cm

9,95 €

Jardiland - Composteur en bois naturel 300L

Jardiland

99,95 €

Belli - Composteur Compost'éco noir 350 L

Belli

36,50 €

Comment utiliser un broyeur de végétaux ?

Lire la suite

Comment utiliser les feuilles mortes du jardin ?

Lire la suite