Poivron : variétés, plantation et culture

Poivron : variétés, plantation et culture

Vieux de plusieurs millénaires, originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, le poivron – Capsicum annuum – est parvenu jusqu’à nous Européens au XVIe siècle. Ce fruit peu calorique et riche en vitamines, se consomme en légume, cru ou cuit, et égaye de sa flamboyance une cuisine du soleil !

Principales variétés de poivron et caractéristiques

Le poivron appartient au même genre, Capsicum, et à la même famille, les Solanacées, que les piments, et en est une variété plus douce.

Démocratisé dans les années 60, il a vu sa culture se développer intensivement dès les années 90. Généralement cultivé sous serre, souvent à grand renfort de pesticides, il bénéficie malheureusement d’une mauvaise réputation d’un point de vue environnemental. On ne pourra donc qu’encourager une culture chez soi, plus écologique car se priver de ce “fruit-légume” et de ses innombrables variétés serait bien dommage.

 

Toutes les variétés de poivron ont en commun leur évolution colorimétrique : elles changent de couleur au fur et à mesure de leur mûrissement. Ainsi un poivron est à l’origine vert. Au fil des semaines, il devient jaune, puis orange et enfin, parvenu à pleine maturité, rouge plus ou moins sombre.

De nombreuses variétés sont disponibles, en graine ou en plant.

Laissez-vous tenter par :

 

‘Rosso’, une variété précoce à fruits coniques à consommer de préférence rouge foncé, à pleine maturité. Sa chair est douce et sucrée.

 

‘Corno di toro’, une variété ancienne très abondante, à fruits en forme de corne qui mûrissent de vert à rouge brillant. Chair juteuse, douce et parfumée.

 

Doux des Landes, une ancienne variété du Sud-Ouest très productive et à croissance rapide. Le fruit mince et long, à peau très fine, vert foncé puis rouge orangé a une saveur douce.

 

‘Ariane’, une variété à fruits carrés d’une splendide couleur orange à maturité complète. Sa chair épaisse est très aromatique et sucrée.

‘Doux de Valence’ aussi appelé ‘Doux d’Espagne’, une variété ancienne productive donnant de longs fruits verts bien savoureux.

 

Petit Marseillais, une variété très productive proposant un fruit rectangulaire de taille moyenne et légèrement fripé. Il se consomme vert ou orange, à pleine maturité.

 

‘Doux California Wonder’ et ses gros fruits carrés d’un bel orange une fois à maturité. La chair est épaisse et sucrée.

 

‘Petit carré de Nice’, une variété ancienne du Sud de la France donnant des fruits de taille moyenne, bien rouge à maturité.

Utilisation et bienfaits du poivron

Légume du soleil par excellence, le poivron se dégustera de bien des façons. Cru, en salade, en coulis, mariné ou cuit, grillé, rôti, mijoté, farci, mixé…

Il sera toujours bien plus savoureux dégusté ou cuisiné dès la récolte mais il peut se conserver environ une semaine au réfrigérateur, dans le bac à légumes.

 

Il peut se consommer à tous les stades sachant qu’il est un peu moins digeste lorsqu’il est vert et plus sucré lorsqu’il est rouge !  On notera également que la couleur interfère sur l’apport nutritionnel ; ainsi lorsqu’il est encore vert, celui-ci est plus riche en vitamine B9 alors que lorsqu’il est rouge il est plus riche en provitamine A.

 

Globalement, le poivron constitue un bel apport nutritif grâce à sa teneur en vitamines C et B6 également, en potassium et en antioxydants.

 

Enfin, très peu calorique, pauvre en sodium et riche en fibres, il reste un allié en matière de diététique.

Quand et comment semer ou planter le poivron ?

Le poivron réclame quelques attentions pour une culture réussie, au premier titre desquelles un emplacement très ensoleillé et abrité des vents. La chaleur restant la condition absolue, une plantation sous abri dans les régions les plus au nord peut être nécessaire. Vous pouvez également choisir de le cultiver en pots ou bacs et de le maintenir en intérieur si les températures ne sont pas assez clémentes.

 

Le semis est à réserver aux jardiniers les plus avertis. La température requise pour la germination du poivron est en moyenne de 28°C. Cette exigence de chaleur et la lenteur du développement de ce semis – dans les meilleures conditions, pour un semis installé en mars, le repiquage s’effectue en juin – impose un équipement adéquat comme une serre bien lumineuse, et une consommation importante d’énergie puisque celle-ci devra être chauffée.

Si vous optez pour des semis, ils se feront “à chaud”, de la mi-février à la mi-avril. Vous pouvez :

– semer les graines dans des terrines ou des caissettes en les espaçant de 2 cm puis repiquer chaque plant dans un godet rempli d’un mélange de terre du jardin et de terreau.

– semer directement chaque graine dans un godet, une solution moins traumatisante pour les plantes mais plus gourmande en espace.

Dès que les températures dépassent les 10°C la nuit (d’avril à juin selon les régions), vous pouvez procéder à l’installation de vos plants au potager, tout en les maintenant sous cloche si nécessaire.
1. Choisissez donc un endroit bien ensoleillé et sans vent.
2. Ameublissez le sol puis creusez-y un trou d’environ 30 cm de profondeur.
3. Remplissez le trou de plantation de compost bien mûr.
4. Installez le plant puis son tuteur. Rebouchez, tassez et arrosez copieusement.
5. Installez un paillage qui permettra de maintenir chaleur et humidité.

 

Si vous installez plusieurs plants, ils devront être espacés d’au moins 50 cm. Si vous optez pour une plantation en pot ou en bac, ceux-ci devront être profonds d’au moins 30 cm et l’apport en engrais devra être régulier.

Comment réussir la culture du poivron

La gestion de l’arrosage reste l’un des éléments clés de la culture du poivron. Au moment de la plantation, il devra être copieux (environ 5 l par plant) et renouvelé dans les mêmes conditions 1 semaine après. Laissez le temps au plant de s’installer. Puis, tout au long de la saison, assurez-vous que la terre soit toujours fraîche, légèrement humide sans jamais être ni détrempée ni totalement sèche !

 

Le paillage vous aidera à parvenir à cet équilibre. Il peut être minéral dans un premier temps (éclats d’ardoise, de terre cuite ou de tuile) et ainsi à la fois maintenir l’hydratation mais également optimiser le maintien de la chaleur solaire au sol. Puis, au moment de la fructification, alors que votre plant aura besoin d’être encouragé, vous pourrez lui préférer un paillage végétal plus nutritif. L’arrosage s’effectue au pied en évitant de toucher le feuillage, ce qui pourrait encourager la survenue de certaines maladies.

En ce qui concerne la taille, celle-ci n’est pas indispensable mais elle reste bien utile si vous souhaitez encourager la pousse des fruits et leur grosseur, surtout dans les régions les plus froides.

 

Ainsi, si vous considérez que vos poivrons ne sont pas assez gros ou trop lents à mûrir, dès lors que le pied porte une douzaine de fruits, étêtez la tige principale, la formation de nouveaux venus sera ainsi stoppée et la plante se concentrera sur l’existant.

 

Par contre, si vous trouvez que les fruits ne sont pas assez nombreux, à chaque apparition d’un fruit sur une branche, taillez les rameaux secondaires de celle-ci en laissant une feuille au-dessus du dernier fruit.

Comment lutter contre les maladies et parasites du poivron

Pucerons et mouches blanches restent les principaux ennemis du poivron. Certaines fleurs et plus particulièrement la capucine, placées à bonne distance, attireront ces ravageurs et les éloigneront ainsi de vos pieds. A contrario, d’autres fleurs comme les soucis ou les œillets d’Inde placées au pied de votre plant, joueront un rôle de répulsif.

 

En termes de maladies, anthracnose, oïdium et phytophtora sont à redouter. Les deux premières sont des maladies cryptogamiques, c’est-à-dire dues à la présence de champignons microscopiques. Afin d’en prévenir l’apparition, il faut détruire les parties malades et pratiquer la rotation des cultures .Elles se combattent aussi par la pulvérisation de produits biologiques comme la bouillie bordelaise ou le soufre. Quant au phytophtora, il survient uniquement en cas de sols détrempés. Veillez à la qualité de votre arrosage et prévoyez un drainage si nécessaire.

Conseils Jardiland

Assurer une évolution de qualité dans un potager, c’est aussi “travailler“ le voisinage !

Le poivron est globalement un bon voisin pour l’ensemble des légumes. Il apprécie la proximité des légumes de la même famille – les solanacées – comme la tomate ou l’aubergine mais également de la carotte et des choux. Le basilic et les laitues plantés à son pied profite de son voisinage et de la fraîcheur apportée par son ombre. Enfin, évitez de planter des épinards à proximité !

Les différentes façons de cuisiner le poivron

Pour conserver vos poivrons dans le temps :

– blanchissez-les et congelez-les ;

– pelez-les, passez-les au grill puis conservez-les dans l’huile durant de nombreux mois ;

– préparez-les en pickles en les couvrant d’une marinade composée de sel, sucre, eau, vinaigre. Un peu de piment, quelques gousses d’ail, des bocaux stérilisés au bain-marie et un repos d’un mois. Voilà !

 

Vous pouvez également le consommer dès la récolte. Cru, il offre des salades croquantes et des coulis colorés. Prenez soin d’enlever les pépins et la partie blanche. Si vous craignez une digestion difficile mais tenez tout de même à consommer vos poivrons crus, vous pouvez également ôter la peau avec un économe. Mixé et mélangé à une crème légère ou un yaourt, le poivron constituera un accompagnement frais et plein de saveur pour un flan de légumes ou un poisson froid par exemple.

Enfin, cuit en mijoté, rôti, farci ou grillé, il est l’un des incontournables des gastronomies méditerranéennes.

Légèrement rôti, pelé puis mixé avec noix, mélasse de grenade, huile d’olive et citron, il constitue l’élément phare du Mouhammara libanais.

Mijoté au côté de l’aubergine, de l’oignon, de la courgette et de la tomate, il est l’un des indispensable de la ratatouille niçoise traditionnelle.

Rouge, il entre dans la composition du gazpacho de Séville, au côté de la tomate grappe bien sûr et du concombre.

Il est avec la pomme de terre, le légume star du goulash hongrois. Relevé par le piment d’Espelette, il est l’élément de base de l’Eskualdul Saltsa, la fameuse sauce basquaise !

Et que dire de la multitude de recettes de poivrons farcis, végétariennes ou pas !

Préparer le potager avant de partir en vacances

Lire la suite

8 légumes fruits incontournables du potager

Lire la suite

Tomate : plantation, culture et taille

Lire la suite