Installer un système d'arrosage enterré dans son jardin

Installer un système d'arrosage enterré dans son jardin

L’arrosage enterré permet de conserver à votre jardin son esthétisme tout en étant un système économe en eau. Son installation n’est cependant pas anodine, demande quelques connaissances et exige que quelques règles soient suivies. Passage en revue

Étape 1 : dessiner un plan de votre futur réseau d’arrosage

Que ce soit au crayon sur papier millimétré ou sur ordinateur, vous devez impérativement commencer par tracer un plan à l’échelle de votre jardin en y faisant apparaître chaque élément pertinent : bâti, obstacle, arrivée d’eau, surface gazonnée, plantations.

 

Vous devez ensuite établir le débit d’eau qui est à votre disposition. Si vous n’êtes pas équipé d’un aquamètre, vous pouvez utiliser la méthode suivante :

– munissez-vous d’un seau ;

– chronométrez le temps qu’il vous faut pour remplir celui-ci à débit maximum ;

– pour connaître le débit d’eau en m3 par heure appliquez la formule suivante : la contenance du seau en litres x 3.6 / le temps de remplissage en secondes. Le débit requis est variable et dépendant de l’installation mais le débit minimum se situe généralement à 1.5 m3/h.

Enfin, vous devez également connaître la pression de votre réseau car votre installation d’arrosage enterré doit disposer d’une pression située entre 2 bars et 3.5 bars. Vous pouvez mesurer celle-ci à l’aide d’un manomètre.

 

Astuce Jardiland : si la pression de votre réseau domestique est trop faible, renseignez-vous auprès de votre plombier sur les mesures à prendre (réglage de la pression, installation d’une dérivation vers le robinet extérieur, recours à un surpresseur, etc.). Dans le cas d’une eau issue d’un puits ou d’un récupérateur de pluie, il vous sera possible d’installer une pompe pour atteindre la pression requise.

Cette donnée croisée avec la superficie et à la configuration des zones à arroser vont vous permettre d’établir le diamètre approprié pour le tuyau d’arrosage (25 ou 32 mm) et de déterminer le type et le nombre d’arroseurs nécessaires.

 

Pour ces derniers, vous aurez le choix entre :

– la tuyère, un arroseur à jet fixe qui agit par aspersion sur une portée allant de 2 à 5 m, plutôt recommandée pour les petits jardins et les petites parcelles ;

– la turbine, généralement équipée d’une buse rotative, qui permet l’arrosage par jet d’eau de grande portée – de 5 à 14 m –, recommandée pour des surfaces importantes, pouvant atteindre 400m2.

 

Astuce Jardiland : complétez cette information en demandant aux revendeurs de matériel le tableau de consommation des arroseurs qui vous sont proposés. Ces données vous permettront de finaliser vos calculs en termes de nombre d’arroseurs à implanter.

Avec tous ces éléments – configuration du jardin, superficie à arroser, types de végétation, débit d’eau disponible – vous pouvez finaliser le plan complet d’installation qui, outre les éléments de base, présentera :

– le positionnement des arroseurs et leur zone d’action que vous tracerez sur votre plan à l’aide d’un compas ;

– l’emplacement du réseau de tuyaux reliant les arroseurs entre eux.

Attention, plusieurs données sont à intégrer à votre réflexion.

 

Turbine et tuyère ne peuvent pas coexister sur un même circuit. Il peut être intéressant d’avoir recours aux deux selon la configuration de la ou des zones à arroser, vous devrez simplement les installer sur un réseau différent.

D’autre part, lors de la répartition de vos arroseurs sur le circuit, vous devez garder à l’esprit le débit d’eau disponible. Le débit nécessaire au bon fonctionnement de votre circuit – c’est-à-dire la somme des débits de chaque arroseur – doit lui être inférieur (avec une marge “d’erreur” de 10% environ). S’il est supérieur, vous n’avez pas d’autre choix que de prévoir plusieurs réseaux.

De plus, imaginez des réseaux les plus courts possibles afin de ne pas être trop pénalisé(e) par la perte de pression en fin de parcours, qui sera d’autant plus importante que le circuit sera long.

Enfin, si votre terrain est très venté, diminuez la distance entre chaque arroseur, l’eau sera ainsi moins portée par le vent.

Étape 2 : définir l’ensemble des raccordements et équipements

En fonction du plan élaboré et des circuits décidés, vous devrez définir d’une part les raccords entre les divers tuyaux et les divers arroseurs et, d’autre part, le raccordement final à votre arrivée d’eau.

 

Sur le premier point, et selon la section de vos tuyaux – 25 ou 32 mm –, vous devrez choisir :

– les connexions de tuyaux à savoir un manchon dans le cas d’un prolongement, un coude ou un té dans le cas d’une bifurcation et un bouchon pour une fin de réseau ;

– les raccords d’arroseurs que ce soit sur une ligne droite, sur un coin ou en coude à la fin d’un circuit.

 

Enfin, concernant le raccord entre l’arrivée d’eau et le ou les circuits d’arrosage, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

L’exploitation de votre arrosage peut être en commande manuelle – pour lancer votre arrosage, vous tournez le robinet d’arrivée d’eau tout simplement – ou à commande automatique, ce qui implique l’installation d’un programmateur entre le robinet et le système de départ enterré.

 

Concernant le réseau en lui-même :

Cas de figure n°1 – Votre plan prévoit un circuit unique : le tuyau viendra se connecter tout simplement à un système de départ enterré.

Cas de figure n°2 – Votre plan prévoit 2 circuits.

– si vous avez choisi de ne pas avoir recours à un programmateur, vous pourrez raccorder votre système de départ enterré à deux autres systèmes de robinet enterrés par le biais d’un té et de deux coudes.

– si vous avez choisi une configuration en commande automatique, reliez votre arrivée d’eau à deux systèmes de robinet enterrés, placés côte à côte. Dans ce cas, la connexion se fait par le biais d’un programmateur 2 voies et de deux conduites distinctes.

Au-delà des deux circuits – Sélecteur multi-circuits, sélecteur automatique, programmateur multi-voies, installation d’électrovannes… des configurations sont possibles pour tous les cas de figure, et ce quel que soit le nombre de canaux. Bien évidemment, plus le nombre de circuit est élevé, plus le raccordement est exigeant et complexe. Le recours à un professionnel peut alors être réellement judicieux.

 

Conseil Jardiland : à ce stade, vous pouvez compléter votre plan en ajoutant des précisions sur les raccords tuyaux/arroseurs mais également sur l’installation choisie pour le raccordement réseau (emplacement de l’arrivée, de l’alimentation électrique si nécessaire, du programmateur, des électrovannes et des vannes d’arrêt, etc.). Enfin établissez une liste du matériel et des équipements.

Étape 3 : mettre en place le système d’arrosage enterré

À l’aide d’un mètre, de piquets et de cordeau, commencez par délimiter le tracé de votre ou vos circuits en matérialisant également les emplacements des arroseurs.

 

Cette étape terminée, entamez la réalisation des tranchées.

Dans le cas d’un terrain vierge, creusez à la pelle et à la pioche sur une profondeur de 20 à 25 cm. Conservez la terre sur une bâche par exemple.

Dans le cas d’un terrain gazonné, prenez soin de tondre court en amont. Procédez avec une bêche en enlevant le gazon par plaque d’une dizaine de centimètre de large sur une vingtaine de centimètres de profondeur. Terminez de creuser et niveler à la binette par exemple pour atteindre les 25 cm de profondeur requis (ce qui gardera vos tuyaux du gel). Conservez les plaques de gazon sur motte avec précaution pour pouvoir les replacer par la suite.

Conseil Jardiland : si vous n’êtes pas sûr de vous, de vos plans, de vos calculs de zone, vous pouvez installer et tester votre système d’arrosage en surface avant de procéder à la réalisation des tranchées, surtout si vous évoluez dans un jardin déjà gazonné !

Étalez une couche de sable au fond de la tranchée et mettez en place les tuyaux en partant de la fin du circuit et en vous dirigeant vers l’arrivée d’eau.

 

Si des coupes sont nécessaires, procédez proprement avec une scie à métaux ou une pince coupe-tube, ébavurez avec du papier de verre.

 

Raccordez les tuyaux là où nécessaire et installez tous les raccords d’arroseurs.

 

Au terme de cette étape, et avant d’installer les arroseurs eux-mêmes, procédez à la connexion de votre circuit au réseau d’eau en suivant attentivement les instructions inhérentes aux équipements choisis (électrovannes, robinet enterré, programmateur).

Envoyez une première fois de l’eau dans le circuit afin de le nettoyer des éventuels débris de découpe. Puis procédez à l’installation des divers arroseurs.

 

Lors de la deuxième mise en eau, vérifiez le bon fonctionnement du programmateur, des arroseurs et l’absence de fuite.

 

Vous pouvez procéder au rebouchage de vos tranchées. Déposez dans un premier temps une couche de sable puis la terre ou les plaques de gazon.

 

Astuce Jardiland : comme pour tout système d’arrosage automatique, vous pouvez adjoindre à votre installation un système de détection de pluie qui permettra à l’arrosage de ne pas se déclencher. Enfin, pensez à protéger votre robinet extérieur et le programmateur en cas d’hiver rigoureux.

Comment installer un récupérateur d'eau de pluie ?

Lire la suite

Tout savoir sur l’entretien du gazon en été

Lire la suite

Bien arroser ses plantes en été

Lire la suite