Comment entretenir un bassin de jardin ?

Comment entretenir un bassin de jardin ?

Un bassin de jardin accueille une multitude d’organismes vivants qui au fil du temps entrent en synergie et bâtissent un écosystème fantastique mais à l’équilibre fragile. Pour aider à son maintien, de la vigilance, quelques bons gestes et un entretien spécifique à chaque saison sera nécessaire.

Le bassin de jardin, un écosystème en équilibre

Un bassin de jardin, c’est donc un savant mélange entre des organismes vivants – poissons, plantes, insectes et bactéries – et un milieu – le bassin en lui-même, l’eau, l’environnement immédiat, les aménagements et les équipements.

 

Pour conserver un bassin “en bonne santé”, une eau claire, une faune et une flore épanouie, plusieurs points sont à surveiller à tout moment de l’année.

 

L’oxygénation de l’eau

D’elle dépendent la survie des hôtes du bassin, végétaux et animaux et, en partie, la limpidité des lieux. Son bon niveau est assuré par la présence de plantes qui libèrent beaucoup d’oxygène. Qu’elles soient installées sur les berges – roseaux, joncs, carex -, en surface pour créer de l’ombre comme les nénuphars géants ou encore qu’elles soient immergées.

En matière d’oxygénation, une eau en mouvement constant est également un atout. Pour ce dernier point, et en fonction de la taille de votre bassin, l’installation d’une pompe peut s’avérer indispensable. La création d’une fontaine, d’une cascade ou d’un petit ruisseau peuvent également être une solution.

La propreté de l’eau

La décomposition de végétaux, la présence trop importante d’algues et de plantes envahissantes, les déjections animales provoqueront une altération progressive du milieu et son étouffement. Plusieurs actions peuvent être menées : installation et entretien régulier d’un filtre biologique, mise en place d’une lampe à UV qui détruira algues flottantes (“eau verte”) et bactéries, nettoyage régulier de la surface, installation d’un nombre suffisant de végétaux et entretien de ceux-ci, maîtrise de la population de poissons et de la quantité de nourriture apportée (celle-ci doit être consommée en totalité et ce dans les cinq minutes).

 

Testez l’eau est primordial, que ce soit au moment de l’apport d’un supplément ou tout au long de l’année dans le bassin lui-même. Cela vous permettra de procéder aux ajustements nécessaires au bon équilibre de votre jardin aquatique. Des kits de tests sont disponibles dans votre jardinerie préférée !

Conseils Jardiland : Une bonne gestion de l’apport de poisson est primordiale. Leur nombre d’abord ne doit pas être excessif – 1 poisson par 50 l d’eau à peu près, 1 carpe Koï au m3 – et leur nourriture doit représenter des volumes appropriés. Celle-ci elle doit être consommée dans sa totalité et rapidement sans quoi elle rejoindra la longue liste des déchets indésirables ; observez le comportement de vos poissons et réajustez en fonction ! 

La température de l’eau

Une eau trop chaude favorisera la reproduction et le développement des organismes indésirables comme les algues vertes en particulier, et mettra en péril la flore mais surtout la faune. Mais en réalité, ce sont les amplitudes trop importantes dans une journée qui sont réellement problématiques. Ainsi, idéalement, l’été, l’eau devra être maintenue à une température oscillant entre 20°C à 23°C. Modulez l’exposition et l’ombrage de votre bassin. Aérateurs et fontaines aideront également.

 

Le niveau de l’eau

L’hiver, assurez-vous que celui-ci est assez élevé pour pouvoir garantir une eau libre sous la glace.

Par temps de sécheresse, le niveau doit faire l’objet d’une surveillance accrue  car l’évaporation peut être considérable dans ces périodes. Réintroduisez de l’eau au fur et à mesure, par petites quantités pour ne pas trop bousculer le milieu existant. L’eau doit être mise à température ambiante avant d’être introduite. Stockez-la en amont à l’air libre, dehors.

Conseil Jardiland : S’il s’agit de l’eau du robinet, le chlore aura en plus besoin de 48 h pour s’évaporer. S’il s’agit d’eau de pluie, assurez-vous qu’elle ne soit pas trop déminéralisée ou trop acide. S’il s’agit d’eau de source ou de puits, méfiez-vous des nitrates et de la présence de pesticides, engrais et autres traitements agricoles !

Au printemps, la remise en forme

Au sortir de l’hiver, dès que le risque de gel est écarté, relancez les dispositifs de filtration. Au préalable, vous aurez pris soin de vérifier et nettoyer les équipements : nettoyage de la pompe, récurage du calcaire, renouvellement de la lampe UV, petite révision des systèmes de serrage, nettoyage des filtres, renouvellement des granulés, etc.

Contrôlez l’étanchéité du bassin qui a pu être mise à rude épreuve par grands froids. Remettez l’eau à niveau si nécessaire. Testez-la et remédiez à un déséquilibre éventuel.

 

En surface, ramassez à l’épuisette brindilles, déchets verts et feuilles mortes. Agissez lentement en prenez soin de ne pas trop déranger la faune encore endormie. Nettoyez les plantes du bassin et des berges en supprimant les feuilles abîmées ou fanées, taillez quand nécessaire en faisant attention que des larves ou des œufs ne soient pas dissimulés dans la végétation.

Nourrissez les végétaux qui ont besoin d’un coup de pouce avec un engrais adapté, à libération lente. Faites un apport de substrat quand nécessaire. Une fois l’eau bien réchauffée, installez les éventuelles nouvelles plantes aquatiques.

 

Recommencez à nourrir les poissons en augmentant très progressivement l’apport quotidien. Aménagez de petites zones d’atterrissage et de stationnement pour la faune qui s’éveille et réinvestit les lieux : crapauds, rainettes, tritons et salamandres, libellules et papillons.

 

Conseils Jardiland : En cette saison de grand nettoyage, vous pourriez être tentés par une opération de grande ampleur et une solution radicale : la vidange de votre bassin. À l’exception d’un cas de force majeure comme une fuite ou une contamination irréversible, cette solution est à écarter. En renouvelant totalement l’eau de votre bassin, vous détruiriez l’équilibre si méthodiquement gagné. Flore, faune et plus particulièrement vos poissons pourraient ne pas s’en remettre !

En été, une attention renforcée

Période de grande activité pour votre bassin, l’été est également la saison de tous les dangers.

La végétation, à l’apogée de son développement, demande attention et entretien.

 

Taillez lorsque celle-ci devient trop envahissante.

Chassez les ravageurs qui s’en délectent, en particulier les pucerons ; immergez la plante ou passez-la au jet, cette simple action devrait débarrasser le feuillage et réjouir vos poissons qui se régaleront des insectes.

Veillez également à ne pas laisser proliférer les lentilles d’eau et les algues vertes. Supprimez le surplus au fur et à mesure, manuellement.

 

Nourrissez vos poissons un peu plus généreusement en respectant toujours la même règle : la portion doit être absorbée totalement dans les cinq minutes !

Assurez-vous que la qualité de l’eau ne se détériore pas. Contrôlez le taux d’oxygène, le taux de nitrate et la température. Vérifiez régulièrement le niveau et apportez de l’eau fraîche en complément dès que nécessaire. Nettoyez le système de filtration, très sollicité, et l’ensemble des dispositifs en place. Maintenez plus que jamais actives vos cascades.

 

Apportez également de l’ombrage si vous constatez une recrudescence alarmante d’algues vertes mais également si la température de l’eau augmente trop. Vous pouvez avoir décidé en amont de planter un arbre persistant, vous pouvez également choisir des arbustes en pots qui seront déplacés à volonté ou encore des voiles d’ombrage qui seront installés au gré de l’ensoleillement. Les plantes flottantes contribueront aussi au maintien de zones plus fraîches. En réalité, en matière d’ombre, tout sera question là encore d’équilibre. Maintenir une température raisonnable tout en offrant suffisamment de soleil aux plantes aquatiques qui en ont impérativement besoin pour croître et s’épanouir.

En automne, l’amorce d’un ralentissement

Alors que la végétation lentement se met au repos, apportez les derniers soins avant l’hivernage.

 

Nettoyez les feuilles d’automne régulièrement ou si la chute s’annonce volumineuse, anticipez en tendant un filet au-dessus du bassin.

 

Nourrissez encore quotidiennement vos poissons qui commencent à constituer leur réserve pour l’hiver. Lentement, leur ration est réduite et n’est plus qu’hebdomadaire en fin d’automne.

 

Faites une dernière mise à niveau de l’eau si nécessaire.

 

Procédez à un nettoyage complet de l’ensemble de vos dispositifs et équipements et surtout de votre système de filtration.

En hiver, repos pour tout le monde

Selon les régions, dès la fin de l’automne ou en début d’hiver, dès que la température de l’eau descend en-dessous de 10°C, le système de filtration est coupé. Le matériel est remisé hors gel. Maintenez un nettoyage manuel des feuilles et une surveillance du niveau de l’eau.

 

Concernant la végétation, les plantes gélives sont rentrées. Placées dans un seau d’eau assez profond, elles sont placées hors gel à une température moyenne de 15°C. Pour les plantes restant en place, elles sont surveillées régulièrement, débarrassées des parties fanées ou pourries.

 

Concernant les poissons, la plupart des espèces ne seront plus nourris dès que l’eau passe en dessous des 7°C. Pour maintenir une oxygénation suffisante de l’eau en cas de fortes gelées, préservez du gel une partie de la surface en installant une cloche antigel par exemple.

Conseil Jardiland : En fonction des espèces de poissons qui peuplent votre bassin, vous ferez peut-être le choix de maintenir une activité et donc une température constante supérieure à 10°C. Il vous faudra alors avoir recours à un système de chauffage et apporter à la faune et à la flore les mêmes soins et attention qu’en automne.

Comment décorer son bassin de jardin ?

Lire la suite

Comment prendre soin des carpes koï au bassin de jardin ?

Lire la suite

Quelles plantes aquatiques pour un bassin de jardin ?

Lire la suite