Conifères nains : variétés, plantation, culture et entretien

Conifères nains : variétés, plantation, culture et entretien

Les conifères nains ont investi les jardins. Ils offrent aux rocailles et aux potées leur délicates silhouettes, leur fortes personnalités et une grande variété de forme et de couleur. Jupinerus, Abies, Chamaecyparis, Pinus ou encore Picea, choisissez votre genre et suivez nos conseils de plantation et d’entretien pour une culture réussie !

Principales variétés de conifères nains et caractéristiques

Dans la grande famille des Pinophytes et parmi les quelques 650 espèces qu’elle compte de par le monde, il est un groupe à part, les conifères nains, des variétés très diverses en termes de formes et de couleurs : du doré au bleu glacé en passant par toute une palette de vert, du port tabulaire à la boule en passant par le coussin ou le cône. Elles ont cependant toutes en commun, une croissance lente et des dimensions modestes, voire miniatures, pour leur genre.

 

Élégants, divers, faciles à entretenir, persistants, ils se cultivent en pleine terre comme en pot, en rocaille comme en vasque.

 

Le choix étant très important, nous avons pris le parti dans cet article de sélectionner des variétés aux dimensions particulièrement modestes et à la croissance réellement lente.

Parmi les grands genres représentés, on citera Juniperus, le Genévrier.

Vous le choisirez nain et rampant comme Juniperus procumbens ‘Nana’, Son port étalé n’excèdera pas les 30 cm à maturité et son envergure atteindra 1.50 m mais à un rythme très lent. Des branches nombreuses, un feuillage très dense contribuent à faire de ce spécimen un sujet très couvrant d’un beau vert clair au printemps se mâtinant peu à peu de bleu en se rapprochant de l’hiver. Laissez-le habiller un talus, un muret. Offrez-lui soleil et situation abritée des vents. Ou cultivez-le en pot et laissez-vous tenter par une taille de type bonzaï.

 

Un peu plus bas encore – 25 cm pas plus à maturité – Juniperus squamata ‘Blue Carpet’ est un genévrier dit écailleux également connu sous le nom de Genévrier du Népal. Extrêmement rustique, il résiste à des températures en-deçà de -30°C : il préfèrera les climats montagnards voire tempérés et redoutera les situations chaudes et arides. En pleine terre comme en pot, il vous séduira par l’extraordinaire teinte bleu-argenté de son feuillage persistant.

Le genre Abies est plutôt connu pour ces spécimens imposants, les Sapins du Colorado, d’Espagne ou des Vosges. Vous trouverez pourtant des variétés naines, plus que ravissantes, à cultiver en rocaille ou en pot.

 

Trapue, compacte, globuleuse dans les premières années et s’étalant peu à peu, la variante miniature Abies balsamea ‘Nana’ n’excédera pas 50 cm de haut pour une envergure de 60 cm. Vous aimerez les nuances de son feuillage, vert sombre en son cœur, vert tendre aux extrémités, sa douceur au toucher, son parfum enfin subtilement épicé. Vous le planterez au soleil ou à la mi-ombre, et profiterez de sa silhouette en coussin.

 

Si ce sont les courbes que vous aimez, vous craquerez forcément pour Abies koreana ‘Nadelkissen’. Ce Sapin de Corée présente des mensurations mini avec ses 35 cm x 35 cm, un port boule du meilleur effet et une croissance ultra-lente (3 cm par an). Son feuillage est soigné, très structuré, brillant, d’un vert lumineux mâtiné d’argent au revers. Installez-le à mi-ombre, dans un endroit plutôt frais.

Dans le vaste genre Chamaecyparis, on connait les grands Cyprès de Leyland, de Lawson et toute une série de Faux-Cyprès, particulièrement utilisés en haie pour leur feuillage persistant dense et écailleux. Mais le genre a donné également quelques cultivars nains.

 

L’espèce la plus connue, le Faux-Cyprès Sawara propose par exemple le sujet le plus “grand” parmi les petits, Chamaecyparis pisifera ‘Nana’, avec ses 70 cm de hauteur après plusieurs décennies de pousse. Ses rameaux très fins, un peu retombants, offre une silhouette douce en demi-sphère.

 

Cette même espèce pisifera propose également l’un des cultivars les plus petits, ‘Tsukuma’

dont le petit coussin globuleux ne dépassera pas les 25 cm de haut et les 30 cm d’envergure après plus de 20 ans de culture !

Autre curiosité, le Cyprès hinoki du Japon et plus précisément son cultivar Chamaecyparis obtusa ‘Teddy Bear’. Ce sujet de 60 cm de haut à maturité vaut pour la grande originalité de son feuillage très fin et de son port très gracile et érigé qui lui donne plus l’allure d’une fougère. Un peu plus fragile que les autres, ce conifère nain se plante à l’abri des vents soutenus, sous un soleil tamisé ou à la mi-ombre et s’arrose régulièrement par temps de sécheresse.

Star des haies également, les Thuyas sont des conifères à rameaux écailleux et plats. Le genre Thuja comprend 5 espèces dont une géante pouvant atteindre 60 m. Mais c’est à ses cultivars nains que nous nous intéressons ici pour une implantation en rocaille ou en pot.

 

Les Thuja occidentalis, entre autres, qui proposent des feuillages particulièrement somptueux avec des teintes allant du jaune au bronze, de l’orangé au cuivré. On aime ‘Golden Tuffet’ pour sa forme en coussin bien compact qui en fait un couvre-sol très élégant. Il atteindra en plus d’une décennie 70 cm pour 1.50 m d’envergure. Pour un port plus conique et une stature pyramidale de près d’1.50 m à terme, choisissez Thuja occidentalis ‘Rheingold’, un petit thuya du Canada réellement saisissant de luminosité.

Et si ce sont justement les ports pyramidaux que vous aimez, tentez Thuja orientalis ‘Aurea Nana’, avec son feuillage gracile et crépu, sa belle couleur doré au printemps, cuivré en hiver. Il atteindra au terme d’une lente croissance 1 m de haut pour une envergure n’excédant pas les 80 cm.

 

Pour aller plus loin, lisez nos conseils Quand et comment tailler une haie de thuyas ?

On les confond souvent avec des sapins, les Épicéas sont pourtant bel et bien un genre à part, Picea, fort d’une quarantaine d’espèces dont quelques cultivars nains.

 

Même s’il est loin d’être le plus petit du genre, impossible de ne pas citer Picea pungens ‘Glauca Globosa’ et la beauté de son bleu, remarquable de nuances au fil des saisons. On aime également ses toutes petites aiguilles, son port buissonnant et son allure quelque peu dégingandée. Il pourra certes atteindre 1.50 m de haut pour une envergure de 1.25 m mais après plusieurs décennies puisque sa croissance, extrêmement lente, n’excède guère les 6 cm par an.

 

Si c’est un vert franc, vif et tendre que vous recherchez pour illuminer vos rocailles et potées, tournez-vous vers Picea abies ‘Little Gem’, une variété très mini d’épicéa commun avec ses 30 cm de haut pour 50 cm d’envergure à pleine maturité. Vous ne vous lasserez pas de sa petite silhouette presque parfaitement sphérique et de son beau camaïeu de verts parsemés en hiver de rameaux rougeâtre ultra-décoratifs.

Nous ne pourrions terminer cette brève sélection sans parler du genre Pinus.

Si nous connaissons ces plus emblématiques représentants, les Pins sylvestre, maritime ou parasol entre autres (voir notre article dans ce site site Pin : variétés, plantation, culture et entretien), les variétés naines sont assez nombreuses et souvent remarquables.

 

Citons Pinus densiflora ‘Jane Kluis’, un cultivar nain de Pin rouge du Japon bien hors du commun.

Son port tabulaire, en premier lieu, qui apportera horizontalité et élégance aux massifs et rocailles, et qui prédispose tout particulièrement cette variété à l’art du bonzaï. Son feuillage ensuite, de longues aiguilles vert vif s’ouvrant en éventail au fil du temps. De croissance très lente, il atteindra 50 cm à maturité. Sans taille, il développera sa belle silhouette sur 1.50 à 2 m de large. Vous le placerez au soleil, qu’il affectionne particulièrement mais lui apporterez un arrosage régulier en cas de sécheresse.

Quant à Pinus nigra ‘Pierrick Brégéon’, on adore les possibilités qu’il propose. Le port naturellement sphérique de ce Pin noir lui permet de se poser au cœur d’une rocaille telle une topiaire quasi innée. Mais il se cultive tout aussi bien sur tige, en pot par exemple, et forme alors un petit pin parasol des plus fiers et élégants. Dense par nature, esthétique en toutes circonstances, alternant vert tendre et vert profond, il s’installe partout et résiste à presque tout, si ce n’est à une canicule persistante qui exigera alors un apport d’eau conséquent.

Quand et comment planter les conifères nains ?

Nous l’avons vu, les conifères nains appartiennent à plusieurs genres, chacun ayant des spécificités culturales. Il vous faudra donc suivre les instructions particulières précisément liées aux variétés choisies.

Ce que l’on peut dire tout de même de manière assez globale, c’est que le conifère se plante plutôt à l’automne ou éventuellement lors d’un printemps doux.

 

La motte sera toujours détrempée puis égouttée avant plantation. Le trou d’installation est conséquent, généralement trois fois supérieur à la motte pour que les racines puissent bien se déployer.

Le sol peut être ordinaire, au mieux acide, et il doit être impérativement bien drainé. Décompactez la terre, aérez en amont. Amendez-la avec du compost, du terreau si nécessaire, ou de la terre de bruyère éventuellement si l’environnement est calcaire. Placez la motte surtout sans la casser. Arrosez abondamment lors de la plantation.

Pour une plantation en pot ou bac, le contenant doit être de bonnes dimensions. Il prendra en compte la taille à maturité. Le fond est impérativement percé et habillé d’une couche drainante de bille d’argile. Le substrat est riche et drainant, un mélange de terreau de qualité, de sable et de compost.

Comment entretenir et tailler les conifères nains ?

S’il y a bien un avantage à cultiver des conifères nains, c’est qu’ils demandent bien peu d’entretien.

Un arrosage la première année pour les sujets en pleine terre et une surveillance lors de sécheresse pour la plupart des variétés. Un arrosage plus régulier pour les sujets en pot – généralement dès que le substrat est sec en surface. Un paillage pour conserver humidité et fraîcheur.

Un peu d’engrais à diffusion lente pour les conifères en contenant.

En ce qui concerne les maladies et ravageurs des conifères, les variétés naines sont souvent très résistantes. On surveille les acariens comme les araignées rouges qui font jaunir les aiguilles. Arrosez les branches atteintes, pulvérisez une huile végétale à l’entrée de l’hiver. Veillez l’apparition de chenilles processionnaires, débarrassez-vous au plus vite, et en vous protégeant, des nids ouateux. Brûlez-les ou mieux immergez-les. Traitez vos végétaux avec des pulvérisations de produits à base de Bacillus thuringiensis.

L’apparition de rouille – et ses taches rouges – ou de champignon provoquant le jaunissement des aiguilles, implique que vous vous débarrassiez très rapidement des parties infectées. Traitez à la bouillie bordelaise en respectant scrupuleusement les indications de dosage du fabricant.

En ce qui concerne la taille, elle n’est pas obligatoire. Vous pourrez choisir de laisser vos végétaux déployer lentement leur silhouette naturelle.

 

Mais vous pourrez aussi, selon la variété choisie, vous pourrez vous adonner aux divers arts de la taille.

À l’instar du buis, certains genres se prêteront particulièrement bien à l’art topiaire et à ses formes géométriques emblématiques des jardins à la française.

D’autres, les plus petites, seront parfaites pour des exercices de miniaturisation façon bonzaï japonais ou penjing chinois.

Enfin, certaines silhouettes tabulaires seront totalement adaptées pour des tailles en nuage.

 

Ces “interventions artistiques” s’effectuent, avec parcimonie et précision, à la fin du printemps pour la formation puis au tout début de l’automne pour l’entretien.

Notre sélection

Pin rouge du Japon 'Jane Kluis'

À partir de 24,95 €

Faux cyprès Sawara 'Nana'

À partir de 12,95 €

Genévrier rampant nain 'Nana'

À partir de 10,90 €

Genévrier écailleux 'Blue Carpet'

À partir de 7,90 €

Épicéa Bleu Du Colorado 'Glauca Globosa'

À partir de 28,59 €

Thuya d'Occident 'Rheingold'

À partir de 14,69 €

Thuya d'Orient 'Aurea Nana'

À partir de 6,19 €

Pin Noir 'Pierrick Brégeon'

À partir de 30,90 €

Sapin Baumier Nain

À partir de 34,95 €

La plante du mois : Bonsaï d’extérieur

Lire la suite