Comment réhabituer mon chien à son retour de vacances ?

Comment réhabituer mon chien à son retour de vacances ?

Des promenades à n’en plus en finir, des soirées entre amis, des câlins, du farniente… votre chien aussi revient de vacances avec des souvenirs plein la tête et quand vient le moment de rentrer à la maison, les choses ne sont pas toujours simples. Voici quelques conseils pour un retour en douceur pour lui comme pour vous !

Faire un bilan forme et santé

Tiques, puces, aoûtats, irritations diverses dues à l’eau de mer, au sable et à la vie en extérieur, excès alimentaires, contacts avec de nombreux congénères, présence d’épillets, blessures aux coussinets, etc., votre chien ramène de vacances de merveilleux souvenirs mais aussi quelques déconvenues. (Pour tous savoir sur comment protéger son chien des dangers de l’été, consultez notre dossier !)

 

Un bain voire une bonne séance de toilettage

permettra à votre animal de retrouver une hygiène irréprochable et de repérer d’éventuels hôtes indésirables ou bobos à soigner.

 

Prêtez une attention particulière au nettoyage des oreilles et préparez-vous en cette période automnale à gérer la mue des poils de votre chien. Un brossage régulier sera le geste le plus approprié – et un instant privilégié à partager !

Traitements contre d’éventuels parasites externes, administration d’un vermifuge, mise en place d’un petit régime, gestion du stress, de l’anxiété et du blues… La période est idéale pour faire un bilan de rentrée chez son vétérinaire préféré qui auscultera, administrera et conseillera afin d’attaquer le retour à la normalité dans un bon état d’esprit et le changement de saison dans la meilleure des conditions physiques.

 

Conseil Jardiland : si vous avez plusieurs animaux de compagnie, cette visite de contrôle s’adresse à tous car chacun peut contaminer l’autre sans que tous ne manifestent nécessairement des symptômes.

Reprendre progressivement les bonnes habitudes

Si votre chien a reçu une alimentation nettement différente de son régime habituel : revenez progressivement à son alimentation habituelle que ce soit en termes de contenu que de quantité. Il ne s’agit ni de provoquer des troubles intestinaux ni de le frustrer ni de le perturber plus encore qu’il ne l’est. Il est question de revenir à une routine rassurante dont la prise de repas fait partie.

 

Votre animal a passé beaucoup de temps à l’extérieur et doit s’acclimater de nouveau à une vie en appartement : prenez le temps de faire de grandes promenades avec lui, le plus souvent possible. Si vous ne pouvez pas maintenir un nombre de sorties important, reprenez vos habitudes en réduisant lentement le nombre et la durée de celles-ci.

Qu’il ait été en vacances avec vous ou avec d’autres, l’ambiance était plus permissive : limitez peu à peu le champs des possibles jusqu’à revenir aux règles habituelles. Votre chien – à l’exception des chiots qui sont en phase d’apprentissage – sait faire la différence entre la règle et l’exception, un lieu de vie et un lieu de villégiature.

Réapprendre à rester seul

Durant les vacances, votre chien aura certainement été sollicité plus que d’ordinaire et aura passé plus de temps en votre compagnie, avec d’autres personnes ou d’autres congénères. De retour à son quotidien, il va de nouveau connaître l’absence de l’autre. C’est certainement ce sentiment de solitude qui posera le plus de problème à votre compagnon canin quand la routine va de nouveau s’installer.

 

L’idéal reste un retour progressif à la normale, une réduction des moments passés ensemble, des activités communes et des interactions émotionnelles quelques jours avant la fin des vacances, une première étape de sevrage en quelque sorte.

 

Et si vous habitez en appartement, des séjours de plus en plus fréquents en intérieur le prépareront tant physiquement que mentalement. Cela peut également être le moment de lui offrir un nouveau jouet qui l’accompagnera dans cette période de transition.

Lutter contre la déprime

Perte d’appétit, apathie, pleurs et gémissements, aboiements intempestifs, comportements destructeurs, les signes de mal être sont nombreux. La plupart du temps ceux-ci s’avèreront passagers et vous et votre compagnon canin ne tarderez pas à retrouver un certain équilibre dans la normalité du quotidien.

 

Vous pouvez bien évidemment l’aider à surmonter plus vite ce sentiment de solitude.

Nous l’avons vu l’anticipation aidera grandement celui-ci à moins souffrir du changement.

 

Mais au-delà des habitudes, vous pouvez également travailler votre comportement en répondant moins à ses sollicitations, en prenant un peu de distance affective avec lui, en l’encourageant à avoir sa vie propre, loin de vous, même au sein d’une même maison.

Veillez aussi à adopter un comportement plus neutre dans les instants qui précèdent et suivent vos absences : pas d’effusion, pas d’embrassade.

 

Pour marquer votre joie de la retrouvaille et de son bon comportement, offrez-lui plutôt un jouet ou une friandise d’occupation comme un os à mâcher par exemple.

 

Il ne s’agit pas là de le priver d’affection et du plaisir d’être ensemble, mais si votre chien est angoissé par nature, il s’agit de dédramatiser l’éloignement. De lui prouver que l’absence est une situation comme une autre et, qui plus est, passagère.

 

Ce travail comportemental sera d’autant plus bénéfique si vous aussi souffrez de cette séparation.

N’oubliez pas que de votre sérénité dépendra celle de votre chien qui ressent profondément vos angoisses et réticences.

Assurez-vous également que son espace de vie est propre et agréable durant votre absence. Laissez-lui de quoi se lover – une couverture, un plaid – et de quoi jouer.

Veillez à ce que les écarts de température ne soient pas trop prononcés entre la maison et son lieu de villégiature. Si tel est le cas, agissez en conséquence (hydratation en abondance et accès à des pièces fraîches si les températures sont élevées, couverture et vêtements si les températures sont significativement plus basses).

 

S’il fait des bêtises, ne le punissez pas, cela ne sert à rien et est même contre-productif. A contrario, ne le gratifiez pas sans raison, pas de friandises à outrance ou, dans tous les cas, pas n’importe quand et n’importe comment. De préférence en cas de bon comportement et si vous souhaitez seulement et simplement partager un moment de plaisir et de complicité, offrez-lui un petit quelque chose en lui demandant au moins de s’asseoir !

Si au fil du temps, votre chien semble persister dans une forme de déprime et que rien n’améliore son état, consultez un vétérinaire qui pourra choisir d’administrer un calmant léger ou quelque chose d’un peu plus fort si nécessaire, qui vous conseillera sur le comportement à adopter ou vous orientera éventuellement sur un comportementaliste canin.

Notre sélection

KONG Classic M

Kong

14,95 €

Jouet chien - Cochon latex 15 cm

Anka

8,50 €

Renard plat 38cm skinneeez

Agrobiothers

5,60 €

Nylabone - Puppy bone poulet taille M

Nylabone

9,95 €

Comment bien brosser son chien ?

Lire la suite

Protéger son chien des dangers de l'été

Lire la suite