Comment bien rempoter ses plantes d’intérieur ?

Comment bien rempoter ses plantes d’intérieur ?

Une plante cultivée en pot ne dispose que d’un faible volume de terre, qu’elle épuise peu à peu. Les nutriments nécessaires à sa bonne santé lui font alors défaut. S’il s’agit d’une jeune plante qui n’a pas encore atteint sa taille définitive, ses racines se trouvent vite à l’étroit et nécessitent au bout d’un certain temps, un pot plus grand. Pour ces deux raisons, il est nécessaire de rempoter régulièrement une plante d’intérieur, et plus généralement toute plante cultivée en pot. Voici pas à pas comment procéder.

Quand rempoter une plante ?

Rempoter une plante d’intérieur en pleine croissance

Pour une jeune plante qui n’a pas encore atteint sa taille définitive, il est bon de procéder à un rempotage une fois par an, en choisissant chaque fois un nouveau pot un peu plus grand que le précédent.

Si vous avez tardé à rempoter, certains signes peuvent vous rappeler à l’ordre :

– La plante pousse moins vite.

– Les nouvelles feuilles sont plus petites que d’habitude.

– Les racines de la plante sortent par le trou de drainage.

– Le feuillage jaunit.

– La floraison est moins abondante

 

Rempoter une plante d’intérieur adulte

Lorsque la plante a atteint sa maturité, les rempotages peuvent s’espacer, pour n’avoir lieu que tous les 2 ou 3 ans, sans changer la dimension du pot. Celui-ci consistera juste à changer le terreau.

 

La bonne saison pour rempoter une plante

Pour rempoter une plante verte ou fleurie, la meilleure période est celle du repos végétatif, c’est-à-dire à la fin de l’hiver ou au tout début du printemps, le mois de mars étant idéal.

 

Conseil Jardiland : dans tous les cas, ne rempotez jamais une plante en cours de floraison.

Préparer le matériel nécessaire au rempotage

Pour le rempotage d’une plante verte ou de toute autre plante cultivée en pot, vous aurez besoin du matériel suivant :

– Un pot de rempotage dont le fond est percé d’un trou.

Pour rempoter une jeune plante en période de croissance, choisissez un pot de rempotage juste un peu plus grand : 2 à 4 cm de diamètre en plus sont suffisants
Pour rempoter une plante adulte, reprenez un pot de même taille, ou réutilisez l’ancien pot.

– Un matériau drainant : billes d’argile, tessons de pots en terre cuite ou graviers.

– Un morceau de feutre géotextile.

– Un substrat neuf adéquat :

Soit du terreau de rempotage tout prêt acheté dans le commerce. Dans certains cas, il doit être spécifiquement adapté à votre plante : par exemple, vous utiliserez du substrat pour cactées pour vos cactus et autres plantes grasses, de même pour le terreau spécifique pour Bonsais ou pour orchidées.

Soit un substrat que vous préparerez vous-même à partir de différents éléments tels que terreau, compost, sable, terre de bruyère…

Extraire la plante de son ancien pot

– Commencez par retourner le pot. Si des racines sortent par le trou de drainage, coupez-les à l’aide d’un petit sécateur ou de ciseaux de jardin propres et bien aiguisés.

– Tapotez le fond du pot pour amorcer le dépotage.

– Dans une main, saisissez la base des tiges et tirez doucement le pot de l’autre main.

– En cas de difficulté, enfoncez un bâton par le trou de drainage du pot, afin de pousser doucement la plante dehors.

Si malgré ces étapes, la plante refuse de s’extraire, il sera parfois nécessaire de casser le pot pour la dépoter.

 

Astuce Jardiland : pour dépoter la plante plus facilement, cessez de l’arroser quelques jours auparavant.

Procéder au rempotage

– Couvrez le trou de drainage avec un tesson, puis placez une couche drainante de 4 à 5 cm de billes d’argile, graviers ou tessons.

– Recouvrez-la de feutre géotextile, afin d’empêcher que le matériau drainant ne se mélange à la terre.

– Versez ensuite quelques centimètres du nouveau substrat.

– Placez la plante au centre du pot et versez du substrat tout autour en tassant légèrement au fur et à mesure avec vos doigts, afin d’éviter la formation de poches d’air néfastes aux racines.

– Faites attention à ce que la motte racinaire soit complètement enterrée et ne dépasse pas la surface de la terre.

– Tassez le substrat et arrosez généreusement.

– Attendez un bon mois avant d’apporter de l’engrais.

Une alternative au rempotage : le surfaçage

Un cas particulier est celui des très grandes plantes d’appartement ou de véranda, poussant dans un contenant volumineux. Les extraire de leur pot et les rempoter devient alors très compliqué. C’est pourquoi on se contente d’effectuer un surfaçage, sans remplacer la totalité du substrat.

Le surfaçage se réalise, comme le rempotage, en fin d’hiver ou tout début de printemps :

– Grattez les dix premiers centimètres de substrat ancien à l’aide d’une griffe, en prenant soin de n’endommager aucune grosse racine.

– Remplacez-le par du substrat neuf adapté à la plante, tassez légèrement et arrosez bien.

– Un mois plus tard, vous pourrez faire un apport d’engrais.

10 plantes d’intérieur faciles à vivre

Lire la suite

Les 5 erreurs à éviter pour vos plantes d’intérieur

Lire la suite

Comment entretenir les plantes d’intérieur ?

Lire la suite