Nous utilisons des cookies afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que pour réaliser des statistiques de visite. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies. - En savoir plus et paramétrer les cookies - J'accepte

Tout savoir sur le bouturage

Tout savoir sur le bouturage

Le bouturage est une méthode simple et économique qui permet de reproduire des végétaux à l’identique à partir d’un fragment de la plante mère. Contrairement à ce que l’on croit parfois, c’est un geste simple, à la portée du jardinier débutant. Il suffit de connaître la marche à suivre et de se lancer ! Découvrez comment bouturer vos végétaux préférés en respectant quelques étapes simples.

Quels végétaux peut-on bouturer ?

Il est possible de bouturer une large palette de végétaux, aussi bien des vivaces que des arbustes et même des arbres. En revanche, les annuelles ne se bouturent pas.

Certaines plantes sont plus faciles à réussir que d’autres. En voici quelques exemples :

– Plantes d’appartement : coléus, misère, papyrus…

– Plantes de balcon : géraniums de balcon (pélargoniums) et bégonias.

– Vivaces : anthémis, asters, aubriète, corbeilles d’argent, lavande, lupins, népétas, œillets, penstémons, santoline…

– Grimpantes : chèvrefeuille, lierre, vigne vierge…

– Plantes aromatiques : thym, romarin, basilic, menthe, sauge…

– Arbustes : abélia, buddléia, buis, camélia, forsythia, fuchsia, groseillier à fleurs, hibiscus, hortensias et hydrangeas, laurier rose, lavatère arbustive, lilas, millepertuis, rhododendron, seringat, skimmia, spirées, sureau, troène, viornes, weigelia, certains rosiers…

– Arbustes à fruits rouges : groseillier, framboisier…

– Arbres d’ornement et arbres fruitiers : saule, érable, marronnier, thuya, olivier, figuier, poirier, pommier…

Les différentes sortes de boutures

Le bouturage permet de reproduire des végétaux à l’identique à partir d’un morceau de la plante mère.

Il peut s’agir :

– d’un fragment de tige ou de rameau, dans plus de 90 % des cas ;

– d’une feuille ou d’un fragment de feuille (succulentes, saintpaulia, certains bégonias…) ;

– d’un fragment de racine (cœur de Marie, pavot d’Orient, corète du Japon…)

Dans tous les cas, les plantes obtenues sont identiques à la plante mère, avec toutes ses caractéristiques (couleur, odeur…), ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’on fait un semis.

Quand bouturer ?

Les boutures de feuilles et de racines peuvent se faire toute l’année. En revanche, les boutures de tiges ou de rameaux se font à trois périodes privilégiées.

Boutures de printemps

Au printemps, en mai-juin, on réalise des boutures à partir de tiges ou de rameaux verts et tendres : on parle de boutures herbacées ou encore de boutures en vert. De manière général, celles-ci seront effectuées à « l’étouffée » (sous une cloche en vert ou plastique, ou une poche en plastique transparent maintenu par un élastique sur le pot. Cela permet à la bouture d’évoluer dans une atmosphère chaude et saturée d’humidité)

Les vivaces (asters, lavande, lupin…) se bouturent bien de cette façon, de même qu’un certain nombre de plantes d’appartement (abutilon, caoutchouc, cordyline, etc…).

Boutures d’été et d’automne

En été, et en début d’automne, de mi-août à mi-octobre, on réalise des boutures semi-ligneuses, encore appelées boutures semi-aoûtées, à partir de rameaux de l’année qui commencent à durcir et à changer de couleur, prenant une teinte brune à la base.

Certains arbres, comme l’olivier, et la plupart des arbustes peuvent se bouturer à cette période : hortensias, lavatère arbustive, lilas des indes, chèvrefeuille arbustif, rosiers… Certaines vivaces sont également concernées (sauge, scabieuse, œillets, santoline…).

Boutures d’automne-hiver

En fin d’automne ou en début d’hiver, on réalise des boutures de bois sec, encore appelées boutures ligneuses ou boutures sur bois dormant. Elles se font à partir des rameaux de l’année qui ont pris une texture de bois.

De nombreux arbres et arbustes à feuilles caduques peuvent se bouturer ainsi : buddléia, forsythia, troène, seringat, viorne, rosiers, saule, figuier, arbustes à fruits rouges…

Faire des boutures de tiges classiques

Le fragment de tige ou de rameau prélevé est d’abord convenablement préparé, puis planté dans un substrat adéquat.

Étape 1 : Prélever la bouture

– Sur une plante mère parfaitement saine, sélectionner une tige ou un beau rameau de l’année, défleuri ou n’ayant pas porté de fleurs.

– Se munir d’un sécateur bien affûté et désinfecté.

– Prélever à l’extrémité de la tige ou du rameau un fragment de 10 à 15 cm de long, en le coupant en biais sous un départ de feuille ou un bourgeon.

– Pour multiplier les chances de réussite, prélever plusieurs boutures sur une même plante.

Conseil Jardiland : dans certains cas, une « bouture à talon » a plus de chances de réussir : elle se fait à partir d’un rameau secondaire, en conservant à la base un fragment du rameau principal (« talon »). Ce type de bouture se pratique en particulier pour les arbustes fruitiers tels que la vigne, et parfois pour des arbustes comme le lilas.

Étape 2 : Préparer la bouture

Étêter la bouture en la coupant juste au-dessus d’un bourgeon (environ 15 cm).

La base de la bouture doit être prélevée juste sous un nœud ou bourgeon.

– Éliminer toutes les feuilles sauf deux ou trois au sommet.

– S’il s’agit de grandes feuilles, les couper en deux pour limiter l’évaporation.

Astuce Jardiland : dans certains cas, afin de favoriser la production de racines, on peut tremper la base de la bouture dans une poudre d’hormone de bouturage vendue en jardinerie. Il faut alors prendre la précaution de tapoter légèrement la bouture avec le doigt pour éviter un surplus néfaste d’hormones.

Étape 3 : Planter la bouture

Une fois préparée, la bouture doit être plantée immédiatement dans un pot rempli à l’avance d’un substrat léger (mélange de terreau et de sable ou terreau de bouturage).

– À l’aide d’un crayon, creuser un trou dans le substrat, puis glisser la bouture dedans. Si le pot est grand, on peut parfaitement y planter plusieurs boutures provenant de la même plante mère.

– Tasser légèrement le substrat autour de chaque bouture.

– Arroser sans noyer la bouture.

– Placer le pot à mi-ombre, dans un endroit du jardin abrité du vent.

– Humidifier de temps en temps la ou les boutures jusqu’à l’enracinement.

Un cas particulier concerne les boutures à l’étouffée : un certain nombre de boutures (rosiers, hortensias, lavande, buis…) s’enracinent plus facilement lorsqu’elles sont placées dans un milieu chaud et saturé d’eau.

– À cet effet, recouvrir le pot d’une cloche transparente (une simple bouteille en plastique coupée à moitié fait très bien l’affaire).

– Humidifier régulièrement la bouture à l’aide d’un pulvérisateur.

– Laisser la cloche en place une quinzaine de jours, en veillant à aérer tous les deux jours pour éviter à la bouture de pourrir.

– Procéder ensuite comme pour une bouture classique.

Étape 5 : Rempoter ou replanter la bouture

Quelques mois après que la bouture ait donnée des signes de reprise, avec des bourgeons qui se développent, c’est le moment de la rempoter dans un substrat horticole ou de la replanter directement en pleine terre, selon sa vigueur.

Cas particulier : bouture dans l’eau

Certaines boutures de tiges peuvent s’effectuer tout simplement dans un verre d’eau. C’est par exemple le cas de certaines boutures de plantes vertes (papyrus, misère, coléus…), mais aussi des boutures de menthe, de lierre, de laurier rose, de saule…

Très ludiques, les boutures dans l’eau sont également très simples à réaliser :

– Prélever une bouture d’une dizaine de centimètres à l’extrémité d’une tige.

– Débarrasser de ses feuilles toute la partie de la bouture qui sera dans l’eau.

– Mettre la bouture à tremper dans un verre d’eau (à changer tous les 3-4 jours).

– Patienter le temps que des racines apparaissent et se développent.

– Lorsqu’elles atteignent environ 4 cm, replanter délicatement la bouture dans un terreau léger.

Boutures de plantes vivaces ou de plantes d’appartement, boutures d’arbustes ou d’arbres… le bouturage est simple à réaliser et très gratifiant lorsque la bouture reprend. Lancez-vous avec des végétaux faciles à réussir, puis tentez au fur et à mesure de nouvelles expériences !

Notre sélection

Jardiland terreau semis 20 L

Jardiland

5,95 €

Bouturer Toutes Mes Plantes

Ulmer

7,90 €

Bouturage 100 ml avec pipette doseuse

9,95 €

Tailler les arbustes à floraison printanière

Lire la suite

Quelle variété de rosiers choisir ?

Lire la suite