Tomate : plantation, culture et taille

Tomate : plantation, culture et taille

La tomate fait partie de nos légumes préférés, mais en réalité c’est un fruit ! Riche en vitamines et antioxydants, et peu calorique, elle se mange crue ou cuite. Elle se cultive partout en plein soleil, au jardin comme sur le balcon.

Présentation de la tomate

La tomate (Solanum lycopsersicum) vient des contrées chaudes d’Amérique centrale. De la famille des solanacées, ses larges et longues feuilles découpées sont aromatiques et dégagent une odeur particulière. Ce feuillage peut s’utiliser en purin végétal pour lutter contre les ravageurs des cultures. La plante produit des tiges anguleuses et velues qui s’épaississent à la base, donnent des ramifications successives et peuvent s’enrouler autour d’un tuteur. Chaque tige se termine par un bouquet floral. Ce bouquet comprend quelques fleurs ou toute une grappe qui portera de nombreux fruits répartis autour d’un pédoncule central.

 

Les fleurs jaunes apparaissent entre le mois de juin et de septembre. Elles donnent des fruits de grosseurs et formes différentes selon les variétés. Ces fruits charnus, les tomates, formés de deux loges ou davantage, contiennent des graines. Apparaissant de couleur verte, ils changent de teinte en mûrissant, allant du rose au rouge vif, en passant par le jaune, le violet foncé, l’orange ou le vert panaché de jaune.

Leur chair est soit pleine, soit plus ou moins creuse, très juteuse, à la fois légèrement sucrée et acidulée. Cette chair est riche en eau et pauvre en calories. Elle contient de nombreuses vitamines dont la vitamine C, des sels minéraux, du bêta-carotène pourvoyeur de vitamine A et du lycopène qui est un puissant antioxydant

Espèces et variétés de tomate

Plusieurs centaines de variétés de tomates sont à ce jour recensées et de nouvelles hybridations sortent chaque année. Les tomates sont plus ou moins sphériques, allongées, oblongues ou côtelées. Les variétés se divisent en deux catégories : les tomates à croissance indéterminée qui poussent sans arrêt et donnent de gros fruits, et les tomates à croissance déterminée dans lesquelles on trouve les tomates-cerises et tomates-cocktail. 

 

Dans les premières, les variétés de tomates classiques sont rouges tandis les variétés anciennes qui reviennent au goût du jour offrent bien d’autres couleurs. Ce sont par exemple la ‘Green Zebra’ une tomate verte rayée de jaune au goût un peu citronné ou la ‘Evergreen’, la ‘Noire de Crimée’ verte et violet foncé puis presque noire et très douce, la ‘Rose de Berne’, la ‘Purple Calabash’ tomate plate, bien sucrée et très côtelée, la ‘Cornue des Andes’ de forme allongée, cornue et de couleur orangé rouge, la ‘Yellow Stuffer’ qui ressemble à un poivron, et bien sûr la ‘Cœur de bœuf’ en forme de cœur avec une chair dense peu juteuse et qui se tient remarquablement en tranches. 

Parmi les classiques tomates rouges, la ‘Marmande’ a toujours autant de succès. Cette grosse tomate vigoureuse et productive au goût bien équilibré s’emploie aussi bien en salade qu’en coulis. 

 

Dans les variétés de tomates à croissance déterminée, le succès des tomates-cerises et cocktail tient dans leurs grappes de petits fruits et dans leur grande facilité de culture, puisqu’elles ne se taillent pas. Commercialement, elles sont toutes regroupées au sein de la catégorie « Tomates-cerises ». Certaines variétés de mini-tomates présentent aussi une forme allongée en poire, jaune ou rouge, ou bien ronde et jaune (tomate-mirabelle). 

Semis et plantation de la tomate

La tomate demande chaleur et soleil pour croître et mûrir. Un emplacement abrité, mais aéré et bien ensoleillé est recommandé.

 

La tomate a une racine pivotante, elle demande donc un sol meuble ou un pot assez haut pour bien se développer. Au jardin, la plantation s’accompagne de la mise en place d’un tuteur pour chaque pied, positionné contre la tige pour pouvoir attacher celle-ci ou la laisser elle-même s’enrouler autour (tuteur en spirale). Un bon sol de jardin convient, la tomate est assez gourmande en éléments nutritifs.

 

Toutes les formes de tomates-cerises peuvent se cultiver en pot, plus haut que large (min 40 cm de haut). Elles doivent aussi être tuteurées même si leur hauteur adulte reste généralement moins importante.  

Il est facile de savoir quand planter les tomates, si l’on achète de jeunes plants, car ces derniers ne supportent pas les gelées. On les met donc en terre une fois les gelées tardives terminées. La période de plantation s’échelonne donc entre avril et mi-mai. Il faut savoir que plus la plantation est tardive, plus la récolte le sera également. 

 

Les semis s’effectuent deux mois avant, sous abri : serre chauffée, châssis vitré en région douce ou à l’intérieur. Le semis a en effet besoin d’une température de 18 à 20 °C pour lever. Les graines sont mises à tremper la veille dans l’eau. Elles se positionnent tous les 3 à 5 cm en tous sens, puis sont recouvertes de 3 cm de terreau fin. Tassez légèrement la surface avec une planchette et arrosez en pluie ultra fine ou avec un vaporisateur. 

Les plants de tomates se repiquent à 50 cm les uns des autres, en tous sens. Une bonne aération autour du feuillage profite en effet aux plants et évite le développement de maladies. Une fois les jeunes plants installés à leur place définitive, le paillage des pieds de tomates permet de garder une bonne fraîcheur du sol, et de limiter les arrosages.

Culture et entretien de la tomate

La culture de la tomate au potager se nomme « culture de plein champ » pour les producteurs, mais pour les particuliers, avec la réduction des superficies des jardins, on parle aujourd’hui de culture potagère et de « culture hors-sol ». Car la tomate pousse très bien en pots, dans de grandes jardinières ou en potagers surélevés, donc hors du sol du jardin ! En pleine terre, la tomate se cultive aussi bien au potager que dans une plate-bande le long d’un mur bien exposé.

 

L’arrosage régulier par temps sec est nécessaire, et lorsqu’il fait chaud. Arrosez le matin tôt ou la nuit pour éviter une évaporation directe de l’eau sur la terre chaude, et qui peut produire les conditions pour le développement de maladies cryptogamiques.

 

Sur les variétés à croissance indéterminée, il faut aussi attacher les tiges au tuteur au fur et à mesure de leur croissance pour éviter qu’elles ne retombent sous le poids des fruits. 

Taille des plants de tomate

Deux écoles se rencontrent : celle des jardiniers qui ne taillent jamais leurs plants de tomates, et ceux qui les taillent.

 

Il est admis par tout le monde que la suppression des gourmands à l’aisselle des feuilles permet à la plante de moins s’épuiser en tiges improductives et en feuillages, donc de produire de meilleurs fruits. Mais la taille des tiges en partie terminale peut ou non se faire. 

 

Dans le cas où on l’opère, elle se fait au-dessus du 5e bouquet de fleurs. Elle a pour but de faire grossir les fruits en partie basse. Dans la logique d’un jardinage moins contraignant, on peut se passer de cette taille avec les variétés qui restent de faible envergure.

 

Les variétés de tomates-cerises ne se taillent pas. 

Pour toutes les variétés de tomates, supprimer les feuilles de la base en les coupant permet une meilleure croissance et surtout d’éviter les éclaboussures de terre. En fin de saison, supprimez aussi une partie du feuillage afin que les dernières tomates puissent mûrir en étant mieux ensoleillées. Attention toutefois, la plante a besoin de conserver quelques feuilles pour effectuer sa photosynthèse, sinon elle dépérit. 

Ravageurs et maladies de la tomate

Un certain nombre de maladies peuvent détruire les cultures de tomates, mais la principale s’appelle le mildiou, causée par un champignon qui détruit rapidement le plant et les fruits. Des tâches apparaissent sur les feuilles et deviennent grises puis brunes, et les fruits deviennent marbrés. Elle apparaît quand le temps est humide avec des températures fraîches, en dessous de 20 °C, mais au-dessus de 15 °C. L’une des solutions pour s’en prémunir est de protéger les plants de la pluie sous un tunnel, une serre ou un auvent transparent, lors des périodes très pluvieuses. Cette culture sous abri se développe de plus en plus.

 

De nombreux ravageurs (acariens, pucerons, thrips, mineuses, nématodes…) peuvent aussi s’attaquer aux fruits, aux feuilles ou aux racines. Traiter avec des purins végétaux est une solution alternative qui protège la biodiversité au jardin et sur les balcons.

 Il est aussi conseillé de fortifier les plants avec du purin d’ortie, et de bien gérer l’arrosage pour que les plants ne souffrent pas de condensation de l’humidité sous les feuilles le soir, ou d’un stress hydrique ou encore de trop d’humidité, ce qui entraînerait un affaiblissement de la plante et ainsi le développement de ses ennemis (parasites et ravageurs). Le paillage en paille ajoute aussi une protection.

En complément, les œillets d’Inde dégagent une substance dans le sol qui éloigne les ravageurs des racines, c’est la raison pour laquelle il est conseillé de planter un œillet d’Inde près de chaque pied de tomate, ou tous les 3 à 4 pieds sur un rang.

 

Il est aussi possible d’associer la tomate avec des plants de basilic qui ont un effet répulsif sur certains ravageurs. 

Enfin, la culture de tomates et carottes en rangs intercalés se révèle une bonne association au potager.

Récolte et conservation

La récolte des tomates se fait quand les fruits sont mûrs à point, pour les déguster de suite ou peu de temps après. En effet, placés au réfrigérateur, ils perdent très rapidement leur saveur et leurs propriétés nutritives. Une tomate mûre se conserve idéalement à l’air libre jusqu’à 4 jours après la cueillette

 

Pour les récolter, prenez le fruit dans la main et tournez-le légèrement. Quand il est mûr, il se détache aussitôt. 

 

Par contre, en fin de saison, quand les températures redescendent sérieusement, cueillez les tomates encore vertes pour les faire mûrir à l’intérieur, derrière une fenêtre ensoleillée. Selon leur stade au moment de la cueillette, elles mettront entre 5 jours et 1 mois à mûrir. 

 

Pour mieux conserver les récoltes abondantes en saison, pensez à faire des coulis (à pasteuriser) ou des bocaux de tomates nature. 

Comment préparer son potager au printemps ?

Lire la suite