Protéger ses poules de la canicule

Protéger ses poules de la canicule

En période de canicule, votre poule aussi a chaud ! Sachez lui offrir des coins d’ombre et de fraîcheur, et éviter que dans le poulailler la température ne monte trop ! Des solutions simples existent pour adapter le poulailler, les parcours extérieurs, l’alimentation ou les soins. Suivez le guide…

Les poules craignent-elles la chaleur ?

Naturellement dotée d’une température élevée – 41°C pouvant monter à 44°C en période de couvaison –, la poule est sensible aux chaleurs importantes et prolongées.

 

Ce gallinacé est capable de réguler sa chaleur corporelle (thermorégulation). N’étant pas pourvu de glandes sudoripares, la poule ne peut pas transpirer. Elle va donc avoir recours à d’autres mécanismes pour tenter de combattre la chaleur.

Bec entrouvert, plumes plaquées, ailes légèrement déployées et pendantes, la poule halète et se ventile.
Elle recherche l’ombre et s’installe, allongée, au contact d’un sol frais.

 

Elle mange volontairement un peu moins et consomme beaucoup d’eau qu’elle préfèrera bien froide !

En matière de sensibilité à la chaleur, toutes les races ne sont cependant pas égales, certaines la supporteront un peu mieux que d’autres.

La plus commune des poulaillers français, la classique poule rousse, généreuse pondeuse fermière, reste un sujet facile, connu pour sa résistance générale.

 

Les races de poules noires captent plus la chaleur du fait de la couleur sombre de leur plumage, elles demanderont plus d’ombre que celles à race blanche.

Parmi les races à plumage blanc, citons la Gâtinaise, rustique, bonne pondeuse, et aimant la vie en plein air ou la Bourbonnaise, très élégante avec son plumage herminé et, par ailleurs, très productive.
Leur grande crête et leurs plumes serrées sont également de forts atouts en temps de canicule : la Leghorn à choisir de préférence blanche ou marron clair, la Campine dans sa version dorée ou encore la petite et très gracieuse Andalouse bleue.

 

Enfin, dans un tout autre registre, vous pouvez opter pour la Cou nu de Forez, bien sympathique mais pourvue, comme son nom le laisse présager, d’un plumage pauvre.

Comment protéger les poules de la chaleur ?

Le poulailler et les aménagements

 

Le lieu de vie de votre cheptel sera déterminant en cas de canicule, avec plusieurs maîtres-mots au premier rang desquels l’espace, l’ombre et la ventilation.

 

Ainsi, choisissez un endroit ombragé du jardin pour installer le poulailler que vous prévoirez d’une taille suffisante en fonction du nombre de poules prévu. Au total, espaces intérieur et extérieur doivent représenter environ 20 m2 par individu.

 

Pour la partie bâti, préférez le bois pour ses qualités isolantes et excluez la tôle. Prévoyez une aération, grille ou fenêtre, voire une ouverture dans le toit, en plus de l’ouvrant (porte d’entrée du poulailler) pour optimiser la circulation de l’air, sans pour autant créer de courants d’air (très mauvais pour la poule, surtout lorsqu’il dégénère…).

Elle sera grillagée pour empêcher l’accès aux prédateurs. De même, si la porte est en plein, prévoyez de lui en substituer une grillagée l’été. Vous pouvez également envisager, en cas de chaleurs vraiment extrêmes, de placer des blocs de pierres frais (après 1 heure passé dans votre congélateur), type dalle de pavage ou ardoise, posés à même le sol dans le poulailler. Efficacité garantie !

Si l’ombre naturelle ne suffit pas, couvrez le toit de branchages et fougères ou, moins esthétiques mais très isolants, de cartons. Si le toit est bien hermétique, vous pouvez aller jusqu’à l’arroser en vous assurant cependant que l’eau ne pénètre pas à l’intérieur, l’humidité étant la grande ennemie des poulaillers puisqu’elle favorise la prolifération des parasites, entre autres les poux !

 

Enfin, assurez une hygiène irréprochable en maintenant une litière propre et donc bien fraîche.

 

Pour préserver au mieux l’intérieur du poulailler de la chaleur, au moment de l’installation, l’ouvrant – que vous aurez pris soin d’implanter à l’Est – pourra s’habiller d’un grand voilage. Fermez-le de manière progressive afin que les poules s’habituent à sa présence et apprennent à le pousser pour entrer et sortir à leur guise. Une fois bien placé, il empêchera la chaleur mais également les mouches d’envahir l’intérieur !

Le parcours extérieur

 

La partie plein air – salvatrice par temps de fortes chaleurs – sera elle aussi à l’ombre, fraîche et arborée si possible.

 

Distribuez de petits abreuvoirs sous les arbustes, les arbres, au pied des haies ou encore sous de petits abris confectionnés par vos soins qui pourront également accueillir légumes et fruits d’eau.

 

Préférez un tapis végétal au sol pour conserver la fraîcheur et réduisez l’épaisseur de la litière pour que vos poules puissent profiter au mieux de cette légèreté.

 

Attention toutefois à l’hygiène. Cet apport d’humidité peut attirer les parasites ; la solution sera de maintenir les espaces bien propres en toute circonstance.

Quels soins apporter aux poules en période de canicule ?

L’alimentation

 

La poule consommera deux fois plus d’eau lors de grosses chaleurs soit 300 ml par jour au minimum.

Il est donc indispensable que vous adaptiez la taille de votre abreuvoir en conséquence. Et au-delà, prévoyez de proposer des petits points d’eau supplémentaires.

Si vous avez un cheptel assez important, vos poules pourront ainsi en tout lieu et à tout moment se désaltérer sans se gêner les unes les autres.

 

Tous les points d’eau devront être placés à l’ombre, alimentés en eau propre régulièrement et nettoyés plus souvent par temps de canicule, la chaleur favorisant la prolifération des algues, des parasites et des germes. Visitez-les plusieurs fois dans la journée, de crainte qu’allégés de leur eau, ils se retrouvent renversés par des poules maladroites.

Astuce Jardiland : Pour une eau bien fraîche plus longtemps, n’hésitez pas à y placer des glaçons !

 

Concernant la nourriture, la poule en diminue généralement la consommation en période très chaude. Il est inutile de s’en alarmer mais il faut tout de même veiller à ce qu’elle s’alimente un minimum.

 

Pour l’encourager, en complément des grains – que vous choisirez d’ailleurs plutôt faibles en amidon –, proposez-lui des aliments plus “humides” : de l’herbe fraîche, de la salade réfrigérée ainsi que des fruits et légumes riches en eau (concombre, pastèque, tomate, carotte…).

 

Et nourrissez-la aux heures les plus fraîches de la journée, de préférence très tôt le matin !

Les bons réflexes

 

Nous l’avons vu, un habitat adéquat, non surpeuplé et bien entretenu ainsi qu’une alimentation adaptée sont des éléments clés du bien-être de votre poule, en règle générale et plus particulièrement encore par temps de fortes chaleurs. Mais d’autres gestes, d’autres comportements pourront aussi aider :

 

Proscrivez le transport et si vous avez, pour des raisons médicales par exemple, absolument besoin de déplacer une poule, choisissez des heures très matinales ou au contraire très tardives et utilisez un contenant de transport approprié, très ventilé.

 

Apportez-leur la bonne attention. Évitez de les déranger ou de les solliciter inutilement. Mais ne les laissez pas pour autant sans surveillance ; visitez-les au moins une fois au petit matin et une fois en fin de journée.

En cas de détresse réelle, isolez la poule ; tentez le brumisateur ou si elle est au sol, rafraichissez-la avec un linge humide et léger. Dans tous les cas, ne l’arrosez jamais directement, l’expérience serait trop traumatisante et contre-productive !

Comment bien choisir sa poule pondeuse ?

Lire la suite