Voyager avec son chien : en voiture, en train, en avion...

Voyager avec son chien : en voiture, en train, en avion...

Voyager avec votre chien peut être une expérience enrichissante et inoubliable pour lui comme pour vous. Que vous vous déplaciez en voiture, en train, en bus ou encore en avion, en France ou au cœur de l’Union Européenne, préparez votre périple, équipez-vous, veillez au confort de votre animal de compagnie et renseignez-vous sur vos obligations !

Voyager avec son chien, ça se prépare !

De bonnes habitudes à prendre

 

Voyager, c’est explorer de nouveaux horizons, découvrir de nouveaux environnements, gérer de nouvelles sollicitations. Ce contexte inhabituel sera d’autant mieux géré par votre chien que celui-ci aura l’habitude de bouger avec vous, de vous suivre régulièrement dans vos sorties, d’être au contact d’autres personnes et d’autres congénères.

Bruits inhabituels, odeurs inédites, horaires bousculés, nouvelles contraintes… Rompre périodiquement la routine de votre compagnon canin l’aidera à entrevoir l’expérience du voyage plus sereinement. Une nouvelle aventure à partager avec vous plus qu’une terrible épreuve !

Ainsi, habituez-le, si possible dès son plus jeune âge, à la promenade, à la voiture mais également aux transports en commun.

Dans le cas de la voiture, celle-ci doit devenir pour lui un lieu comme un autre. Dans un premier temps, il devra prendre l’habitude de monter seul à bord, sur votre invitation et de rester calmement assis à l’intérieur. Si le chien est craintif ou très timoré, commencez l’exercice avec le moteur coupé.

 

Dès que le chien est à l’aise pour monter à bord de votre voiture, moteur allumé, offrez-lui de petites balades routières, courtes et vers des destinations plaisir : le parc, la baignade, l’école des enfants, etc. Vous pouvez également féliciter son grand courage et sa belle patience avec quelques friandises légères et modérées ! N’oubliez pas de lui proposer également à boire car le stress des premières expériences va renforcer son halètement et donc sa déshydratation. Le plus simple est de s’équiper d’une gourde de voyage spéciale pour chien disponible en magasin.

Votre chien devra aussi assimiler qu’il doit rester tranquille et calme dans le véhicule. Installez une couverture, un panier ou encore une cage de transport dans un espace qui lui sera dédié. Cela lui permettra, lors de voyage plus long, de se sentir en territoire connu.

 

Conseil Jardiland : pour votre sécurité et la sienne, il est recommandé d’utiliser des harnais de voyage qui comportent des attaches qui se fixent dans les boucles des ceintures de sécurité. Vous pourrez en trouver dans votre magasin.

Pour le familiariser aux transports en commun, prenez avec lui métro, bus, RER ou tramway selon votre localisation.

Dans un sac de transport, pour les chiens de petite taille ou en laisse et en muselière (si la législation l’exige ou si vous préférez que ce soit ainsi).

Apprenez-lui à ne pas craindre le monde mais à ne pas répondre non plus à chaque sollicitation extérieure.

Apprenez-lui à tolérer la présence d’autrui, à l’apprécier sans la solliciter non plus.

Tout comme pour la voiture, commencez par des trajets courts et vers des destinations qui lui feront plaisir. Et là encore prévoyez friandises pour féliciter et eau pour hydrater.

 

Conseil Jardiland : choisissez pour ces “premières fois” des heures de faible circulation, de faible affluence et un temps clément. Proscrivez les journées très chaudes où le stress qui, combinés à des températures élevées, pourraient amener votre animal au coup de chaleur !

Des remèdes à l’anxiété

 

Les jouets d’occupation et autres “compagnons” habituels ont également leur rôle à tenir que ce soit pour amuser, déstresser ou rassurer.

 

Des vêtements portés par son maître seront également une source de réconfort.

 

Certains compléments alimentaires, disponibles en magasin sous forme de comprimés ou de gouttes, permettront de répondre aux problématiques comportementales comme l’anxiété et la nervosité.

 

Les fleurs de Bach, dans une formulation pour chien, apporteront leurs propriétés apaisantes à votre compagnon. Discutez de la posologie et des conditions d’administration avec un spécialiste.

En comprimés, mais également colliers, diffuseurs ou sprays, diverses autres approches sont envisageables. Les huiles essentielles communément utilisées en aromathérapie mais dont l’utilisation sera à très largement adapter dans le cas d’une utilisation vétérinaire.

Plus récente, la phéromonothérapie propose l’administration d’un équivalent synthétique de l’apaisine, une phéromone secrétée par les chiennes et ayant un effet apaisant sur les canidés et plus particulièrement sur les chiots.

 

Enfin, l’intervention d’un éducateur canin ou certaines thérapies comportementales dispensées par des professionnels pourront convenir à un animal souffrant de grande anxiété et de troubles du comportement.

De même, la décision d’administrer des calmants de type anxiolytiques – mais aussi des anti-vomitifs si l’inconfort est simplement physique – pourra être nécessaire mais elle sera à prendre par un vétérinaire.

Conseil Jardiland : aucun traitement, même naturel, n’est anodin. Intolérance, allergie, contre-indications diverses, précautions d’emploi, des restrictions existent. Il est impératif de vous tourner vers un vétérinaire pour discuter de toutes les options.

Des vérifications impératives

Avant de partir, offrez une séance de toilettage à votre compagnon canin. Outre les bienfaits d’une coupe courte en matière d’hygiène, celle-ci lui permettra de mieux supporter les températures élevées. Attention cependant de ne pas le raser, ces poils le protègent des coups de soleil ! Assurez-vous également que votre chien est en bonne santé en faisant une petite visite de contrôle chez son vétérinaire.

Profitez-en pour faire un point avec lui :

– sur les traitements antiparasites classiques ou plus spécifiques selon votre destination ;

– sur les vaccins obligatoires ;

– sur la pose d’une puce ou la vérification des coordonnées associées à une puce existante ;

– sur les documents obligatoires ;

– sur la constitution d’une trousse vétérinaire dans laquelle vous trouverez a minima traitement antiparasitaire, vermifuge, anti-vomitif, antidiarrhéique, médicament pour le mal des transports, antiseptique, compresses, pince à épiler et crochet anti-tiques, lotion nettoyante pour les yeux et les oreilles.

Conseil Jardiland : voyager avec son animal de compagnie est soumis à un certain nombre d’obligations et de restrictions que ce soit en France, en Europe ou dans le monde. Par exemple, l’identification de votre animal de compagnie est obligatoire. Si en France, elle peut être faite par tatouage ou par puce, dans le reste de l’Union Européenne, la puce est obligatoire pour les chiens nés après 2011. Sur tous ces sujets, la réglementation est régulièrement mise à jour. N’hésitez pas à questionner votre vétérinaire ou à vous rendre sur des sites officiels pour obtenir les derniers textes en vigueur.

Pour le séjour

 

Assurez-vous que votre chien sera le bienvenu dans la résidence, l’hôtel, le gîte choisi. Renseignez-vous sur les lieux et plages qui lui seront accessibles – ou pas. Faites en sorte que pour lui aussi, les vacances soient réussies !

 

Obtenez les coordonnées d’un vétérinaire proche de votre lieu de villégiature et les indications pour vous y rendre en cas d’urgence.

 

Prévoyez protection et confort en cas de canicule : tapis rafraîchissant, écuelle ou gourde, parasol.

 

Hydratez-le régulièrement et laissez-lui un accès permanent à de l’eau propre et fraîche. Par contre, veillez à ce que votre animal ne boive pas l’eau de mer de façon trop excessive et bien évidemment pas l’eau de piscine non plus !

Encouragez-le à la baignade – sans le forcer cependant – mais évitez les heures les plus chaudes de la journée. Une baignade festive pourrait s’avérer physiquement trop éprouvante. Enfin gare à la noyade. Que ce soit par épuisement ou parce qu’il ne sait pas nager, votre chien peut lui aussi se noyer. Le port du gilet de sauvetage pour canidés est d’ailleurs recommandé.

De manière générale, assurez-vous que votre chien dispose toujours d’un espace à l’ombre. Et, tous les chiens n’étant pas égaux face à la chaleur, portez-lui une attention particulière s’il fait partie des populations à risques : chien âgé, en surpoids ou appartenant à une race sensible, en particulier les brachycéphales (à museau écrasé) comme le Bouledogue anglais ou le Pékinois ou les chiens à pelage dense comme le Chow Chow ou le Loulou par exemple.

 

Conseil Jardiland : si vous restez en France, protégez votre chien des classiques dangers de l’été (parasites, épillets, chenilles…). Si vous quittez nos frontières, renseignez-vous sur les écueils spécifiques à votre pays de destination.

Voyager en voiture : les bons réflexes

Nous l’avons vu, pour vivre sereinement un long voyage en voiture, votre chien devra avoir été habitué à monter dans le véhicule, circuler avec vous, et rester calme dans l’habitacle. Mais cette éducation ne fera pas tout. Il faut également que votre animal soit correctement installé et en sécurité, particulièrement en cas de fortes chaleurs.

 

Si la loi française n’exige pas qu’un chien soit attaché ou enfermé dans un véhicule, elle stipule tout de même qu’un conducteur ne doit en aucun cas gêné dans sa conduite. Attention donc de ne pas laisser un chien trop envahissant “faire la loi à bord” et empêchez éventuellement l’accès à la banquette avant avec un filet de sécurité.

 

Cela étant dit, plusieurs solutions existent pour que votre animal soit lui aussi confortablement installé…

– la cage de transport à condition que celle-ci soit adaptée à la taille de votre compagnon, qu’il puisse s’y mouvoir correctement et que la cage en elle-même soit stable et sécurisée ;

– la grille de sécurité qui sera à installer entre l’avant et l’arrière de l’habitacle ou au niveau du coffre si celui-ci est vaste et ouvert sur l’habitacle ;

– la couverture de voiture, épaisse et matelassée, qui habille généralement l’ensemble de la banquette arrière, balise l’espace et amortit les chocs éventuels ;

– la ceinture de sécurité pour chien, une sorte de harnais qui vient s’adapter au système de ceinture de sécurité de votre véhicule ;

– le siège de voiture pour chien, particulièrement adapté pour les petits gabarits.

 

Sa sécurité dans l’habitacle assurée, vous devrez également vous préoccuper de son bien-être général, surtout et impérativement en cas de forte chaleur.

Le véhicule doit être frais et aéré à tout instant. Équipez les fenêtres de pare-soleils.

Utilisez la climatisation pour assurer une température fraîche et régulière – que vous prendrez soin de progressivement relevée avant chaque arrêt afin que le choc thermique avec l’extérieur ne soit pas trop grand.

Ne projetez sur lui directement ni air froid ni courant d’air puissant.

 

Si vous avez du mal à faire descendre la température dans l’habitacle, prévoyez un tapis rafraîchissant.

Assurez-vous que votre chien soit bien hydraté ; pour plus de facilité, il existe des équipements pour le désaltérer en voyage comme la gourde pour chien ou la bouteille de voyage.

Prévoyez une pause longue et régulière, au moins toutes les deux heures. Durant celle-ci, votre chien devra pouvoir se promener tranquillement, à sa guise, sans courir ou jouer si les températures sont élevées. Il doit être placé à l’ombre et prendre le temps de s’y prélasser. Profitez-en pour lui donner de nouveau à boire, généreusement. Évitez de le nourrir.

S’il souffre de la chaleur ou s’il aime l’eau, humidifiez-le avec une eau fraîche mais pas froide, à l’aide d’un brumisateur s’il n’a pas peur ou d’un gant pour les plus timorés. Mouillez-lui les parties sans poil – les coussinets, le ventre et l’aine.

 

Ne laissez jamais votre animal seul dans une voiture à l’arrêt. Même si la pause ne dure que quelques minutes, même si votre véhicule est à l’ombre, même si les fenêtres sont munies de pare-soleils et entrouvertes ! Si la température extérieure est supérieure à 20°C, celle de l’habitacle de votre véhicule peut atteindre des températures mortelles pour votre chien en quelques minutes.

Conseil Jardiland : si malgré toutes ces précautions, votre chien semble souffrir d’un coup de chaleur, réagissez sans attendre. En cas d’halètement très excessif et prolongé, regard vitreux, salive épaisse, bave excessive, gencives très rouges, rythme cardiaque élevé, vomissements ou diarrhée, contactez immédiatement un vétérinaire de la zone où vous vous trouvez.

Voyager en train et en bus, en France et vers l’Europe

Nous vous présentons en fin d’article les modalités générales de voyage avec votre chien vers l’Union Européenne. Cependant, renseignez-vous auprès de la compagnie sur les restrictions propres au mode de transport et à votre destination. Conditions générales et règlementations particulières peuvent évoluer…

 

Sur le réseau SNCF, en France

Sont autorisés à bord :

– le chien de petite taille (moins de 6 kg). Il doit être dans un sac ou un panier fermé, placé sur vous ou à vos pieds. Son billet coûte 7€ (tarif été 2020).

– le chien de plus de 6 kg. Il doit être muselé tout au long du trajet et maintenu à vos pieds. Son billet coûte 50% d’un plein tarif en 2nd classe.

– le chien-guide d’aveugle. Il voyage gratuitement, sans obligation de muselière, et aux pieds de son propriétaire.

Vous ne pouvez pas voyager avec plus de deux chiens par personne. Vous devez être en possession de tous les documents nécessaires à l’identification de votre chien. Sa présence est soumise à l’approbation des voyageurs présents dans le wagon.

Sur le réseau ferré à destination de la Grande-Bretagne

Si l’Eurostar n’accepte pas les chiens à son bord, vous pourrez voyager avec lui grâce à l’Eurotunnel. Votre animal restera avec vous dans votre véhicule et il vous en coûtera 26 euros supplémentaires.

 

Sur le réseau ferré à destination de l’Europe

Concernant le Thalys qui dessert l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique, les chiens sont admis sur la plupart des lignes. Ils doivent être tenus en laisse et muselés, ou en sac de transport fermé pour les moins de 6 kg. Ces derniers voyageront gratuitement. Les chiens de plus de 6 kg devront être muni d’un billet “chien”.

Chiens-guides et chiens d’assistance voyagent sans restriction et gratuitement sur l’ensemble des lignes Thalys.

 

Et en bus ? Globalement, les compagnies n’acceptent que les chiens-guides ou les chiens d’assistance. Des exceptions existent pour les chiens de petit gabarit pouvant voyager dans un sac de transport fermé.

Voyager en avion, en France et vers l’Europe

Les contraintes relatives aux voyages aériens sont plus nombreuses.

Il est nécessaire de se renseigner auprès de chaque compagnie pour connaître leur politique en la matière.

 

Généralement, les restrictions porteront sur :

– l’âge minimum, votre chiot devra avoir au moins 8 semaines (parfois 10, parfois 15 selon la destination) ;

toutes les races ne sont pas admises comme les brachycéphales en raison de leur fragilité respiratoire ou encore les chiens de 1re catégorie. Les chiens de 2e catégorie sont soumis à restrictions, variables selon les compagnies aériennes.

Enfin, certaines d’entre elles exigent un certificat de bonne santé

S’il est de petite taille, votre chien voyagera en cabine, avec vous, dans un sac de transport n’excédant pas les 46 x 28 x 24 cm. Il ne pourra sortir du sac à aucun moment.

 

Dans le cas d’un transport en soute, celui-ci se fera dans une caisse de transport obligatoirement homologuée IATA. Avant de procéder à son achat, assurez-vous qu’elle correspond bien à ces normes.

Concernant la taille de la caisse, votre chien doit pouvoir se retourner aisément, y tenir debout tête droite ou encore allongé. Vous devez prévoir d’y fixer une gamelle double ; celle-ci sera vide et accessible.

 

Si vous voyagez peu, il sera peut être plus intéressant de louer la caisse de transport directement auprès de la compagnie aérienne.

Voyager dans l’Union Européenne : ce que dit la loi...

Quelque soit le moyen de transport, si vous voyagez et/ou séjournez dans un pays de l’Union Européenne (et en Grande-Bretagne), votre chien doit être muni d’un passeport européen qui lui sera délivré par le vétérinaire.

Pour l’obtenir, il sera nécessairement identifié et vacciné contre la rage.

L’identification est obligatoire par puce électronique pour les chiens nés après 2011 ou par tatouage pour ceux nés avant.

Ce dernier peut ne pas suffire pour certaines destinations.

 

En dehors du territoire français (à l’exception de Mayotte et de la Guyane), le vaccin contre la rage est lui aussi obligatoire. Votre chien peut être vacciné dès qu’il a atteint l’âge de 3 mois. Lors d’un voyage, il doit être vacciné au moins 21 jours avant sa sortie et depuis moins d’un an.

Pour un voyage vers l’Irlande, la Grande-Bretagne, la Finlande ou Malte, la protection contre l’échinococcose est à ajouter à la liste des obligations.

Votre animal devra donc suivre un traitement vermifuge précis au moins 5 jours avant son entrée dans ces pays.

Le traitement devra être attesté par le vétérinaire sur le passeport.

 

Conseil Jardiland : attention, si vous ne vous conformez pas à la loi et n’êtes pas en possession des papiers obligatoires, votre animal pourra être saisi, renvoyé vers son pays ou placé en quarantaine. Dans certaines conditions, certes rares, il pourra même être euthanasié. Pour sa protection, ne prenez pas ces obligations à la légère !

Laisse, collier et harnais pour chien : comment bien choisir ?

Lire la suite

Les 10 règles d’or pour éduquer et dresser son chien

Lire la suite