Quelles variétés de fleurs semer en début d’année ?

Quelles variétés de fleurs semer en début d’année ?

Janvier et février sont les mois creux du jardinier. On en profite pour trier les graines et acheter les sachets de celles qui fleuriront les massifs ou les jardinières des prochaines saisons. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le printemps et le début d’été ne sont pas les seuls moments de l’année où les semis de fleurs peuvent être pratiqués. En effet, certaines fleurs nécessitent plusieurs mois entre le semis et la floraison tandis que d’autres apprécient les alternances de gel et de dégel hivernales qui aident la germination des semences et favorisent le développement de plantes robustes et en pleine santé.

Les graines de fleurs à semer à l’intérieur en hiver

Certaines annuelles de cycle long, originaires souvent de climat chaud, ont besoin de germer au chaud entre 19 et 25 °C, dans la maison, la véranda chauffée ou la serre chaude. Elles nécessitent un emplacement très lumineux afin que les jeunes plantules restent robustes au lieu de s’allonger en quête de lumière. On dit alors qu’elles s’étiolent. 

Vous devrez au fil de leur croissance les « endurcir » en les sortant progressivement à l’extérieur à la faveur des journées douces de la fin de l’hiver.

Parmi nos « frileuses » préférées à semer à l’intérieur :

– le pélargonium ou géranium zonale, star des balcons ;

– le pétunia, roi des massifs et des suspensions fleuries ;

– l’impatiens, à l’aise en jardinières comme en pleine terre ;

– ou encore l’étonnante cobée grimpante aux fleurs en clochettes.

Les fleurs à semer à l’extérieur de décembre à février

De nombreuses vivaces, mais aussi quelques annuelles bien rustiques, apprécient les rigueurs hivernales. Les variations de température les aident à germer au moindre redoux et à développer un enracinement et une végétation robustes. Un semis d’hiver, réalisé de décembre à février, permet d’anticiper de plusieurs semaines la floraison des annuelles et d’obtenir des vivaces fleurissant souvent dès l’année du semis. Enfin, ces fleurs semées en hiver présentent l’avantage sur les semis printaniers de ne pas avoir à souffrir à l’état de plantules de la chaleur ou de la sécheresse du début de l’été.

On peut choisir de semer les graines directement à l’emplacement désiré, en lignes au potager ou à l’abri sous châssis ou dans une petite serre. Cette dernière, extra au balcon ou sur la terrasse, permet de surveiller les semis au quotidien. Elle offre l’avantage de limiter l’effet du froid tout en préservant graines et plantules de l’appétit des oiseaux ou des escargots. Veillez à bien aérer serres et châssis quand les journées sont douces et ensoleillées.

Parmi nos plantes rustiques mais non vivaces préférées :

– la pensée dont les couleurs variées égayeront potées, bordures et massifs ;
– le coquelicot et son cousin le pavot somnifère : à semer directement en place, car ils supportent mal le repiquage ;
– ou encore les élégants pieds d’alouette ou pois de senteur, parfaits pour donner une touche aérienne à vos massifs ou bordures.

Parmi nos vivaces préférées à semer en début d’année :

– la digitale au port dressé et à la floraison spectaculaires (attention cependant à la toxicité de ses fleurs et de ses feuilles);
– l’ancolie, à la floraison particulièrement originale
– ou encore la violette aux fleurs parfumées qui embaumeront balcons et allées.

Conseil Jardiland : soyez patient pour certaines vivaces qui mettent parfois plusieurs mois à germer.

Les 10 Clés de la réussite d’un semis de fleurs

 1 – Semez des graines ayant été conservées dans de bonnes conditions (au frais et au sec). Vérifiez la date d’utilisation sur le sachet.

2 – Mélangez les semences les plus fines avec du sable pour éviter de semer trop épais. Faites tremper une nuit les plus grosses graines pour faciliter leur germination.

3 – Si vous semez en pot ou en terrine, utilisez un terreau de semis neuf, exempt de champignons et de bactéries pathogènes qui détruisent rapidement les jeunes plantules. À défaut d’un terreau de semis, fabriquez votre propre substrat en mélangeant un bon terreau avec un quart de sable ou de perlite afin d’améliorer le drainage.

4 – Employez des récipients propres, lavés, voire javellisés, et impérativement percés de trous de drainage, car les jeunes semis craignent plus que tout les excès d’humidité.

5 – Humidifiez le substrat avant le semis. Couvrez les graines avec du terreau en respectant les besoins de chaque variété de fleurs. Certaines ne nécessitent pas d’être couvertes, germant mieux à la lumière. Tassez puis vaporisez légèrement.

6 – Prévoyez la possibilité de confiner le pot ou la terrine. Utilisez une mini serre pour semis ou placez une plaque de verre sur la terrine de semis. À défaut, enveloppez-la dans un sachet plastique transparent. Pensez bien à aérer régulièrement pour éviter l’excès de condensation.

7 – Veillez à ce que le terreau reste toujours frais sans excès. Utilisez un vaporisateur ou trempez la terrine dans une bassine d’eau (tiède pour les semis à l’intérieur).

8 – Quelques jours, voire quelques semaines après germination, dès qu’elles ont développé deux paires de vraies feuilles, transplantez les jeunes plantules dans des godets individuels. Veillez alors à utiliser un terreau plus riche (type terreau pour géraniums). 

9 – Si vous semez en pleine terre, à la volée ou en lignes, faites-le sur un sol exempt de mauvaises herbes et finement émietté au râteau. 

10 – N’oubliez pas d’identifier vos semis d’hiver à l’aide d’étiquettes indiquant la variété et la date !

Les principaux semis de fleurs de février

Lire la suite

Comment protéger ses plantes en hiver ?

Lire la suite