Nous utilisons des cookies afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que pour réaliser des statistiques de visite. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez la politique d’utilisation des cookies. - En savoir plus et paramétrer les cookies - J'accepte

Quelle variété de rosiers choisir ?

Quelle variété de rosiers choisir ?

Quand il s’agit de choisir un rosier, le premier réflexe est de s’intéresser à la fleur, la fameuse « reine des fleurs » : sa couleur, sa forme, l’intensité de son parfum. Et là, c’est une histoire de goût personnel. On craque pour une variété de rose qu’on a vue dans le jardin d’une amie, un parc ou une émission de jardinage… Toutefois, un rosier ne se limite pas à sa fleur, c’est aussi une silhouette, un feuillage, des fruits, une façon de tailler… Pour faire le bon choix, il faut savoir identifier le type de rosier qui convient le mieux à l’usage qu’on lui destine. Du rosier miniature placé sur le rebord de la fenêtre à l’imposant rosier liane, ces plantes offrent des allures bien différentes. Suivez le guide !

Les rosiers miniatures

Les rosiers miniatures sont les vedettes des potées fleuries pour le balcon et la terrasse. On peut aussi les planter en pleine terre dans les rocailles et les bordures ensoleillées. Ces rosiers nains offrent une végétation dense, arrondie ou étalée, aux tiges fines et aux petites feuilles. Leur hauteur varie entre 20 et 60 cm. Très florifères, ils produisent une multitude de fleurs de mai à octobre. Ces plantes, issues de boutures, sont souvent peu rustiques au froid.

Pour réussir leur culture : en pot, ils craignent le terreau pur. Plantez-les dans un mélange consistant de terre de jardin et de terreau pour rosiers. Veillez à ce que le substrat ne sèche jamais.

Le saviez-vous ? Le terme « remontant » ne fait pas référence au caractère grimpant du rosier, mais au fait que la floraison se renouvelle du printemps jusqu’en automne, avec ou sans interruption en été.

Les rosiers couvre-sols ou « paysagers »

Les rosiers couvre-sols sont incontournables pour végétaliser en beauté talus, murets, bordures, grandes rocailles… avec leur silhouette tapissante et couverte de fleurs de mai aux gelées. Selon les variétés, ils forment un épais couvert de 30 à 70 cm d’épaisseur qui s’élargit rapidement au fil des années et concurrence les mauvaises herbes.

Pour réussir leur culture : désherbez soigneusement l’emplacement avant plantation ou plantez-les sur un film biodégradable en attendant leur effet couvre-sol. Plantez-les en groupe d’au moins trois de la même variété pour un impact visuel payant. Inutile de les tailler, car ils s’auto-nettoient. Si vous souhaitez limiter leur expansion, agissez en fin d’hiver. Certains jardiniers utilisent la débroussailleuse ou le taille-haie !

Les rosiers buissons

Dans les massifs ou les bordures d’allées, les rosiers buissons fleurissent généralement toute la belle saison offrant des roses à grandes fleurs ou groupées en bouquets (autrefois, on appelait ces derniers « polyantha » ou « floribunda »). Les buissons culminent entre 70 et 120 cm. Parmi eux, on trouve des variétés anciennes délicieusement parfumées, parfois non remontantes, et des variétés anglaises également parfumées dont le charme délicieusement romantique est combiné au caractère remontant.

Pour réussir leur culture : certaines variétés de rosiers buissons sont sujettes à la maladie des taches noires. Prévenez-la en ne plantant pas trop serré. Laisser de l’espace dégagé autour du rosier est gage d’une bonne aération défavorable à la propagation des maladies. Taillez les variétés remontantes en fin d’hiver après les fortes gelées et les non remontantes juste après leur unique floraison.

Les rosiers arbustes

Ces rosiers forment de vigoureux arbustes d’au moins 1,30 m, mais dépassant généralement 2 m en tous sens. Ils font merveille en isolé, dans une haie ou en fond de massif. Ils ont le charme naturel des espèces sauvages, offrant des fleurs souvent simples comme les églantines de nos campagnes. On trouve parmi eux des espèces botaniques populaires comme les Rosa rugosa, des variétés anciennes et des hybrides modernes. Généralement, ces rosiers arbustifs fleurissent massivement à la fin du printemps puis refleurissent sporadiquement tout l’été pour une seconde floraison abondante en fin de saison. Certains rosiers offrent de beaux fruits décoratifs jusqu’en hiver. Ils se montrent peu sensibles aux maladies.

Pour réussir leur culture : simplifiez-vous l’entretien et l’arrosage en paillant autour du pied après plantation. La taille du rosier arbuste n’est pas indispensable chaque année. Contentez-vous de nettoyer le bois mort et de dégager le centre de la ramure pour que la lumière pénètre partout et que la floraison soit abondante et homogène.

Les rosiers grimpants et lianes

Les longues tiges des rosiers grimpants et lianes partent à la conquête de la troisième dimension et se palissent au fur et à mesure de leur croissance sur différents supports : arche, pergola, treillage… Si les plus petits grimpants atteignent 2 m de hauteur, les plus hauts nommés rosiers lianes propulsent des tiges souvent très épineuses à plus de 8 à 10 m de haut, escaladant des arbres ou partant à l’assaut d’une grande façade. On les appelle rosiers sarmenteux, car leurs épines s’accrochent naturellement à leur support. Si la majorité des rosiers lianes ne fleurissent qu’une fois de façon éblouissante à la fin du printemps, ils offrent de magnifiques fructifications automnales.

Pour réussir leur culture : assurez une reprise vigoureuse après plantation en les arrosant copieusement et régulièrement les deux premiers étés. Si vous les palissez contre un mur, écartez-les d’au moins 50 cm du pied du mur afin qu’ils profitent des précipitations. Pour une floraison optimale, palissez le plus possible les tiges à l’oblique ou à l’horizontale pour ralentir la sève et favoriser la formation des boutons floraux.

Les rosiers tiges et pleureurs

Contrairement aux autres types de rosiers greffés au ras du sol, la greffe des rosiers tiges et pleureurs se situe entre 40 et 120 cm de hauteur. La ramure se retrouve alors au bout d’une tige nue formant une boule toute fleurie à la belle saison. Lorsque le rosier greffé possède des rameaux rigides, c’est un rosier tige. Lorsque la variété greffée offre des rameaux souples et retombants, c’est un rosier pleureur. Ces sujets méritent une place bien en vue au jardin en isolé sur la pelouse, pour marquer une entrée ou le début d’une allée si on les plante en duo. Ils font aussi bel effet sur la terrasse cultivés dans un grand bac.

Pour réussir leur culture : offrez-leur un sol profond et consistant afin qu’ils ancrent solidement leurs racines et résistent à la prise au vent. Évitez toutefois les situations exposées aux forts courants d’air. En climat froid, protégez le point de greffe du gel en hiver en l’enveloppant avec un voile d’hivernage. Taillez la ramure des rosiers tiges comme les rosiers buissons correspondants.

Notre sélection

Rosier 'Dame de Cœur'

À partir de 8,95 €

Rosier Scentimental®

À partir de 69,50 €

Rosier 'Albertine'

À partir de 99,95 €

Tailler les arbustes à floraison printanière

Lire la suite

Lilas : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Comment choisir ses outils de taille ?

Lire la suite