Thym : plantation, culture et entretien

Thym : plantation, culture et entretien

Le thym est un arbrisseau au feuillage aromatique qui pousse aisément au jardin comme en pot. Parfaitement rustique, il nécessite un sol pauvre et un emplacement ensoleillé pour s’épanouir pleinement.

Présentation du thym

« Farigoule » des Provençaux, le thym pousse à l’état sauvage dans le midi de la France. Il s’agit d’un petit arbuste bien connu pour ses fines feuilles très parfumées. Il s’installe dans le potager, à condition de veiller à ce que la terre y soit bien drainante, ou peut se planter dans un carré de plantes aromatiques, en rocaille, dans un talus… Sa forme compacte lui permet aussi de se glisser en pot et jardinières sur les rebords des fenêtres, sur les terrasses et balcons. De nombreuses variétés de thym sont rampantes, tapissantes : installez-les dans les anfractuosités des murets, dans les interstices des dallages ou comme couvre-sol des talus, en remplacement des pelouses !

La généreuse floraison printanière du thym attire de nombreux insectes pollinisateurs et auxiliaires. On lui attribue diverses vertus dans le jardin : ses brindilles éloigneraient les piérides, repousseraient les limaces et les escargots, les pucerons. Aucune expérimentation n’a encore montré la réalité de ces propriétés : elles restent à tester dans le jardin.

Frais comme sec, le thym se glisse par brins entiers ou effeuillé et saupoudré dans les plats mijotés, car il supporte parfaitement la cuisson. Vous pourrez l’utiliser pour parfumer des gâteaux apéritifs, des pains, des crêpes, pour confectionner un beurre manié (mélangé, une fois qu’il est ramolli avec du thym et du poivre, des zestes de citron), pour relever des confitures, des salades de fruits, des crèmes, etc.

Espèces et variétés de thym

Il existe plus de 300 espèces de thym, voici nos préférées :

– Thym commun (Thymus vulgaris) encore appelé « thym de Provence » : cette plante est la variété cultivée du thym des garrigues que l’on trouve à l’état sauvage dans tout le Midi. Il forme un sous-arbrisseau qui peut atteindre 30 cm de hauteur. Il offre en début d’été une profusion de fleurs blanches plus ou moins nuancée de pourpre.

– Thym d’hiver (Thymus vulgaris hyemalis) : comme son nom l’indique, cette variété est particulièrement résistante au froid. Elle se distingue également du thym commun qui présente un feuillage plus vert et plus large.

– Thym serpolet (Thymus serpyllum) : tout aussi commun que le thym à l’état sauvage (et poussant presque partout en France) le serpolet est un couvre-sol parfait, notamment parce qu’il supporte de légers piétinements. Ses rameaux s’étendent sur 45 cm de longueur. Ils sont couverts de feuilles lancéolées d’un vert éclatant au parfum puissant. Ils se couvrent au printemps et en été d’une généreuse floraison rose plus ou moins violacé.

Semis et plantation du thym

La clef de réussite du thym se trouve dans son emplacement. En effet, cette plante pousse sans difficulté dans toute bonne terre de jardin… mais s’étiole après 2 ou 3 ans. Non pas à cause du froid (le thym est parfaitement rustique), mais parce que le sol des massifs et du potager est riche et argileux bien différent de celui qu’exige le thym. Offrez-lui un terrain qui ressemble à celui dans lequel il pousse spontanément : celui de la garrigue, sec, caillouteux et pauvre.

Le semis du thym se pratique en pépinière, en mars-avril pour une mise en place en automne. Il est encore bien plus simple de le planter puis de le multiplier par division de touffes, au printemps ou au début de l’automne.

Plantez donc votre thym dans un emplacement le plus ensoleillé possible. Le thym est parfaitement rustique (la plupart des variétés résistent à des températures inférieures à -20 °C), mais a besoin de chaleur et de lumière pour développer ses parfums. Quand ? Toute l’année en dehors des périodes de gel ou de canicule. Espacez les plants d’environ 40 cm.

Pour la plantation du thym en pot, choisissez des contenants de 30 cm de diamètre minimum. Placez des billes d’argile ou des cailloux dans le fond pour assurer un bon drainage et remplissez-les d’un mélange de terreau et de terre de jardin.

Culture et entretien du thym

Le thym ne demande presque aucun entretien. Ce Méridional supporte la sécheresse et apprécie les terrains secs. L’arrosage se limite donc à celui apporté à la plantation pour assurer la bonne reprise des plants. Vous limiterez ensuite les apports d’eau aux seuls épisodes de canicule.

Cette plante prospère dans la garrigue, un milieu pauvre en azote. En pleine terre comme en pot, inutile de lui apporter un engrais. Au contraire : la fertilisation du thym nuit à la qualité aromatique de son feuillage.

Taille du thym

Il n’y a pas de taille du thym proprement dite  : celle-ci s’opère lors de la récolte des pousses au gré des besoins.

On peut aussi le faire sécher. Pour cela, étendez les rameaux (dans l’idéal, on les récolte en tout début de floraison, car leur parfum est alors très concentré), sur un linge, dans un local aéré. Conservez les brins de thym sec dans un sac en tissu et rassemblez les feuilles de thym tombées dans une boite, un bocal ou tout autre récipient hermétique.

Maladies et parasites du thym

Sauvage et rustique, le thym n’est la proie d’aucune maladie ni ravageurs.

Notre sélection

Thym de Provence

Fourche & Compagnie

4,00 €

Thym D'Hiver CAILLARD

Caillard

4,50 €

Thym d'Hiver EUROGRAINE

Eurograine

1,25 €

Origan : plantation, culture et entretien

Lire la suite

Lavande : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Romarin : plantation, entretien et taille

Lire la suite