Prunier : plantation, entretien et taille

Prunier : plantation, entretien et taille

Reine-claude, mirabelle ou quetsche, il n’y a pas une, mais des prunes ! Alors, pour varier les plaisirs, pourquoi ne pas planter plusieurs pruniers (Prunus domestica) dans votre jardin ? Ces arbres fruitiers feront le bonheur des enfants, qui chiperont directement les fruits sur les branches, et des gourmets amoureux des confitures. 

Présentation du prunier

Le prunier (Prunus domestica) appartient à la grande famille des Prunus, qui compte 600 espèces différentes. Ce sont des arbres fruitiers caducs, aux feuilles ovales, pouvant atteindre jusqu’à 8 m. Leur floraison blanche est souvent spectaculaire. De juillet à septembre apparaissent des fruits ovoïdes ou ronds, jaunes, rouges, violets ou verts. Ils sont recouverts d’une pellicule blanchâtre, la pruine. 

Les pruniers appréciant peu la promiscuité, éloignez donc les sujets de 6 à 7 m. Après quelques années vous pourrez planter à proximité des fraisiers, des œillets, des lis… ou autres plantes évoquant les jardins de curé.

Espèces et variétés de prunier

Le bal des prunes débute dès août avec les délicieuses ‘Reine-Claudes’ (verte ou dorée) à la peau verte et celles d’Oullins, plus jaunes. Suit ensuite la bille dorée des ‘Mirabelles de Nancy’ qui fait l’objet d’une IGP (Indication Géographie Protégée). 

En septembre, vous cuisinerez la variété ‘Quetsche d’Alsace’ ou vous vous régalerez de la ‘Reine-Claude de Bavay’. Plantez plusieurs variétés, cela permettra de profiter des saveurs de chacune d’entre elles et d’étaler les récoltes. Attention, tous les pruniers ne sont pas autofertiles, renseignez-vous au préalable pour connaître les bons mariages. 

Le saviez-vous ? La très effacée reine Claude de France, femme de François 1er, a donné son nom aux variétés de prunes ‘Reine-Claude’. Le prunier était alors cultivé dans le Lot sous la houlette de religieux qui voulaient ainsi lui rendre hommage.

Plantation du prunier

Le prunier n’est pas exigeant pour le type de sol, mais craint en revanche les expositions trop ombragées et les vents froids. Vous planterez des sujets à racines nues ou en conteneur en automne jusqu’à la fin de l’hiver, en vous éloignant des gelées.

Pour planter un prunier à racines nues, ne tardez pas trop après achat pour ne pas le sécher ou placez-le en jauge. Laissez tremper les racines dans un mélange de boue pendant que vous creusez le trou de plantation. Disposez les racines en parapluie et rebouchez votre trou sans recouvrir le bourrelet de greffe. Arrosez copieusement et tuteurez. 

Plantation du prunier en conteneur vous donnera une bonne indication de la hauteur du trou. Les étapes sont identiques à celle des racines nues. 

Si vous manquez de place, vous pouvez palisser votre prunier sur un mur ou le conduire en palmette.  

Astuce jardiland : vous pouvez également semer un noyau de prune pour obtenir un arbre franc que vous grefferez ou laisserez en l’état. Sachez cependant qu’il faut compter 7 ans avant que votre prunier ne donne des fruits.

Culture et entretien du prunier

Le prunier est un arbre fruitier peu exigeant et qui peut aisément supporter des températures négatives. Le prunier n’est pas toujours autofertile et appréciera dans tous les cas d’être accompagné de ses congénères. La mirabelle et la reine-claude dorée feront ainsi un mariage réussi, tandis que les quetsches peuvent vivre une vie de célibataire. 

Autre avantage de la plantation en groupe : vous pourrez disposer beaucoup plus facilement les voiles d’hivernage ou de protection que sur des arbres isolés.

Taille du prunier

La taille du prunier est nécessaire pour ne pas épuiser les branches et pousser harmonieusement. Pour cela, concentrez-vous sur les rameaux attaqués ou morts. Ensuite, éclaircissez le houppier (la partie supérieure du prunier) pour que la lumière puisse traverser les branches. Les plus vieux rameaux seront éliminés tous les 4 ou 5 ans. N’oubliez pas d’appliquer un mastic de cicatrisation sur les plaies de taille pour éviter que les maladies ne s’y engouffrent. 

Vous procéderez également à un éclaircissement des fruits afin de ne pas épuiser votre arbre.

Récolte des prunes

Les prunes se récoltent entre juillet et septembre. Choisissez des fruits d’une belle couleur et vérifiez leur maturité en tournant leur tige. S’ils viennent facilement, mettez-les dans votre panier, sinon n’insistez pas, ce sera pour demain sûrement. Si votre fruitier est particulièrement généreux, il vous faudra étayer les branches de votre prunier pour ne pas qu’elles cassent sous le poids des fruits. 

Les prunes d’Ente seront ensuite séchées pour en faire des pruneaux, les autres seront dégustées directement ou serviront à la réalisation de tartes ou de confitures.

Maladies et parasites du prunier

Côté parasites, les mouches sont particulièrement friandes des prunes, ce qui occasionne régulièrement la rencontre d’asticots pour le gourmand imprudent. Pour vous en prémunir, installez des pièges à phéromones pour les carpocapses au printemps. 

La moniliose fera l’objet d’un traitement préventif de bouillie bordelaise en février et après la floraison. En cas de fruits pourris dans l’arbre, ne tardez pas à ôter les plus gâtés pour endiguer l’invasion.

Notre sélection

Prunier 'Reine Claude Violette'

À partir de 39,50 €

Prunier 'Miraclaude'

À partir de 35,90 €

Prunier 'Victoria' ou 'Queen Victoria' ou 'Reine Victoria'

À partir de 17,32 €

Pommier : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Poirier : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Abricotier : plantation, entretien et taille

Lire la suite