Comment protéger les plantes du froid en hiver ?

Comment protéger les plantes du froid en hiver ?

Protéger vos plantes de pleine terre du froid hivernal, c’est avant tout connaître leur seuil de rusticité et trouver une solution adaptée. Paillage, voile d’hivernage, cloche, tunnel amovible… nombre de méthodes s’offrent à vous en fonction de la nature de vos plantations.

Pourquoi l’hivernage ?

Toutes les plantes n’ont pas la même résistance au froid, le même seuil de rusticité.

Les plantes dites rustiques supporteront des températures extrêmement négatives (en-deçà de -15°C). Les plantes semi-rustiques supporteront des températures allant, selon les variétés, de -5°C à -10°C. Une plante gélive sera, elle, affectée par le moindre gel.

 

Le froid n’est pas un ennemi en soi puisque de lui dépend souvent la mise au repos végétatif des plantes et la destructions des parasites. C’est plutôt dans certains cas la période à laquelle il survient qui est problématique. Ainsi, on pratiquera parfois un hivernage aux portes du printemps, par exemple en cas de gelées tardives sur une floraison précoce !  Le froid n’est en tous cas pas le seul ennemi. Alors que certains végétaux pourraient ne pas survivre à une forte gelée, pour d’autres humidité et vents froids sont les ennemis les plus redoutables.

Il est donc important que vous connaissiez le profil de chacune de vos plantes et que vous leur apportiez une solution d’hivernage adapté.

 

Si vous vivez sous un climat un peu rigoureux, peut-être aurez-vous fait le choix de renoncer à certaines plantations ou de réserver certains végétaux à une culture en pot. Pour eux, l’hivernage pourra se faire sous abri, en serre froide, dans une véranda ou un patio.

 

Pour les plantations en pleine terre, vous avez à votre disposition dans votre jardinerie toute une panoplie de solutions de protection pour faire face à l’hiver. Ce sont des solutions que vous adapterez à la configuration de votre jardin et que vous agrémenterez parfois d’aménagements “maison” !

Comment protéger les plantes de pleine terre ?

Pour la protection du sol et du pied, et donc des racines, privilégiez les paillages végétaux comme les feuilles mortes, la paille, les paillettes de lin, de chanvre, des fougères, des écorces, des branchages de conifères par exemple. En plus d’être protecteurs, ils seront nourriciers.

Étalez-les en couche épaisse, fixez-les au sol avec du petit grillage ou des cagettes quand nécessaire et possible. Brassez de temps à autre pour chasser le trop plein d’humidité.

Renouvelez au fur et à mesure de la décomposition. Envie d’en savoir plus sur les divers paillage, découvrez notre article Comment choisir son paillage ?

 

N’hésitez pas, en amont à butter les végétaux les plus fragiles et tous les jeunes sujets, c’est-à-dire à former un monticule de terre au pied de sorte à protéger, selon les végétaux, le système racinaire, le point de greffe et/ou la base des branches.

Pour les parties aériennes, optez pour les voiles d’hivernage vendus à cet effet. En intissé poreux, ils laissent passer l’air, un peu de lumière et sont perméables. Ils sont donc moins coercitifs que le plastique qui fait “transpirer“ les plantes, une condensation qui gèlera ! N’hésitez pas à déployer plusieurs couches sur les plantes les plus frileuses aux périodes les plus froides.

Pour les troncs et les points de greffe aériens, utilisez mousse, brande, toile de jute ou encore canisse pour composer des gaines protectrices doublées de paille ou de feuilles mortes si nécessaire. Vous trouverez également en jardinerie des manchons ou des protections en toile conçues pour cet usage.

 

Certaines serres, légères et faciles à installer, pourront venir provisoirement “chapeauter” un massif, un ensemble de potées fixes. Des tunnels amovibles viendront couvrir une plate-bande ou un alignement de jeunes arbres. Des cloches de diverses tailles pourront venir protéger ponctuellement et individuellement certaines plantes…

Quelles plantes de pleine terre protéger ?

Les plantes caduques, c’est-à-dire celles qui perdent leurs feuilles, sont les moins sensibles au froid puisqu’elles sont en repos végétatif total à cette saison. Un simple paillage de feuilles mortes, de branchage ou d’écorces à leur pied pourra suffire dans la plupart des cas.

 

En ce qui concerne les plantes persistantes, les réactions sont plus diverses et les mesures à prendre variées. Celles-ci maintiennent une forme d’activité, une circulation de la sève qui, même ralentie, rend la plante particulièrement sensible au gel.

 

Certes toutes les plantes n’ont pas le même seuil de résistance. Là encore, il vous faudra prendre des mesures adaptées aux végétaux que vous possédez.

Les agrumes, par exemple, n’ont pas tous la même rusticité. Pour des cultures en pleine terre, il est impératif de vous référer aux indications de rusticité de l’agrume choisi. Un cédratier par exemple ne supportera pas des températures en-deçà de -4°C, ce sera également le cas du lime ou citron vert. À peine plus rustiques, le bergamotier, le citronnier ou encore le combava ont un seuil placé à -6°C. Les pomelos, les orangers classiques et autres clémentiniers résisteront jusqu’à -8°C. Il existe quelques variétés, rares, qui résistent à des températures exceptionnellement basses ; on citera le yuzu et sa rusticité estimée entre -12°C et -18°C ou, avec une rusticité à -12°C, le kumquat, certains mandariniers le ‘Satsuma’ par exemple).

 

Globalement, en dehors des zones peu gélives comme le pourtour méditerranéen et le littoral atlantique, il est évidemment recommandé de cultiver les agrumes en pot et de remiser en intérieur à l’automne, hors gel, bien aéré mais hors courants d’air, dans un espace frais (pas plus de 10°C), lumineux et surtout sans source de chaleur à proximité.

Pour les plantations d’agrumes en pleine terre, limitez taille et fertilisation hivernales – la première fragilise l’arbre, la seconde l’empêche de se mettre au repos, d’entrer dans une phase de dormance qui le rend moins réceptif aux agressions extérieures dont le froid. Prévoyez un emplacement abrité des vents ; installez un coupe-vent provisoire si tel n’est pas le cas. Couvrez la couronne d’un voile d’hivernage. Paillez le pied en couche épaisse.

 

Les autres arbres fruitiers – qu’ils soient à pépins ou à noyaux – ont quant à eux besoin de ce froid hivernal pour entrer en repos végétatif. C’est plutôt en fin d’hiver, aux portes du printemps, alors même qu’en cas de douceur, la reprise peut être précoce qu’il vous faut être vigilant(e). Si de fortes gelées tardives sont annoncées, installez un paillage en couche épaisse au pied et surtout protégez-les impérativement par des voiles d’hivernage sans quoi les bourgeons pourraient geler et compromettre la fructification. Pour les plus jeunes sujets, buttez et emmaillotez le point de greffe.

Certaines plantes à bulbes comme les dahlias, glaïeuls, lys ou cannas et tous les bulbes d’été non rustiques seront arrachés en cas de grands froids. Déterrez cormes, rhizomes ou bulbes à la fourche bêche en prenant soin de ne pas les abîmer. Faites tomber un maximum de terre, laissez 10 cm de tige au plus, placez les tubercules dans une caisse et remisez dans un local hors gel, sec et bien aéré.

 

D’autres plantes non rustiques supporteront cette transplantation provisoire. Elles pourront ainsi être déterrées, momentanément placées avec leur motte dans un contenant et  remisées hors gel.

 

Sous des cieux plus cléments, les plantes bulbeuses pourront être laissées en pleine terre. Couvrez-les d’un épais manteau de feuilles mortes aux heures les plus froides. Brassez régulièrement pour chasser l’humidité stagnante. Renouvelez le paillage.

Ce paillage de feuilles mortes – que vous choisirez petites ou que vous broierez si elles sont grandes et dures – habillera également le pied de vos vivaces les moins rustiques à condition de ne pas laisser l’humidité s’installer. Vous pouvez également opter pour un paillis moins compact – écorces, fougères, aiguilles de pin – toujours en couche épaisse (au moins 20 cm). En cas de gros coup de froid annoncé, n’hésitez pas à couvrir les semi-rustiques avec un voilage : sauge, penstemons, fuchsias, gunnères, acanthes…

 

Les parties aériennes des arbustes persistants seront également impérativement protégées. Recouvrez d’une ou plusieurs couches de voile d’hivernage daphné, camélia, laurier-rose, orangers du Mexique.

Pour d’autres, le tronc et les racines seront également à protéger du froid comme de l’humidité stagnante, surtout les premières années. Ce sera le cas des palmiers, des eucalyptus, des bananiers, des oliviers, des phormiums, en réalité de la quasi-totalité des arbustes subtropicaux.

En ce qui concerne les rosiers, les mesures de protection commencent en automne avec un nettoyage, une taille et un éclaircissement.

La plupart des rosiers arbustes sont bien rustiques et supportent des températures négatives pouvant aller jusqu’à -10°C.

Mais ce n’est pas toujours le cas, certaines variétés plus fragiles, les jeunes sujets, les grimpants nécessitent une protection minutieuse du point de greffe.

Buttez, utilisez un paillis de paille ou de feuilles mortes – que vous pouvez mélanger à de la terre fine amendée avec un peu d’engrais minéral – en couche épaisse bien fixée au sol.

Dans le cas de point de greffe aérien (renflement à la base du tronc des rosiers tiges ou pleureurs), emmaillotez le point de greffe avec un isolant et couvrez ce même point et toutes les parties aériennes avec un voile d’hivernage.

 

Ôtez le voile dès que les températures remontent.

Notre Tuto Vidéo

Découvrez les conseils vidéos de notre expert pour protéger votre plante du froid.

Notre sélection

Jardiland - Copeaux de bois naturel 50 L

Jardiland

10,95 €

Paillis miscanthus 50l

Jardiland

9,95 €

Tunnel croissance 3m x 45 cm x 30 cm

Gardenova

17,95 €

Richel® Serre de jardin 6m2 qualité pro

Richel

332,95 €

Cloche à salade x3 D33 cm H30 cm

Gardenova

18,95 €

Hivertmat paille de riz 1X1.50M

13,95 €

Jardiland - Voiles d'hivernage L.1 x H.1,5m 30g

Jardiland

5,95 €

Voile d'hivernage Wintertex 2X10m

6,95 €

Comment pailler le potager en hiver ?

Lire la suite

Comment préparer le jardin à l’hiver ?

Lire la suite

L’hivernage des plantes frileuses en serre

Lire la suite