Pommier : plantation, entretien et taille

Pommier : plantation, entretien et taille

Fruit préféré des Français, la pomme gagne encore à être cultivée dans un jardin. Ne dit-on pas qu’« une pomme par jour éloigne le docteur pour toujours » ? En adoptant un pommier (Malus domestica) au verger, non seulement votre corps vous remerciera, mais vous pourrez vous régaler à croquer les fruits frais cueillis, ou les glisser dans une tarte tatin !

Présentation du pommier

Le pommier (Malus domestica) est un arbre fruitier et ornemental à feuillage caduc. Adulte, il atteint 8 m de haut et bénéficie d’une excellente rusticité. Au printemps, des boutons roses annoncent une généreuse floraison blanc pur. Dès l’été, des fruits ronds dont la couleur varie du jaune au rouge en passant par le vert font ployer les branches. Le pommier peut être placé dans un verger avec ses congénères, ou dans un jardin, accompagné d’un pommier à fruits décoratifs comme le Malus ‘Evereste’. Celui-ci assurera également sa pollinisation. 

Le saviez-vous ? Les pommiers de nos campagnes sont étudiés par l’INRA, mais aussi par des associations comme les croqueurs de Pomme. Leur travail de recensement des variétés de terroir s’avère essentiel pour préserver les particularités gustatives de ce fruitier.

Espèces et variétés de pommier

Les milliers de variétés de pommes ont conduit le jardinier à les classer selon plusieurs critères : le type de consommation (à couteau, à cuire…), la période de fructification (précoce ou tardive), celle d’obtention (variété moderne ou ancienne)… L’idéal serait de panacher les variétés au verger afin de profiter des qualités propres à chacune. 

Commençons par la variété la plus vendue, ‘Golden Delicious’. Si elle peut paraître fade dans le commerce, elle est savoureuse sur le pommier et se prête autant à la cuisson qu’à la dégustation. Tout aussi polyvalente, la ‘Gala’ se teinte quant à elle de rouge. 

Si vous êtes plus compote, tournez-vous vers la ‘Reinette grise du Canada’ ou plus tarte tatin, vers la ‘Reine des reinettes’

 

Parmi les pommes à couteau les plus savoureuses, adoptez la ‘Cox Orange Pippin’ et la ‘Fuji’, mais aussi la ‘Winter Banana’ et l’inégalable ‘Granny Smith’.

Notre tour d’horizon continue avec les variétés de terroir telles que ‘Reinette Clochard’, ‘Reinette du Mans’, ou ‘Transparente de Croncels’.

Enfin, les citadins adopteront sans hésitation le pommier tige ‘Ballerina’ ou ‘Croquella’, à réserver aux potées.

Plantation du pommier

Le pommier (Malus domestica) apprécie un sol frais et bien drainé, ainsi qu’une exposition suffisamment ensoleillée. Plantez votre arbre en automne-hiver, à distance des gelées. Préparez un trou de plantation de 80 cm minimum que vous drainerez si nécessaire et enrichirez de matière organique. Disposez ensuite votre arbre à racines nues ou en conteneur en prenant garde à ne pas enfouir le bourrelet de greffe. Arrosez copieusement et tuteurez. Veillez à bien désherber au pied de votre pommier la première année pour éviter la concurrence racinaire. 

Vous pouvez également planter le pommier en pot, en choisissant un arbre adapté à ce mode de culture (nain ou colonnaire). Prenez un contenant de 40 cm de diamètre minimum et remplissez-le d’une couche drainante puis de terreau. Arrosez ensuite généreusement. 

 

Pour obtenir un pommier, vous pouvez tout à fait planter un pépin de pomme. Il vous faudra en réalité deux pépins de deux pommiers (fertilisation croisée oblige) et les faire germer après une dormance dans votre frigo. Mais avouons-le, ceci nécessite une certaine dose de patience… Le plus simple ne serait-il pas de se tourner vers un arbre déjà formé par un spécialiste, dont la variété est établie ? Vous gagnerez ainsi les 5 à 7 ans minimum qu’exige un pommier avant de donner des fruits.

Culture et entretien du pommier

Le pommier, malgré sa résistance, aura besoin de quelques coups de pouce au cours de la saison. Si le temps est particulièrement sec, la grosseur des pommes pourrait en pâtir, arrosez ou mieux paillez le pied pour retenir l’humidité. 

Le pommier en pot sera quant à lui surfacé sur 10 cm tous les ans avant un rempotage complet dans un pot d’un diamètre supérieur tous les 5 ans environ. Pour le bon entretien de votre pommier en pot, ne négligez pas l’apport régulier de compost et l’arrosage.

Taille du pommier

Vous trouverez différents ports de pommier selon le stade de développement et la forme que vous souhaitez lui donner : le scion âgé d’un an, les gobelets où se dessinent déjà les branches charpentières, les demi-tiges dont le tronc de 1,20 m préfigure l’arbre et les spécimens formés en U double, palmette oblique… 

Le pommier tige et demi-tige sera taillé en fin d’hiver afin de garantir une production fruitière suffisante et une silhouette harmonieuse. Dans un premier temps, concentrez-vous sur les branches flétries et atteintes par la maladie. Ensuite, dégagez le centre de l’arbre et ôtez les rameaux qui se croisent. Enfin, taillez les prolongements des branches charpentières (les principales) pour faciliter la récolte. La règle veut qu’on ne coupe qu’au-dessus d’un bourgeon tourné vers l’extérieur.

Au printemps, examinez les bourgeons : les plus renflés donneront les fleurs puis les fruits, les plus pointus les feuilles. Pour donner priorité aux premiers, complétez la taille d’hiver par la taille en vert en juillet. Pour cela, taillez les rameaux latéraux à trois yeux et cinq feuilles. La sève est ainsi mieux répartie et la mise à fruit facilitée pour l’an prochain.

 

Si vous souhaitez gagner de la place, conduisez vos pommiers en palmette, en espalier, cordon ou colonne. Pour cela, travaillez à partir d’un scion (jeune arbre d’un an) et palissez-le sur un support rigide ou une façade. Vous conduirez chaque été les branches et taillerez en hiver les rameaux secondaires. 

Un éclaircissement des fruits évite l’épuisement de l’arbre et augmente la qualité des fruits. Procédez sur des fruits encore jeunes. Ne conservez que les fruits les plus sains, puis ne conservez qu’un à deux fruits par bouquets de fleurs. 

Conseil Jardiland : pour tailler vos pommiers, munissez-vous d’outils de taille propres. Cisailles, échenilloirs et sécateurs devront donc au préalable être nettoyés et passés à l’alcool. Cette opération vous permettra d’éviter la propagation des maladies. 

Récolte des pommes

Les pommes se récoltent directement sur l’arbre en tournant légèrement le fruit autour de son pédoncule. Celles qui sont tombées au sol doivent être examinées pour éviter toute mauvaise rencontre (guêpe ou ver). Consommez ensuite rapidement les pommes foulées ou faites-en de la compote.

Les pommes ont la particularité de se conserver longtemps. Pour cela, choisissez des variétés à chair ferme (‘Belchard’, ‘Reinette Grise du Canada’ ou ‘Reinette de Brive’), puis disposez-les queue en bas dans des cagettes ou des caisses en plastique dans un local frais (pas plus de 10 °C). Certains jardiniers préconisent également un stockage dans des caisses de sable ou de tourbe blonde. Prenez garde à ne pas cueillir de fruits gâtés qui risquent de compromettre toute votre récolte et examinez régulièrement vos pommes.

Maladies et parasites du pommier

Comme tout arbre fruitier, le pommier peut être menacé par des maladies ou des parasites. Parmi les premières, citons : 

– le chancre : l’écorce se tache et la branche se nécrose ;

– la tavelure : taches noires sur les fruits ;

– la moniliose : dépérissements du feuillage et pourriture brune cerclée de blanc sur les fruits ;

– l’oïdium : un feuillage blanchi légèrement poudreux.

La prévention consiste à pulvériser de la bouillie bordelaise en automne et après la floraison. Vous éliminerez également systématiquement les fruits, feuilles et branches touchés. Pensez également à la décoction de prêle. 

Côté parasites, les chenilles de carpocapse et de tenthrède du pommier s’attaquent aux fruits, tandis que les pucerons raffolent des jeunes feuilles. Prévoyez un piège à phéromones au printemps pour les carpocapses. Un badigeonnage au lait de chaux (lait arboricole) semble également décourager les attaques parasitaires.

Notre sélection

Pommier Delbard Jubilé®

À partir de 22,90 €

Pommier 'Jonagold'

À partir de 27,26 €

Pomme-Poire

À partir de 58,50 €

Poirier : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Abricotier : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Prunier : plantation, entretien et taille

Lire la suite