Poireau : plantation, culture et récolte

Poireau : plantation, culture et récolte

Facile à cultiver, riche en fibres et peu calorique, le poireau est un des légumes phares du potager. À planter ou semer sans modération !

Présentation du poireau

Drôle de légume que le poireau (Allium porrum) dont on mange… la tige. Tout comme le poireau des vignes (Allium polyanthum)  que les gourmands de nature cueillent toujours, et dont la plante que l’on cultive, dérive. 

Par chance, ce légume est peu exigeant : s’il apprécie les sols profonds, argileux et frais, il peut se planter en tout sol. Sa culture est très facile. Le poireau est une plante bisannuelle : elle fleurit l’année qui suit son semis. Effectivement : les plants oubliés dans le potager en fin d’hiver offrent de jolies fleurs sphériques très attractives pour les insectes, l’été suivant.

Très peu calorique, le poireau est riche en fibres qui stimulent l’appareil digestif et fournit un agréable sentiment de satiété. De plus, ce légume est riche en eau, ce qui participe aux besoins en eau du corps.

Espèces et variétés de poireau

Le poireau se décline en plusieurs variétés qui se classent généralement en fonction de leur période de récolte et de leur couleur de feuillage : 

Poireaux d’été (plantation : mai ; récolte : juillet-octobre) :

’Jaune Gros du Poitou’ : tout est dans son nom ! Cette variété ancienne originaire de l’ouest de la France présente un feuillage doré surmontant un fût de grosse taille. Ce poireau peu rustique est très précoce : parfait pour les récoltes d’été !

Poireaux d’automne (plantation : juin-juillet ; récolte : octobre-décembre) :

 ’Malabare’ : il porte bien son nom avec son fût court (10 à 15 cm pas plus), mais très volumineux. Il est très précoce et peu rustique : dans les régions aux hivers rigoureux, il doit être récolté avant l’arrivée du gel.

 ‘Monstrueux de carentan’ : Il présente des feuilles larges qui se séparent en éventail au-dessus de leur base. Son fût est court, mais de très beau diamètre.

 

Poireaux d’hiver (plantation : juin-juillet ; récolte : décembre-avril)

’Bleu de Solaise’ : très rustique (et très classique), cette variété se reconnaît à son feuillage d’un beau bleu ardoise.

‘D’hiver de Saint Victor’ : ce poireau présente de gros fûts assez courts et un feuillage qui se teinte joliment de violet sous l’effet du froid. Il serait plus résistant aux vers que le ’Bleu de Solaise’ dont il dérive.

Semis et plantation du poireau

Le semis des poireaux s’effectue en ligne, un peu à l’écart du potager, dans une pépinière de pleine terre ou une caisse de semis. Semez en fin d’hiver ou au début de printemps selon la période de récolte souhaitée et de  la variété utilisée :

– février-mars pour les poireaux d’été ;
– mars-avril pour les poireaux d’automne ;
– avril-mai pour les poireaux d’hiver.

Pour planter les poireaux (ou les repiquer après les avoir semés), attendez qu’ils aient environ la taille d’un crayon. Pas plus tôt. L’opération s’effectue en 3 étapes :

– Habillez les poireaux : coupez le haut du feuillage et l’extrémité des racines.

– Utilisez un transplantoir pour faire un premier trou d’environ 10 cm de profondeur. Enfoncez-y le plant. Tout contre celui-ci, faites un second trou au transplantoir puis, d’un mouvement de poignet, inclinez l’outil vers la gauche. La terre se trouve ainsi tassée autour du poireau tandis que subsiste un creux où s’accumulera l’eau de l’arrosage.

– Arrosez chaque pied planté, même en période de pluie.

Culture du poireau

Le poireau n’a que peu d’exigences. Il demande simplement un arrosage suivi, du moins jusqu’à ce que les fûts aient atteint leur diamètre optimal.

On conseille souvent de « butter » les poireaux, c’est-à-dire de rassembler la terre contre leur fût, afin d’obtenir une plus grande hauteur de « blanc ». En effet, en privant les fûts de lumière, ils deviennent plus blancs et plus charnus.

Récolte des poireaux

Les variétés de poireaux d’hiver sont parfaitement rustiques : elles restent en place tout l’hiver. On récolte donc les légumes au fur et à mesure de nos besoins.

Il faut pour cela les arracher à la fourche-bêche, ce qui s’avère parfois compliqué lorsque le sol est gelé. C’est pour prévenir ce souci que l’on conseille, dès novembre, de couvrir le rang de poireaux d’une épaisse couverture de feuilles sèches. Elles protégeront du gel non pas la plante, mais bien le sol pour une récolte facilitée.

Astuce Jardiland : de la terre se glisse facilement entre les feuilles engainantes des poireaux. Il est facile toutefois de les nettoyer : entaillez les légumes en croix, de la base du fut jusqu’en haut des feuilles. Écartez celles-ci sous l’eau du robinet. Vos poireaux sont prêts à être cuisinés !

Maladies et parasites du poireau

Le ver du poireau… voilà la seule calamité qui affecte réellement le poireau dans le jardin amateur. Ou plutôt LES vers du poireau. Deux insectes sont en cause dont les larves se développent dans les fûts (et parfois les feuilles) du légume : une mouche, la « mineuse du poireau », et un papillon, la « teigne du poireau ». Comme tous deux ont le même comportement, on lutte contre eux de la même manière, et avec la seule technique efficace : en couvrant de voiles anti-insectes les poireaux, dès leur plantation.

Pourquoi ? Parce que les femelles de ces deux insectes pondent au ras du sol, simplement guidées par l’odeur du poireau. Le voile les empêche d’accéder à leur cible. Il n’existe aucune autre méthode de lutte contre les vers du poireau : aucun purin, décoction ou potion à base de plantes n’a démontré une quelconque efficacité.

Et l’association carottes-poireaux ?

L’odeur de chacun de ces légumes est censée éloigner les vers de l’autre. Des études récentes montrent que l’association fonctionne différemment. Les mouches et papillons ne sont pas affectés par les odeurs. Elles ne masquent pas le parfum de la plante, près de qui les femelles vont pondre. En revanche, les bases des carottes et les fûts des poireaux constituent une barrière visuelle et physique qui les perturbe. Ces légumes sont donc des « plantes-écrans ». Mais encore faut-il les cultiver en mélange et non en culture côte à côte !

Échalote : plantation, culture et récolte

Lire la suite

Poirée, blette ou bette : plantation, culture et récolte

Lire la suite

Artichaut : plantation, culture et entretien

Lire la suite