Quelles plantes d’intérieur choisir quand on a un chat ?

Quelles plantes d’intérieur choisir quand on a un chat ?

Le chat a la fâcheuse tendance à sentir, lécher et même mâchonner les plantes de la maison surtout lorsqu’il n’a pas accès au jardin ou à la fameuse herbe à chat. Cette dernière désigne des jeunes pousses de graminées, ou de cyperus, qui comblent son besoin de verdure nécessaire à sa bonne santé digestive. Elles lui permettent d’évacuer par régurgitation gastrique et dans les selles, boules de poils, plumes, petits os, voire parasites indésirables. Même si l’herbe à chat est disponible et renouvelée régulièrement, votre félin peut être tenté par vos plantes d’intérieur. Mais attention, certaines d’entre elles, souvent parmi les plus courantes, présentent un risque pour votre animal ! Pour éviter tout danger à votre matou, voici une sélection de plantes vertes non toxiques pour votre chat.

9 plantes d’intérieur sans risque pour votre chat

1 – Cactus de Noël ou Schlumbergera

 

Atouts : longue floraison, vaste choix de coloris, entretien facile.

Besoins et culture : à cultiver en pot individuel, car il s’étale rapidement, craint les courants d’air, situation très lumineuse même en hiver.

 

2 – Fougère de Boston ou Nephrolepsis

 

Atouts : feuillage luxuriant, joliment découpé, grande longévité, supporte des situations peu lumineuses.

Besoins et culture : vaporisations régulières, quotidiennes en été à l’eau non calcaire, une température minimale de 15 °C toute l’année.  

3 – Hoya

 

Atouts : floraison insolite parfois suavement parfumée selon la variété, port retombant, longévité. 

Besoins et culture : pour une floraison assurée, entre 18 et 22 °C toute l’année, situation lumineuse, aime être à l’étroit dans son pot, arrosage modéré. 

 

4 – Kentia

 

Atouts : grandes palmes très décoratives, vertus dépolluantes. 

Besoins et culture : grande luminosité surtout en hiver, rempotage tous les 2 ans dans un terreau bien drainant, engrais d’avril à septembre tous les 15 jours, pas de courants d’air.

5 – Pilea 

 

Atouts : grande diversité de feuillages (taille, forme, texture), facile à cultiver, bon marché.  

Besoins et culture : luminosité sans rayons directs, racines mieux à l’étroit, hygrométrie forte (terrarium ou plateau de billes d’argile humides). 

 

6 – Plante paon ou Calathea

 

Atouts : feuilles très décoratives tachées, marbrées ou rayées selon la variété, longévité, facile à entretenir.

Besoins et culture : lumière tamisée, craint le froid et la chaleur en excès, hygrométrie importante si air sec (été ou chauffage).

7 – Pépéromie ou Peperomia

 

Atouts : grande diversité de feuillages (coloris et textures), plante peu encombrante, facile à cultiver, utilisable en suspension, car port retombant, floraison originale et décorative.

Besoins et culture : grande luminosité indirecte, arrosage modéré, car craint les excès d’eau surtout en hiver, se plaît à l’étroit dans son pot, engrais tous les 15 jours au printemps et en été. 

 

8 – Phalaenopsis (orchidée papillon)

 

Atouts : longue floraison, grande diversité de coloris, orchidée la plus facile à cultiver.  

Besoins et culture : luminosité importante sans rayons directs, pas d’excès d’arrosage, pulvérisations à l’eau non calcaire, apport mensuel d’engrais spécifique à la belle saison.

9 – Tillandsia (fille de l’air)

Atouts : végétation insolite, floraison hivernale vivement colorée, croissance rapide, culture sur supports originaux (écorce, roche, coquillage, structure métallique, terrarium…) pour les espèces épiphytes.

Besoins et culture : température idéale entre 16 et 25 °C (pas en dessous), grande luminosité, ne craint pas les courants d’air.

Les grandes familles de plantes d’intérieur toxiques pour le chat

De manière générale, il vaut mieux éviter l’accès aux plantes d’intérieur à votre chat. Les risques dépendent de la quantité de matière qu’il a ingérée ou avec laquelle il a été en contact.

Les familles de plantes ci-dessous présentent toutes un danger, parfois mortel, pour les chats :

Les Aracées : comme l’alocasia qui contient une enzyme protéolytique et de l’oxalate de calcium attractif, mais très toxique pour votre chat… Dans cette famille, on retrouve aussi : le dieffenbachia, le philodendron ou le spathiphyllum.

Les Agavacées : comme le yucca qui contient des saponines très irritantes pour le système digestif.

Les Balsaminacées : comme le bégonia et l’impatiens, qui provoquent des troubles digestifs modérés.

Les Euphorbiacées : comme le poinsettia dont le latex provoque des brûlures cutanées, oculaires et digestives. 

– Les Liliacées : en particulier le lis qui attire le chat, mais dont toutes les parties sont très toxiques pour lui, entraînant de graves troubles digestifs, nerveux et rénaux. Dans cette famille dangereuse, on trouve aussi : amaryllis, colchique, muguet, narcisse, sansevière…

– Les Solanacées : comme le pommier d’amour qui contient dans toutes parties un alcaloïde très toxique pour le chat.

– Évitez également l’Aloe Vera (pourtant non toxique pour l’homme), le cycas, le ficus (benjamina, robusta…), le lierre.

Conseil Jardiland : attention aussi à l’eau des vases ayant contenu des plantes de ces familles toxiques ! Le chat ne doit pas pouvoir y accéder.

Intoxication du chat : les signes qui doivent vous alerter et vous conduire chez le vétérinaire

– léchage répété de la zone péribuccale (symptômes de brûlures potentielles) ;
– vomissement ;
– diarrhée ;
– léthargie ;
– désorientation ;
– absence d’appétit ;
– pupilles dilatées ;
– palpitations cardiaques ;
– œdème de la face ;
– convulsions ;
– inconscience.

10 plantes d’intérieur faciles à vivre

Lire la suite

Les 5 erreurs à éviter pour vos plantes d’intérieur

Lire la suite

Prendre soin de son chat d'intérieur

Lire la suite