Laurier-rose : plantation, culture et entretien

Laurier-rose : plantation, culture et entretien

Cet arbuste persistant et généreux, à l’aise en pleine terre en climat doux comme en pot rappelle les vacances au soleil ! Toute la belle saison, le laurier-rose bat des records de floraison déclinant une large gamme de coloris allant du blanc pur au pourpre foncé et émettant souvent un délicieux parfum.

Présentation du laurier-rose et de ses variétés

Espèce unique de son genre, le laurier-rose, Nerium oleander, trouve ses origines tant dans le pourtour méditerranéen que sur une partie du continent asiatique. S’il reste emblématique des jardins du Sud, il peut se cultiver partout où suffisamment de chaleur et d’ensoleillement sont présents, c’est-à-dire finalement presque partout en France. Pour les climats moins cléments, il vous sera également possible de cultiver votre plante en pot. Il pousse assez vite, d’une cinquantaine de centimètres par an. Sa silhouette sera généralement buissonnante et érigée.

Quelle que soit la variété choisie, le feuillage sera semblable, très représentatif de la plante et très ornemental. Le laurier-rose est persistant, il ne perd pas ses feuilles en hiver et c’est donc toute l’année que vous profiterez de leur belle découpe lancéolée et de leur couleur élégante, un vert bleuté plus ou moins clair.

 

Les fleurs offrent, elles, une grande diversité de formes (simples, doubles ou triples) et surtout de coloris allant du blanc pur au pourpre très foncé en passant par toute une palette de roses, d’orange, de rouges. Elles peuvent même être bicolores, et parfois subtilement parfumées. Elles s’épanouissent en grappes très denses, à l’extrémité des rameaux, de mai à octobre selon le climat et viennent ravir toute sorte de butineurs friands de cette plante très nectarifère et mellifère.

Laurier Rose à Fleurs Roses

À partir de 7,95 €

Certains cultivars sont plus résistants au froid que d’autres (et même si le gel affecte le feuillage, celui-ci pourra tout à fait repartir au printemps du moment que la tige n’est pas touchée), le ‘Villa romaine’ par exemple supportera des températures de -15°C en sol bien drainé.

 

Certains se font remarquer par la rareté de leur teinte. Il est vrai que dans l’imaginaire collectif, le laurier-rose est… rose. De pâle à foncé, de layette à fuchsia. Pourtant, il en existe des jaunes, à fleurs simples ou double, qui apporteront de la lumière et de la douceur au paysage.

Laurier Rose double jaune

À partir de 16,50 €

Certaines variétés blanc pur offriront un festival de fleurs d’une élégance rare. Ce sera le cas de ‘Sœur Agnès’ à la floraison particulièrement généreuse. Une variété assez rustique, qui résistera jusqu’à -10°C en sol très bien drainé, et qui proposera une silhouette buissonnante et atteindra assez rapidement de belles dimensions avec ses 3.5 m de haut pour 3 m d’envergure environ.

 

Si vous souhaitez vous tourner vers une culture en bac, choisissez des cultivars nains qui n’excèderont pas 1.50 m de haut, parfaites pour les espaces réduits ou la culture en contenant à remiser l’hiver.

Laurier Rose 'Soeur Agnès'

À partir de 8,95 €

Où, quand et comment le planter ?

Quelle exposition pour le laurier-rose ? Pour qu’il puisse s’épanouir en pleine terre, il lui faudra donc un climat approprié, une atmosphère lumineuse et chaleureuse. Les épisodes de gel devront être courts et rares et ne pas excéder de préférence -7°C et en aucun cas -15°C y compris pour les variétés les plus rustiques. Cette condition s’assortira d’un sol ou de substrat très bien drainé.

La plantation en pleine terre

 

Plantez-le au printemps ou même en été si vous pouvez arroser régulièrement pour assurer la reprise. Le début d’automne est possible, mais seulement en climat doux.

 

Cet arbuste originaire du bassin méditerranéen, nous l’avons dit, se plaît en plein soleil. Offrez-lui un sol riche en humus, frais en été, mais bien drainé en hiver.

 

En climat doux, océanique ou dans un jardinet urbain préservé des fortes gelées, vous pouvez installer votre laurier-rose en fond de massif ou intégré dans une haie moyenne.

 

Hydratez la motte avant la plantation. Trempez-la une dizaine de minutes dans un seau d’eau. Défaites à la main le chignon de racines s’il est très serré.

Creusez un trou d’au moins trois fois le diamètre de la motte. Mélangez la terre de jardin avec un terreau agrumes et plantes méditerranéennes pour améliorer sa structure si elle est de nature compacte. Ajoutez une grosse poignée de compost mûr ou une autre fumure organique bien décomposée si elle est plutôt sableuse et pauvre.

Placez au fond du trou une couche drainante de billes d’argile ou de gravier d’au moins 10 cm de hauteur. Installez votre plante bien au centre et comblez le vide avec le mélange de terre. Tassez au fur et à mesure.

Après la plantation, arrosez copieusement et paillez afin de limiter la pousse des mauvaises herbes et l’arrosage.

La plantation en pot

 

Si vous le cultivez en pot, offrez-lui un contenant adapté à sa vigueur adulte.

Si les sujets à développement réduit se contentent d’un pot de diamètre de 40 cm, un sujet classique préférera un contenant plus grand, un grand bac de 80 cm de diamètre idéalement.

Utilisez un terreau spécifique agrumes et plantes méditerranéennes spécial pot enrichi avec une fumure organique. Vérifiez la présence des indispensables trous de drainage au fond du pot et complétez avec une couche de billes d’argile sur 1/5 de la hauteur du pot. Arrosez et paillez pour maintenir de la fraîcheur au pied.

Comment l'entretenir ?

Une fois bien installé, votre arbuste ne nécessitera que peu d’entretien. Voici tout de même quelques bons réflexes à avoir surtout les premières années…

Arrosage et fertilisation

 

Arrosez-le régulièrement et copieusement pendant toute la belle saison surtout s’il est cultivé en pot ou s’il est planté en pleine terre depuis moins de deux ans.

 

Contrairement à certaines croyances, le laurier-rose est gourmand en eau. À l’état sauvage, ils plongent leurs racines profondément à la recherche d’humidité. Veillez à ne pas mouiller le feuillage en arrosant pour limiter la propagation de maladies.

 

Stimulez vigueur et floraison en apportant un engrais spécial arbustes à fleurs au début du printemps. Complétez, tous les 15 jours de mai à août, par un apport d’engrais liquide pour les sujets en pot.

Rempotage

 

Effectuez un rempotage tous les 2 à 3 ans au début du printemps et surfacez les années sans rempotage en changeant la surface du substrat sur cinq centimètres environ. Lors du rempotage de votre plante, mélangez le terreau avec de la terre de jardin. Celle-ci permettra une meilleure rétention en eau et donnera du poids à l’ensemble, évitant ainsi de tomber lors du premier coup de vent ! Si votre plante est devenue trop grande pour être rempotée, renouvelez le substrat là encore sur cinq centimètres de profondeur.

Hivernage

 

Comment conserver un laurier rose en bonne santé en hiver ? Hivernez les sujets cultivés en bac dans un local clair, mais non chauffé si les températures descendent souvent sous -5 °C en hiver. Sinon, hors climat doux sans gelée, protégez la potée (pot et ramure) en l’enveloppant d’un voile d’hivernage.

Pour les lauriers-roses cultivés en pleine terre, la souche peut repartir au printemps même si le feuillage a gelé. Par précaution, protégez-la avant l’hiver avec une épaisse couche de paillage (feuilles mortes, paille…) ou un voile d’hivernage.

 

Taille

 

Taillez au début du printemps en rabattant ses rameaux d’un tiers (ou de moitié si vous souhaitez limiter le développement de l’arbuste). Éliminez le bois mort et les plus vieilles branches pour rajeunir la touffe. Le laurier-rose supporte les tailles drastiques jusqu’à 50 cm du sol.

Multiplication

 

Le bouturage reste la plus simple des méthodes. Aux alentours du mois d’août, choisissez des pousses de l’année qui n’ont pas fleuri.

Coupez des tronçons de 20 cm. Supprimez à l’aide d’un objet tranchant bien aiguisé et désinfecté toutes les feuilles situées à la base du tronçon. Incisez-la tige sur quelques millimètres et immergez cette base dans une bouteille d’eau. Changez l’eau régulièrement (1 à 2 fois par semaine) et laissez raciner.

 

Au printemps, séparez les boutures racinées et plantez en pot individuel. À l’automne suivant, transplantez de nouveau en pot, un peu plus grand cette fois et rempli d’un terreau léger de type terreau semis et bouturage.

Arrosez très copieusement les premiers temps puis réduisez l’arrosage pour adopter un rythme normal. Transplantez en pleine terre ou dans son pot définitif au printemps ou au début de l’été suivant.

Repérer les maladies, parasites et carences

 

Le laurier-rose est parfois parasité par les cochenilles. Il indique alors qu’il est malade en montrant une vigueur diminuée par les ponctions de sève. Ses feuilles se couvrent du miellat excrété par les insectes puis de fumagine, une sorte de poudre noire. Luttez en pulvérisant le feuillage sans oublier le revers des feuilles avec un anti cochenilles à base de produits naturels.

 

Des attaques de pucerons jaune-vert peuvent également affaiblir le laurier-rose dont le feuillage devient poisseux et se couvre de fumagine.

 

Enfin, si l’été est chaud et sec, le laurier-rose peut être la proie des araignées jaunes. Le feuillage prend une mine plombée, les feuilles jaunissent avant de chuter. Traitez à l’huile de colza ou au savon noir.

 

Attention : toutes les parties du laurier-rose sont toxiques.

Quelles associations au jardin ?

Le laurier-rose fera un magnifique arbuste de massif, se plantera en solo au cœur d’un décor minéral ou ira rejoindre une haie libre.

Accompagné de plantes aux mêmes exigences culturales que lui, il vous permettra de composer des paysages colorés et décoratifs…

 

En isolé (en bac ou en pleine terre), optez pour un laurier-rose présenté sur tige ou quart de tige plutôt qu’en touffe. Cet aspect de petit arbre en boule est particulièrement décoratif sur la terrasse ou le balcon.

 

Garnissez la base de l’arbuste avec un tapis de plantes à massifs de saison : bacopa avec laurier-rose blanc, bidens avec un sujet jaune, mini-pétunia rose en harmonie avec tout un nuancier de Nerium oleander

 

En groupe, il ira rejoindre d’autres arbres à planter en plein soleil, un olivier, un palmier. Des arbustes fleuris pour une exposition plein Sud, un oranger du Mexique ou un althéa.

Il s’associera également à merveille avec nombre de fleurs adaptées aux rayons ardents.

De succulentes ficoïdes dont la floraison vive fera merveilleusement écho à une variété blanc pur.

Ce sera également le cas de la lavande et de la santoline qui composeront à ses côtés une magnifique ambiance provençale.

 

Sur un balcon, il mêlera ses senteurs discrètes à des parfums plus enivrants, celles d’agrumes et de jasmins. Et viendra apporter de la couleur à quelques arbustes tropicaux à feuillages graphiques installés comme brise-vue.

 

Quel que soit les choix de variétés et l’utilisation que vous en ferez, cette plante du soleil et de la chaleur ne vous décevra pas.

Elle fera souffler sur le jardin, le balcon, la terrasse un vent de gaieté, une promesse de soirées douces, de farniente joyeux, de revigorantes escapades !

Notre sélection pour de beaux lauriers-roses

Laurier Rose à Fleurs Simples Rouges

À partir de 6,90 €

Laurier Rose à Fleurs Jaunes

À partir de 7,50 €

Laurier Rose à Fleurs Simples Abricot

À partir de 9,95 €

10 arbres à planter dans un jardin exposé plein sud

Lire la suite

28 fleurs résistantes en plein soleil

Lire la suite