Quel paillage pour les arbres ?

Quel paillage pour les arbres ?

Le paillage est l’allié des jardiniers et des végétaux à bien des titres. Selon sa nature, il embellira le décor, protègera les plantes du froid et de la chaleur, limitera le désherbage, économisera l’arrosage et nourrira parfois le sol. En fonction du résultat attendu mais aussi de l’espèce végétale choisie, voici nos conseils pour choisir le paillage de vos arbres et l’installer.

Un point sur les différents paillages

Qu’ils soient en vrac ou “prêt-à-poser”, organiques ou minéraux, les paillages ont un rôle et un usage différents. Petit rappel…

Des paillis organiques comme la paille, les feuilles mortes, les déchets de tonte, le BRF (bois raméal fragmenté), le compost peu décomposé mais également divers paillis disponibles dans votre jardinerie : paillis de lin, de chanvre ou de miscanthusécorces de pincopeaux de boiscosses de cacao ou de sarrasin.

Des paillages minéraux comme la pouzzolane, les graviers de toutes sortes ou l’ardoise pilée.

Pour couvrir des surfaces importantes, vous pourrez également vous tourner vers des toiles, films ou nappes de paillage, qu’elles soient synthétiques ou organiques.

Envie d’en savoir plus ? Nous revenons en détail sur ces diverses solutions dans notre article Comment choisir son paillage ?

 

Pour les adeptes de solutions maison, faites votre propre BRF, du bois vert passé au broyeur, découvrez alors nos conseils pour choisir un broyeur de branches et comment utiliser un broyeur de végétaux.  Découvrez aussi nos articles sur que mettre au compost et comment réussir son compost ou encore comment utiliser les feuilles mortes au jardin.

Préparer le pied des arbres

Comme pour les autres végétaux, le paillage des arbres est à choisir et à installer avec attention pour que le résultat soit optimal. Mais avant même de faire ce choix il est nécessaire de préparer la surface.

S’il s’agit d’un paillage réalisé au moment de la plantation, la mise en place sera simple puisqu’anticipée.

Mais lorsque le paillage est posé au pied d’un arbre déjà bien installé, il faut nettoyer la surface en amont.

 

Si celle-ci est enherbée, procédez à un désherbage minutieux en prenant soin de ne pas abîmer les racines. Préférez pour cela des outils à main de surface : une binette, un sarcloir ou une serfouette par exemple. Profitez-en pour couper les éventuelles repousses partant directement des racines ou de la base du tronc. Ôtez tous les déchets verts, les cailloux, etc.

Si la surface est occupée par un vieux paillis, débarrassez-vous en et binez en surface pour aérer le sol. Le moment du paillage est venu !

 

Conseil Jardiland : choisissez un jour sans vent et hors gel pour installer votre paillage. Arrosez avant et après la pose. Assurez-vous d’une épaisseur suffisante, à ajuster en fonction du matériau choisi.

Quel paillage pour quel résultat ?

Nous l’avons vu, le paillage a plusieurs objectifs qu’il remplira plus ou moins bien selon le matériau choisi, la qualité de la pose et l’adéquation méthode/végétal/lieu.

Outre la dimension esthétique, la présence d’un paillage réparti assez largement autour du tronc voire sous toute la couronne de l’arbre, permettra un entretien plus facile en ralentissant considérablement la survenue des “mauvaises herbes” et évitera également les blessures éventuelles du tronc et des ramifications basses occasionnées parfois par les outils de tonte et de coupe.

Puis, en fonction du procédé et de la matière choisie, il aura d’autres types d’impacts, d’avantages et parfois d’inconvénients.

 

Les matériaux plastiques

 

Les matériaux plastiques comme le film polyéthylène ou la toile polypropylène tissée auront l’avantage d’être très résistants, d’une efficacité redoutable contre les herbes indésirables et de durer  dans le temps. Il s’agit donc là d’un investissement sur le long terme mais ils présentent tout de même un certain nombre d’inconvénients. Peu écologiques (par leur matière même), ils sont aussi peu esthétiques et demanderont d’être recouvert par… un paillis ornemental cette fois !

Les matières minérales

 

Les matières minérales ont elles aussi l’avantage d’être durables tout en étant bien plus esthétiques. Elles seront adaptées pour des arbres xérophiles adeptes des terrains secs ou xérophytes, peu gourmands en eau. Chêne vert, conifères divers, certains arbres fruitiers comme l’abricotier et l’emblématique olivier ou même de petits arbustes fleuris comme le sumac de Virginie ou encore les palmiers, tous se satisferont d’un arrangement de rocaille, gravier, sable ou pouzzolane à leur pied. Pour trouver d’autres végétaux dans ce cas, découvrez quels sont les arbres résistants à la sécheresse et 26 plantes qui supportent le manque d’eau.

Vous apprécierez également le fait que les matières minérales résistent aux intempéries sans être détériorées ou emportées par le vent par exemple.

 

On pourra par contre leur reprocher de n’apporter aucun nutriment au sol, de peu retenir humidité et fraîcheur.

 

Mais, les paillis minéraux conservent et restituent la chaleur à la perfection. Ceci peut représenter un avantage dans des régions froides où les plantes frileuses seront mieux protégées des fraîcheurs nocturnes et des premiers froids. Mais cela peut également représenter un inconvénient par temps de fortes chaleurs où certaines plantes n’apprécieront pas ce supplément calorifique.

 

On prendra également garde de ne pas modifier le pH du sol, son niveau d’acidité avec un apport trop grand et trop long dans le temps.

Les matières organiques

 

Outre leur caractère très écologique et économique – en particulier si l’on parle de recyclage de déchets verts et bruns du jardin – tonte, broyat, compost, etc. – et leur apport d’éléments nutritifs lors de leur décomposition, les matières organiques représentent en plus un coût plus modeste que les matières minérales même si certains paillis comme les cosses par exemple sont plus chers. Ce sont également d’excellents régulateurs thermiques puisqu’elles atténuent la chaleur du sol mais augmentent aussi sa température par temps froid. On notera tout de même un certain nombre d’inconvénients ou tout du moins d’éléments à prendre en compte.

La durabilité en tout premier lieu. Le paillage devra rester en place au moins trois ans après la plantation d’un arbre pour que celui-ci puisse s’installer correctement sans souffrir de la concurrence d’herbes à son pied.

S’ils apportent des nutriments lors de leur décomposition, les paillis organiques mobilisent également plus ou moins d’azote, et parfois trop (et peut causer ce qu’on appelle la “faim d’azote”). Prévoyez un éventuel apport azoté en complément, un peu de fumier par exemple.

Les paillis végétaux vont également conserver l’humidité, parfois trop. En cas de météo très pluvieuse, il sera nécessaire d’aérer le paillage voire de le changer s’il est détrempé.

Enfin, elles accueillent parfois une petite faune pas toujours amicale pour l’arbre, favorisent le développement des champignons et de certaines maladies.

Ces quelques inconvénients pourront être facilement contournés par la mise en place d’une couche pas trop épaisse que vous renouvellerez assez régulièrement.

Les solutions prêtes à l’emploi

 

Plus écologique que les dispositifs plastiques traditionnels – puisque fabriqué en fibres polyester issues du recyclage et également plus pratique, le Decordisk peut être une solution alternative.

Ce disque thermoformé semi-rigide s’installe au pied de l’arbre et mène deux actions. Totalement opaque, il empêche la pousse d’herbe sur toute la surface qu’il recouvre mais laisse pénétrer l’eau d’arrosage ou de pluie puisqu’il est perméable. Enfin découpé comme une grande soucoupe avec de petits rebords, il accueille le paillis de votre choix (billes d’argile, sable, gravillon, etc.) pour un joli décor stable et bien contenu.

 

Paillage naturel en jute décliné sous forme de toile ou de disque, toile de paillage en chanvre et lin sont des solutions 100% végétales, cumulant les avantages d’un paillage organique avec une facilité d’installation et une bonne durabilité de 24 mois environ.

Astuce Jardiland : vous pourrez également opter pour un habillage végétal au pied de votre arbre – des plantes couvre-sols persistantes, des feuillages graphiques, des fleuries, etc. – qui partira parfois même à l’assaut de son tronc. L’idée vous séduit ? Nous vous disons que planter à l’ombre d’un arbre, nous vous suggérons 9 plantes vivaces qui se plairont à l’ombre et vous apportons des conseils pour fleurir un tronc d’arbre.

Notre sélection de paillage pour arbres

Pouzzolane décorative 6/12 30L

Jardiland

8,15 €

Film de paillage 1,4x10 m Noir

Jardiland

9,60 €

Decordisk 50 - Paillage arbres

Jardi d'Jo

13,75 €

Toile de paillage Chanvrelin 750 0,95 x 5 m

Nortène

33,50 €

Toile de paillage Agrosol vert 1,25 x 20 m

Nortène

66,50 €

La Cordeline - 2 disques de paillage en jute Ø40 cm - 700 g/m2

La Cordeline

5,90 €

Comment prendre soin des jeunes arbres ?

Lire la suite

Comment protéger les arbres et les arbustes des fortes chaleurs ?

Lire la suite