Oranger : variétés, plantation, culture et entretien

Oranger : variétés, plantation, culture et entretien

Quelle variété d’oranger choisir ? Oranges navels, blondes à jus ou sanguines, votre Citrus sinensis vous promet de belles récoltes. Pour cela, suivez nos conseils en matière de plantation, taille et entretien !

Principales variétés d’oranger et caractéristiques

D’origine extrême-orientale, Citrus sinensis, l’Oranger, est parvenu en Europe au 15e siècle grâce aux navigateurs portugais qui ramenèrent les premiers spécimens du Sri-Lanka et de Chine.

Il conquit très vite les terres méditerranéennes et les étals européens et est aujourd’hui l’agrume le plus cultivé au monde.

 

Cultivé depuis des millénaires, l’Oranger est l’une des quinze espèces que compte environ le genre Citrus – aux côtés, entre autres, du citronnier, du mandarinier, du bigaradier et autre cédratier.

 

Citrus sinensis se répartit lui-même en trois grands groupes. Ces derniers sont en réalité définis par la nature même de l’orange.

Les oranges Navels

 

Parfumées et juteuses, dotées de peu de pépins, elles se destinent de préférence à une consommation crue et simple.

 

Ces oranges blondes à chair doivent leur nom à la petite excroissance en forme de nombril – “Navel” en anglais – qui apparaît sur sa partie inférieure.

 

Les orangers Navels, très populaires, se déclinent en cinq variétés. Tous mesureront entre 3 et 4 m à maturité. Leur floraison printanière blanche mais également leur feuillage épais vert foncé dégagent un délicieux parfum.

 

Peu rustique, ces agrumes ne résisteront pas à des températures occasionnelles en deçà de -5°C, leur culture en pleine terre est donc à réserver aux régions les plus chaudes et aux situations les plus ensoleillées. Ailleurs, ils seront cultivés en pot et hiverner.

Les oranges Navels dites oranges de table se déclinent en cinq variétés, toutes dotées d’un ombilic.

 

Citrus sinensis ‘Washington navel’, le plus courant, vigoureux et très productif, offre de décembre à mars de gros fruits sucrés et subtilement acidulés, sans pépin, qui se pèlent facilement.

 

À moins que vous ne préfériez le plus précoce Citrus sinensis ‘Navelina’ pour lequel la récolte de fruits ovales survient dès le mois d’octobre.

 

Pour les plus tardifs on retiendra le peu quantitatif mais très qualitatif ‘Navelate’, ‘New Hall Navel’ qui offre des fruits d’un rare niveau gustatif dès la fin de l’automne ou encore ‘Lanelate’ dont la fructification est nettement la plus tardive – entre janvier et avril – et dont le fruit, à la saveur particulièrement douce, conviendra aussi à la production de jus.

Les oranges blondes à jus

 

Si, grâce à leur saveur parfumée, elles peuvent se consommer en fruit à croquer, ces oranges blondes sont souvent appréciées pour leur belle propension à produire un jus généreux et très goûteux.

 

Ainsi, Citrus sinensis ‘Salustiana’ offrira en plus d’une floraison exceptionnellement parfumée, des fruits légèrement aplatis à peau fine et à pulpe très juteuse, douce et sucrée de novembre à avril sous les cieux les plus cléments, de janvier à mars partout ailleurs.

 

Mais l’oranger le plus connu de cette catégorie reste le ‘Valentia Late’. Cet oranger est l’un des plus rustiques mais également des plus productifs. Beau fruitier à croissance rapide, de 5 ou 6 m de haut à maturité, sa belle silhouette globuleuse se couvre, d’avril à juillet, d’un grand nombre de fruits sans pépins, à peau assez fine et extrêmement juteux. Ces oranges sont les plus vendues au monde.

Les oranges sanguines

 

Elles doivent leur nom à l’exceptionnelle couleur rouge de leur pulpe et bénéficient d’une Indication Géographique Protégée, une IGP sicilienne.

 

Les quatre orangers les plus connus de cette catégorie sont le Citrus sinensis ‘Tarocco’, le ‘Moro’, le ‘Sanguinello’ et la ‘Maltaise demi-sanguine’.

 

Le Citrus sinensis ‘Tarocco’ est le plus cultivé. Il est aussi celui qui propose la période de consommation la plus courte, deux ou trois mois seulement, entre décembre et février.

Cet arbuste de petite taille, assez épineux, est très vigoureux. Il offre des oranges à la pulpe très rouge, juteuse et parfumée avec un bel équilibre entre sucré et acidulé et, qui plus est, peu de pépins !

Pour une récolte au cœur de l’hiver, de décembre à février, vous choisirez le ‘Moro’. Cette arbre au beau port arrondi atteint 6 m de hauteur à maturité pour environ 4 m d’envergure. Son fruit est le plus intensément coloré avec une peau et une pulpe tirant sur le violet.

 

Plus tardif, le ‘Sanguinello’ propose une récolte de février à avril. Cet agrume non épineux très vigoureux donne un fruit dont la pulpe orange se veine de rouge sang, un fruit sucré qui donnera un jus doux et très parfumé.

 

Enfin, la ‘Maltaise demi-sanguine’ a la réputation d’être l’orange douce la meilleure du monde. Un fruit ovale, une peau épaisse d’un bel orange vif, une pulpe tendre, juteuse, exceptionnellement goûteuse.

 

Toutes ces variétés sont rustiques à -7°C sur de courtes périodes.

Quand et comment planter l’oranger ?

Ce membre de la famille des Rutacées, et l’ensemble de ses variétés, est un arbre du soleil et de la chaleur – même s’il tend à souffrir lors de canicule prolongée. On le cultive en pleine terre dans des régions chaudes ou tempérées, on le protège du froid dès que les températures avoisinent occasionnellement les -5°C, on le cultive en pot dans les régions où les hivers sont longs et les gelées sévères.

 

Sa plantation survient au milieu du printemps. Installez-le en plein soleil, à l’abri du vent et des embruns.

Il aime les sols neutres, éventuellement légèrement acides mais surtout pas calcaires. Compensez avec un apport de terre de bruyère si tel est le cas.

Offrez-lui une terre fraîche, légère, très bien drainée. Un milieu sableux est idéal. En cas de terrain un peu trop lourd, mélangez la terre à du sable grossier ou du petit gravier.

Le trou de plantation doit être 2 fois supérieure à la taille de la motte. Le fond est ameubli avec application et amendé avec du compost bien mûr. Si la terre est pauvre, faites en plus un apport de corne broyée ou de sang séché. Pensez à une couche drainante en fond de trou si le milieu est humide ou la terre lourde. La motte est placée au fond du trou, le point de greffe au-dessus de la surface. Tuteurez. Comblez et tassez. Formez une cuvette et arrosez généreusement.

 

Pour une plantation en pot ou en bac, le contenant devra être de grande taille, impérativement percé et tapissé au fond d’une couche drainante de graviers, tessons ou billes d’argile. Le substrat est constitué de terre végétale, de terreau, de sable et de compost bien mûr. Il existe également dans votre jardinerie des terreaux “spécial agrumes”.

Placez une partie du substrat par-dessus le lit drainant, positionnez la motte – que vous aurez préalablement mise à tremper. Finissez de remplir le contenant. Tassez. Arrosez généreusement. Placez le pot à l’extérieur, dans un endroit bien ensoleillé mais non venté.

Comment entretenir et tailler un oranger ?

En pleine terre comme en pot, les agrumes ont besoin d’un arrosage tout au long de l’année, régulier du printemps à l’automne, modéré en hiver.

L’oranger étant particulièrement sensible au calcaire, préférez l’eau de pluie. Si vous n’avez pas d’autres choix que d’utiliser de l’eau du robinet, remplissez seau ou arrosoir et laissez l’eau reposer longuement afin que le calcaire se dépose au fond de votre contenant.

N’hésitez pas à pailler le pied. Ceci optimisera l’effet de l’arrosage, vous évitera la corvée de désherbage et protégera les racines des premiers froids.

 

Cet arrosage régulier s’accompagnera d’une fertilisation elle aussi régulière. L’oranger, comme tous les agrumes, est un arbre gourmand. Répondez à son besoin en minéraux avec un apport d’engrais “spécial agrumes” que vous intégrerez au pied du fruitier dans un sol préalablement griffé en surface.

Conseil Jardiland : l’hiver venu, les apports en engrais s’interrompent, l’arrosage se réduit considérablement – sans laisser toutefois la motte se dessécher – et l’hivernage se prépare.

Pour un sujet en pleine terre, renforcez le paillage et prévoyez un voile d’hivernage, en plusieurs couches si nécessaire, dès que les températures deviennent négatives. Aérez dès que possible. Ôtez définitivement le voile dès que les températures radoucissent et se maintiennent. N’arrosez pas en période de gel.

Pour un sujet en pot, au-dessus de -5°C, une simple protection de type voile ou housse d’hivernage suffira pour peu qu’il englobe également le contenant. L’oranger pourra alors rester à l’extérieur. En cas de températures en-deçà de -5°C, un remisage sera obligatoire. Placez votre oranger dans une pièce lumineuse, hors gel, dont la température se situe aux alentours des 10°C, pas plus.

 

Conseil Jardiland : une plante remisée en hiver demandera un temps d’acclimatation le printemps venu. Procédez par étape en replaçant celle-ci à l’extérieur par intermittence, un peu chaque jour, pendant une quinzaine de jours avant de la réinstaller définitivement à sa place initiale.

Les agrumes nécessitent une taille annuelle. Elle survient à la fin de l’hiver ou au début du printemps, avant la production de nouvelles branches mais impérativement en dehors des périodes de gel.

 

Dans les premières années, la taille sera de formation, elle permettra de façonner la silhouette de votre oranger, généralement en boule. Choisissez les trois ou quatre branches charpentières et coupez-les à 30 cm au-dessus du dernier œil pour provoquer la ramification. Rabattez la tige centrale afin de maintenir votre oranger à une hauteur raisonnable.

Les années suivantes, vous maintiendrez la silhouette en supprimant toutes les branches qui redémarreront à partir du tronc – l’idée étant de ne toujours conserver comme charpente que les 3 ou 4 branches initialement sélectionnées. Rabattez les branches secondaires (celles qui poussent sur les charpentières) afin qu’elles ramifient à leur tour, des nouvelles pousses qui seront elles aussi raccourcies l’année suivante… Et ainsi de suite ! Renouvelez cet exercice chaque année pour maintenir une silhouette harmonieuse

La taille de fructification s’effectue sur un arbre déjà bien formé. Elle consiste en la suppression des branches mortes et abîmées et le dégagement du centre de l’arbre – permet une meilleure circulation de l’air et de la lumière. Elle va dynamiser le sujet et donc sa fructification. Cette taille d’entretien permet également de chasser l’humidité et par là-même de réduire la survenue de nombre de maladies.

L’oranger est d’ailleurs l’un des agrumes les plus sensibles aux parasites et maladies. Surveillez votre arbre, offrez-lui un environnement sain, un arrosage et une fertilisation réguliers mais raisonnés. Taillez avec précision en utilisant des outils adéquats, bien acérés et désinfectés.

 

En cas d’apparition de mildiou, taillez les parties trop atteintes jusqu’au bois sain. Traitez à la bouillie bordelaise feuillage, tronc et terre au pied en suivant les instructions fournies par le fabricant.

 

Parmi les attaques à surveiller également, la fumagine, une maladie cryptogamique qui survient suite à une infestation de pucerons ou de cochenilles lors de fortes chaleurs le plus souvent. Les feuilles sont doublement asphyxiées par la présence des sécrétions collantes déposées par les insectes et d’une croûte noire provoquée par le champignon. Une fois la maladie installée, vous n’aurez d’autres choix que de supprimer les parties abîmées et de vous en débarrasser.

Concernant la présence des pucerons et cochenilles, elle est souvent dû à un excès d’humidité. Maîtrisez l’arrosage, ne mouillez pas le feuillage et réagissez à la première apparition des ravageurs. Supprimez-les à la main, pulvérisez votre arbre avec de l’huile végétale ou du savon noir qui empêcheront les insectes d’adhérer au feuillage. Pensez également à la lutte écologique.

 

Favorisez la présence de coccinelles qui seront d’excellents auxiliaires ou encore plantez à proximité de vos agrumes des plantes répulsives comme certaines aromatiques – aneth, thym, basilic ou ciboulette entre autres –, la lavande ou encore le souci et l’œillet d’Inde.

 

Au printemps, surveillez la moniliose reconnaissable au pourrissement des fruits. Votre arbre manque d’air, pensez à l’éclaircir et supprimez au fur et à mesure tous les fruits malades.

Bienfaits et utilisation de l’oranger

En cultivant un oranger, outre l’esthétisme de ce bel arbre, vous profiterez bien sûr de tous les avantages gustatifs et culinaires que présentent son fruit.

L’orange, sa haute teneur en vitamine C, sa richesse en magnésium et en fibres… Son énergie, sa saveur et son faible apport calorique – pas plus de 45 kcal au 100 g !

 

L’orange est à consommer crue, entière si vous souhaitez profiter de l’ensemble de ses bienfaits. Vous pourrez également en faire de délicieux jus, une confiture douce ou épicée en l’agrémentant de cannelle ou de badiane. Crue toujours, elle rejoindra vos salades de fruits ou vos salades composées salées, nappera un fromage blanc, de chocolat fondue. Cuite, elle fera de merveilleux coulis et nappera une panna cotta. Rôtie, elle accompagnera le poisson, les crustacés et bien sûr le canard. Son zeste fera de merveilleux confits. Séché, il pourra venir agrémenter vos crèmes et pâtisseries.

Mais il n’y a pas que le fruit qui est intéressant dans l’oranger. Ses boutons floraux, ses feuilles, son écorce et le zeste de ses fruits se dégustent séchés, en tisane et décoction.

 

En aromathérapie, l’orange douce se révèle antibactérienne, anti-inflammatoire et digestive. En diffusion, elle aura des vertus relaxante, déstressante et désinfectante. Enfin, elle s’utilise en massage pour ses qualités raffermissante et anti-cellulitique.

 

Enfin, comme d’autres huiles essentielles d’agrumes, l’huile essentielle d’orange douce s’avère être acaricide, insecticide et fongicide, une alliée à la maison et au jardin donc !

 

Conseil Jardiland : bien évidemment, les huiles essentielles s’utilisent selon une posologie précise et peuvent ne pas convenir à tous. Prenez conseil et recommandations auprès d’un professionnel.

Notre sélection

Oranger d'appartement

À partir de 28,95 €

Oranger

À partir de 22,95 €

Oranger 'Valencia'

À partir de 75,95 €

Oranger d'appartement 'Variegata'

À partir de 29,90 €

Oranger d'appartement

À partir de 19,38 €

Hivernage et entretien des agrumes en hiver

Lire la suite

Les différents types d'agrumes

Lire la suite