Lierre grimpant : variétés, plantation, culture et entretien

Lierre grimpant : variétés, plantation, culture et entretien

Quelle espèce et quelle variété de Lierre choisir ?  C’est qu’Hedera a bien des cultivars à proposer, des lianes élégantes aux feuillages divers, motifs, tailles et teintes variées !  Comment planter, entretenir, tailler ces divers représentants du genre ? Comment profiter au mieux de ses bienfaits et se garder de ses éventuels méfaits ?

Principales variétés de lierre grimpant et caractéristiques

Originaire d’Europe et d’Asie, Hedera, le Lierre, habille les paysages de l’hémisphère Nord depuis plusieurs siècles. Ses grandes lianes couvertes de feuilles plus ou moins découpées, plus ou moins grandes, de toutes sortes de vert ou encore panachées, grimpent et rampent, s’attachent au support qu’elles colonisent grâce à de petites racines crampons.

Le Lierre est un extraordinaire créateur d’ambiance, couvreur de misère, metteur en scène d’espaces. Il pare un mur disgracieux, habille un sol difficile, sert d’écrin aux floraisons qui le parsèment et, quand vient l’automne, se couvre à son tour d’ombelles fleuries bien mellifères, puis de baies allant du vert au bleu nuit. Tout au long de l’hiver, les oiseaux se régalent de ses gourmandises bienvenues et la petite faune trouve refuge dans son feuillage persistant.

Membre de la famille des Araliacées, le Lierre est prolifique, il en existe des dizaines d’espèces et des centaines de variétés.

Hedera helix, le Lierre commun, est certainement l’espèce la plus connue et répandue en France. Elle se cultive en extérieur comme en intérieur.

 

Commençons par le moins commun des lierres communs, Hedera helix ‘Erecta’, une variété qui ne grimpe pas ! Ce spécimen arbustif se dresse avec vigueur et élégance pour former une touffe de 1 m x 1m à maturité. Rustique au-delà de -15°C, de croissance assez rapide, ce lierre ornera avec originalité un massif ou trouvera sa place en large bac avec sa silhouette altière et sa multitude de petites feuilles triangulaires, très nervurées, presque marbrées, présentant un beau nuancier de vert au fil des saisons.

 

Feuilles trilobées impeccablement découpées, petites, vert brillant. Hedera helix ‘Shamrock’

est un splendide spécimen de lierre commun. D’assez petite taille – il n’excèdera pas 2 m de haut pour 1.50 m d’envergure –, très rustique – il supportera des températures allant jusqu’à -20°C –, il formera un bel ensemble lumineux et dense.

Pour un feuillage plus exubérant, de grandes feuilles très nervurées, vert vif et luisant, choisissez Hedera helix ‘Green Ripple’. Moyennement rustique (-15°C), il couvrira rapidement une surface de 3 m, voire 5 m, en tous sens.

À moins que vous ne préfériez l’originalité d’un Hedera helix ‘Ivalace’. Un petit développement – 1.50 m en tous sens – mais une forte personnalité avec des feuilles d’un vert vif très lustré et surtout à bords ondulés qui donnent à l’ensemble un aspect gaufré unique. De croissance assez lente mais de bonne rusticité (au-delà de -15°c), il offrira sa malice en couvre-sol, palissé ou en pot.

Hedera helix ‘Sagittifolia’ – aussi appelé lierre à feuilles sagittées – est lui aussi très original justement en raison de ses feuilles en fer de lance extrêmement découpées, composées de cinq lobes très allongés. De taille moyenne, elles sont d’un beau vert tendre, plus clair que d’ordinaire ou encore panaché pour la variété ‘Sagittifolia Variegata’. Toutes deux sont assez rustiques (-20°C) et de taille moyenne avec 4 m à 5 m de long pour une envergure d’environ 3 m.

Si ce sont les motifs panachés que vous aimez, vous n’aurez que l’embarras du choix.

 

Hedera helix ‘Oro Di Bogliasco’ – aussi connu sous le nom de ‘Goldheart’ – possède un feuillage trilobé, des feuilles de taille moyenne, vert foncé sur le pourtour et tachée de jaune vif au centre. Un pied pourra couvrir un espace de 8 m x 4 m. La floraison, vert crème, survient en septembre et octobre et est suivi d’une fructification avec de minuscules baies noires. Il est rustique à -25°C.

Hedera helix ‘Goldchild’ vous séduira forcément avec son feuillage trilobé et triangulaire, gris-vert margé de jaune plus ou moins soutenu selon la saison. Facilement maîtrisable grâce à une taille modeste – 1.50 m x 1.50 m à maturité –, très lumineux, moyennement rustique (-15°C), ce lierre sera fantastiquement décoratif en sous-bois, contre un muret ou cultivé en pot.

Petit feuillage panaché également pour Hedera helix ‘Glacier’, mais cette fois gris-vert bordé d’argent. De croissance moyenne et de bonne rusticité (-20°C),  cette variété un peu plus vigoureuse couvrira sols et supports, atteignant 3 m x 2 m à l’âge adulte.

Parmi les panachages les plus élégants, Hedera helix ‘Marginata Elegantissima’ la bien nommée. Une variété particulièrement ravissante avec ses motifs irréguliers, cette belle teinte gris-vert aléatoirement bordée de blanc plus ou moins crème, et ce petit liseré rosé qui vient parfois souligner l’ensemble aux heures les plus froides. Ce lierre tricolore est de croissance et de rusticité moyennes (-15°C). Il couvrira à maturité une surface de 2.50 m x 1.50 m.

 

On terminera cette sélection de feuillage panaché par un petit bijou, Hedera helix ‘Kolibri’ une variété naine, dotée de petites feuilles à cinq lobes mouchetés, qui n’excèdera pas les 60 cm de développement en tous sens. Particulièrement adaptée aux petits massifs et aux compositions en jardinières et potées extérieures comme intérieures.

Si vous êtes à la recherche de variétés exceptionnellement vigoureuses, capables de couvrir de vastes espaces, de grands murs disgracieux assez rapidement, vous aurez là aussi plusieurs espèces et cultivars à votre disposition.

 

Le Lierre de Colchide, Hedera colchica – aussi appelé Lierre de Perse ou du Caucase en raison de son origine géographique – est encore plus impressionnant. Si celui-ci pousse un peu moins vite que les lierres communs, ses dimensions sont bien plus importantes puisque ces lianes à grandes feuilles en forme de cœur, vert brillant, pourront couvrir 12 m, et bien au-delà parfois, en tous sens. À réserver à des situations ombragées ou à mi-ombre et des atmosphères plutôt humides. Vous pourrez également opter pour l’un des deux cultivars panachés, moins vigoureux avec une hauteur maximale de 6 m pour une envergure de 4 m mais de croissance rapide et d’une grande qualité ornementale. Optez pour un duo gris-vert et jaune crème avec Hedera colchica ‘Dentata Variegata’ ou un fort contraste de vert soutenu et jaune très pâle avec Hedera colchica ‘Sulphur Heart’.

Mais l’une des plus répandues reste Hedera hibernica. Le Lierre d’Irlande, de croissance normale, atteindra 10 m de haut pour 8 m d’envergure. Il pousse partout, dans tous les sols et toutes les expositions. Son feuillage est large, dense, d’un vert à la fois foncé et bien brillant.

 

Nous terminerons avec la moins rustique des espèces, Hedera canariensis (ou algeriensis). Originaire d’Afrique du Nord, ce Lierre des Canaries est à réserver à des climats plus chauds et secs. De croissance lente et de dimensions moyennes – 6 m en tous sens à maturité – il se fait remarquer par ses grandes feuilles bombées mais également et surtout par ses rameaux et pétioles pourpres à rouges. Vous pourrez là aussi vous laisser tenter par une version bicolore avec Hedera algeriensis ‘Gloire de Marengo’, également appelé Lierre d’Alger panaché, avec un feuillage toujours très ample, vert sombre tirant sur le gris et bordé largement de blanc-crème.

Quand et comment planter le lierre ?

Quelle que soit l’espèce ou la variété choisie, le Lierre se plante de préférence à l’automne pour lui laisser le temps de s’installer avant les chaleurs estivales. Une plantation en fin d’hiver est également envisageable.

 

Il se plaira toujours plus à la mi-ombre voire à l’ombre même si certaines variétés s’accommoderont d’une exposition ensoleillée. Quant aux cultivars panachés, ils s’épanouiront plus élégamment en situation bien lumineuse.

 

Le Lierre se satisfera de tous les sols, même les plus pauvres. Plus ou moins rustique selon la variété, il résistera globalement bien à la sécheresse.

Que vous prévoyez une plantation

en pleine terre ou en pot,

la motte devra être préalablement bien hydratée.

 

Pour une installation au jardin, préparez un trou 3 fois supérieur au volume de la motte.

Placez celle-ci au centre après avoir pris soin de démêler les racines.

Rebouchez avec la terre du jardin mélangée à un peu de terreau.

Le collet doit affleurer la surface mais ne pas être enterré.

Tassez. Arrosez bien généreusement.

 

En pot, prévoyez une couche drainante de billes d’argile au fond et un substrat composé de terre et de terreau. Tassez fortement et arrosez copieusement.

Comment entretenir et tailler un lierre ?

En pleine terre, le Lierre ne requiert aucun entretien si ce n’est peut-être un apport en arrosage la première année en cas de sécheresse forte et prolongée.

En pot, si sa croissance est lente, dynamisez votre liane en lui offrant du début du printemps au milieu de l’automne, un apport en engrais. Laissez sécher le substrat entre chaque arrosage.

 

Quelques bons réflexes et un peu d’entretien vous permettront de profiter des grandes qualités ornementales de votre végétal sans risque.

Ainsi la taille, si elle n’est pas obligatoire, s’avèrera parfois nécessaire pour des raisons esthétiques et en cas d’envahissement. Elle pourra survenir alors une à deux fois par an, au tout début du printemps et à la fin de l’été. Supprimez toutes les parties abîmées. Raccourcissez les rameaux, enlevez de l’épaisseur et de la densité pour aérer le sujet. Bien sûr, coupez tous les parties indésirables.

Au-delà du recours à la taille, vous pouvez également orienter le cheminement de votre lierre, le contraindre, en installant un treillage de bois ou de métal.

 

Très en osmose avec la Terre et son environnement immédiat, cette espèce sauvage est globalement résistante aux maladies et aux ravageurs.

 

Si araignées et cochenilles tentent une invasion, aérez votre sujet et débarrassez-vous des parties infestées. Invitez coccinelles et chrysopes. En dernier recours, pulvérisez du savon noir.

 

Quant au dessèchement du feuillage, ne cherchez pas à l’attribuer forcément à une maladie. Il est le plus souvent le résultat d’une exposition trop importante au soleil ardent.

 

Conseil Jardiland : trop d’intervention est souvent néfaste au lierre. Les feuilles noircissent, vous arrosez trop ; les feuilles panachées ne sont plus si panachées que ça, vous fertilisez trop !

Méfaits et bienfaits du lierre grimpant

Parfois envahissant mais considéré souvent à tort comme destructeur, le Lierre ne mérite pourtant pas cette mauvaise réputation.

Ne le laissez pas envahir un jeune arbre car il prendrait le dessus. Par contre, il sera un bon compagnon pour des arbres adultes qu’il protègera du froid, d’une humidité excessive ou au contraire d’un soleil trop brûlant ou d’une faune trop entreprenante.

Laissez-le investir sans crainte une surface en bon état qu’il habillera sans blesser, une façade qu’il isolera du froid, de la chaleur et de l’humidité ! Prenez garde par contre aux surfaces fragiles comme un vieux crépi ou une maçonnerie fissurée. Et ne le laissez pas non plus grimper sous les toits au risque de le voir déloger les tuiles.

Enfin, songez au gîte qu’il offre à toute une faune, petits mammifères, insectes, etc., et au couvert qu’il propose avec sa floraison mellifère et ses baies, gourmandises pour oiseaux et petits rongeurs.

Nous l’avons vu le Lierre est protecteur de son habitat et bienveillant avec la faune. Mais le Lierre grimpant – à ne pas confondre avec le Lierre terrestre Glechoma hederacea – nous veut aussi du bien. Depuis l’Antiquité, il est utilisé pour ses propriétés anti-inflammatoires, antispasmodiques, diurétiques et expectorantes. Plus ou moins infusées ou trempées, ses feuilles se consomment en tisane et s’appliquent en macérât.

On les utilise pour calmer les brûlures minimes, les coups de soleil naissants et autres petites lésions cutanées. En cataplasme, elles soulagent de douloureuses varices ou viennent à bout de callosités disgracieuses.

 

Prenez garde, par contre, à ne pas ingurgiter ses fruits, toxiques pour l’humain et certains animaux domestiques. Et informez-vous de toute façon auprès d’un professionnel pour l’utilisation de ses feuilles qui restent allergisantes.

Notre sélection

Lierre De Colchide

À partir de 12,47 €

Lierre Commun 'Glacier'

À partir de 5,37 €

Lierre Commun 'Goldchild'

À partir de 16,34 €

Lierre Commun 'Goldheart'

À partir de 4,77 €

Lierre Commun 'Ivalace'

À partir de 10,97 €

Lierre Commun 'Shamrock'

À partir de 10,95 €

Lierre Commun 'Erecta'

À partir de 16,95 €

Lierre Commun 'Green Ripple'

À partir de 6,95 €

Lierre Commun 'Kolibri'

À partir de 9,50 €

Lierre Commun 'Marginata Elegantissima'

À partir de 12,50 €

Lierre d'Irlande

À partir de 8,17 €

Lierre Commun 'Sagittifolia Variegata'

À partir de 10,54 €

Lierre Commun 'Oro Di Bodigliasco'

À partir de 11,84 €

Tout savoir sur les plantes grimpantes

Lire la suite

Quelles plantes grimpantes pour une pergola ?

Lire la suite

Vigne vierge : plantation, culture et entretien

Lire la suite