Azalée du japon : plantation, culture et entretien

Azalée du japon : plantation, culture et entretien

Difficile de résister à une azalée du Japon en fleurs ! Son feuillage disparaît pendant des semaines sous ses bouquets de fleurs tubulaires aux coloris variés, tendres ou vifs selon la variété. Le reste de l’année, elle offre une présence élégante et soignée moyennant un léger entretien. À adopter en pleine terre mais aussi en pot où elle fait merveille pour décorer la terrasse ou le balcon…

Présentation de l'azalée du Japon et de ses principales variétés

Classées par les botanistes dans le genre Rhododendron, les azalées représentent une grande famille de quelques 50 espèces et plusieurs milliers de variétés. Elles se scindent en deux grands groupes de plantes d’extérieur, les azalées de Chine (Azalea mollis), une plante de terre de bruyère parfumée dont le feuillage caduc offre un spectacle flamboyant avant de disparaître pour l’hiver et les azalées du Japon (Azalea japonica) qui forment de petits buissons compacts, décoratifs toute l’année.

 

Les azalées du Japon, et plus généralement les azalées persistantes, sont le résultat de nombreux croisements réalisés en Asie, mais aussi en Europe et aux États-Unis. Les espèces botaniques dont elles sont issues expliquent la grande diversité de floraison, de vigueur et de rusticité. Les fleurs sont simples ou doubles. Elles déclinent une large palette de coloris allant du blanc pur au pourpre foncé en passant par toute une gamme de roses, d’orange et de rouges, le jaune étant réservé aux azalées de Chine.

Les hybrides sont classés dans différents groupes.

 

Parmi les principaux, les hybrides Kurume d’origine japonaise offrent un port plus compact, plus bas que la moyenne.

Leurs feuilles sont menues et leurs petites fleurs souvent doubles sont très abondantes. Elles s’épanouissent au début du printemps dans des coloris variés et tous somptueux, des teintes pastel à l’instar de ‘Coral Bells’ et ‘Ho Hoden’ aux couleurs soutenues de cultivars comme ‘Kirin’ ou ‘Mother’s Day’. Leurs pétales peuvent être parfois frisés comme avec l’azalée du Japon ‘White Prince’, leur robe parfois mouchetée, rayée, en dégradé pour plus d’originalité encore.

Azalée du Japon 'Ho Oden'

À partir de 6,93 €

La silhouette des hybrides Kaempferi est plus imposante et pourra, selon les variétés, dépasser 2 m de haut. Elles présentent des fleurs plus grandes et plus tardives, fanant assez vite au soleil mais réputées pour leur rusticité.

 

On adore ses cultivars aux teintes profondes comme ‘Johanna’ ou plus rares comme l’orangé ‘Orange Beauty’ mais également ses floraisons bicolores comme la délicate ‘Peggy Ann’. La croissance des arbustes de ce groupe est bien plus rapide que celle des azalées Kurume.

Azalée du Japon 'Johanna'

À partir de 6,95 €

Nous l’avons vu les azalées du Japon ne sont pas à confondre avec leurs sœurs de Chine. On ne confondra pas non plus ces azalées d’extérieur avec leurs cousines d’intérieur, les hybrides Indica, de petites tailles, qui fleurissent en hiver et au début du printemps.

 

Azalea indica peut supporter -5 °C sur une très courte période mais craint globalement le gel. Sa faible rusticité la destine donc à la culture à l’intérieur ou en pleine terre seulement en climat très doux où le gel est rare voire inexistant.

 

Généralement vendues en serre chaude ou chez le fleuriste – d’où leur surnom d’azalées des fleuristes – elles apprécient de passer l’été au jardin ou sur le balcon, à l’abri des courants d’air. Pensez à les rentrer dans la maison dès que les températures nocturnes passent sous 10°C sans toutefois les placer dans une atmosphère trop chauffée. Son ambiance idéale ? Un endroit lumineux à 10-15°C.

Quand, où et comment la planter ?

Une culture réussie prend en compte les origines de la plante et ses terres de naissance. Ce sont dans des contrées montagneuses, des sous-bois pluvieux de moyenne altitude que l’azalée du Japon trouve ses racines. Au printemps ou en début d’automne, installez-la au jardin dans des conditions similaires.

Elle se plaira ainsi dans une exposition mi-ombragée. Le soleil non brûlant est possible si la terre reste fraîche. Offrez-lui un sol acide (pH compris entre 4,5 et 6), riche en humus qui reste frais en permanence, mais non humide surtout en hiver.

 

Si vous cultivez votre azalée du Japon en pleine terre, creusez un trou plus large que profond d’au moins trois fois le diamètre de la motte. Mélangez la terre du jardin avec de la terre dite de bruyère, du terreau de feuilles et une poignée de compost mûr ou autre fumure organique bien décomposée.

Trempez la motte de l’azalée une dizaine de minutes dans un seau d’eau avant la plantation. Défaites à la main le chignon de racines s’il est très serré. Après la plantation, arrosez copieusement et paillez avec une épaisse couche de feuilles mortes ou un paillis d’écorces de pin. Le paillis conserve un sol frais plus longtemps et limite la pousse des mauvaises herbes. Ne travaillez pas le sol autour de l’azalée, vous pourriez blesser ses racines superficielles.

Pour une culture en pot, utilisez également un substrat de terre de bruyère. Choisissez un contenant de 30 cm minimum, impérativement percé car ses racines détestent les excès d’eau. Tapissez le fond du contenant avec une couche drainante de billes d’argile. Paillez pour garder la fraîcheur au pied.

 

Rempotez tous les 3 ans au début du printemps et surfacez les années sans rempotage en changeant le substrat sur quelques centimètres.

Comment entretenir l’azalée japonaise ?

Installée dans de bonnes conditions pour elle, l’azalée du Japon ne demandera que peu d’interventions par la suite…

Paillage et arrosage

 

Le besoin de fraîcheur de votre azalée sera servi par un bon paillage de sous-bois, idéalement de l’écorce de pin mais également des fougères ou des feuilles mortes.

 

Mais l’arrosage aura également un rôle primordial.

 

En période sèche, arrosez généreusement dès que la surface est sèche. Si l’atmosphère manque d’humidité, douchez le feuillage en pluie fine. Dans ce dernier cas, procédez le soir. Maintenez un petit arrosage l’hiver s’il pleut peu. Votre arbuste persistant aura besoin de cet apport pour maintenir un bel aspect à son feuillage et préparer la floraison printanière.

 

Utilisez de préférence de l’eau de pluie. Si vous n’avez pas d’autre choix que d’utiliser l’eau du robinet, laissez celle-ci reposer une journée afin que le calcaire se dépose au fond de l’arrosoir.

Fertilisation

 

La décomposition du paillage organique mentionné plus haut aura un rôle à jouer dans l’amendement du sol mais pourra ne pas suffire en cas de terrain pauvre. Dans ce cas, apportez au printemps et en automne au paillage renouvelé du compost bien mûr, du fumier bien décomposé.

 

Stimulez la floraison en apportant un engrais spécial plantes de terre de bruyère au début du printemps.

 

Si elle est en pot, complétez par un apport mensuel d’engrais liquide pour azalées.

Taille

 

L’azalée du Japon n’a pas besoin d’être taillée pour bien fleurir.

 

Elle se prête cependant bien à des tailles sculpturales, en boule, conduite en arbre ou en gros coussin.

 

Si vous le souhaitez, donc, vous pouvez maintenir ou rectifier la silhouette juste après la floraison à l’aide d’un sécateur pour enlever les pousses désordonnées.

 

Ne taillez pas plus tard en saison, car l’azalée fleurit sur les pousses de l’année précédente. Une taille de votre azalée au mauvais moment peut compromettre la floraison suivante !

 

Enfin, supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure.

Carences, maladies et autres parasites

 

L’azalée du Japon en pot est plus sensible aux attaques de parasites comme les pucerons ou les araignées rouges. Ces dernières sont favorisées par une atmosphère chaude et sèche. Douchez votre azalée et maintenez une bonne hygrométrie. Pour contrecarrer la présence des pucerons, pulvérisez votre arbuste avec une solution à base de savon noir.

Si votre azalée du Japon présente des feuilles jaunies dont les nervures restent vertes, elle souffre de chlorose. Le sol et l’eau d’arrosage sont trop calcaires. Arrosez l’arbuste au début du printemps ou de l’automne avec du sulfate de fer liquide.

 

Si les feuilles et les bourgeons brunissent, améliorez le drainage. Ceci aura également pour effet de tenir à l’écart les maladies cryptogamiques, entre autres le Phytophtora cinnamomi, redoutable champignon qui attaque les racines de l’azalée jusqu’à provoquer son dépérissement total.

 

Si vous constatez une forte chute des feuilles en automne, pas de panique ! On dit de l’azalée du Japon qu’elle est persistante, mais en fait, une partie de ses feuilles tombent en automne après avoir pris des teintes vives.

Multiplication

 

Marcottage et bouturage sont les deux manières de multiplier votre azalée du Japon.

Pour le marcottage, procédez au printemps en choisissant une branche basse et longue. Tout en la laissant attachée au pied mère, supprimez-en toutes les feuilles à l’exception de celles situées à l’extrémité. Enterrez la partie nue sur une trentaine de centimètres dans de la terre de bruyère et fixez l’extrémité feuillue à un tuteur. Lorsque de nouvelles racines apparaîtront, généralement au bout de deux ans, séparez le nouveau plant de la plante mère et replantez.

Le bouturage à l’étouffée est réalisé, lui, en fin d’été.

 

Choisissez des rameaux de l’année, n’ayant pas fleuri et prélevez-en un tronçon de 10 cm en coupant sous un œil c’est-à-dire sous un bourgeon naissant.

Dénudez la bouture pour ne garder que les feuilles situées à l’extrémité.

Plantez vos boutures jusqu’aux feuilles dans des godets individuels remplis d’un terreau spécial semis et bouturage.

Arrosez et placez le tout dans un sac plastique ou sous châssis à 20-25°C.

Maintenez une bonne humidité et une aération régulière.

 

L’enracinement survient au bout de 3 mois maximum. À ce stade, maintenez vos boutures hors gel durant l’hiver et transplantez au printemps.

Comment l'associer au jardin ?

L’azalée du Japon intégrera le jardin en solo ou en groupe, dupliquée à profusion ou en compagnie d’autres plantes de terre de bruyère pour des mises en scène de toute beauté…

En mélangeant les variétés, vous assurez un spectacle fleuri époustouflant de densité et de couleur.

Traitées en massif, en haie ou en potées, les azalées du Japon déclinées à l’infini offrent un résultat enivrant.

 

Pour une ambiance très japonisante, taillez votre azalée en coussin tiré au cordeau.

Contrebalancez l’aspect très coloré avec des buis ou mieux encore des ifs crénelés eux aussi traités en topiaire. Complétez avec un érable du Japon qui apportera de la légèreté au paysage ou un magnolia que vous choisirez en accord colorimétrique.

 

Quel que soit le choix de mise en scène que vous ferez, l’azalée du Japon ne vous décevra pas. Sa présence est forte, sa floraison toujours magique. En pot sur une terrasse, en pleine terre au cœur du jardin, elle sera toujours un peu au centre de l’attention !

Notre sélection pour de belles azalées du Japon

Azalée du Japon 'Fête des Mères'

À partir de 8,42 €

Azalée du Japon 'Kirin'

À partir de 6,95 €

Azalée du Japon 'Salmon's'

À partir de 9,50 €

Azalée du Japon - Pot de 3 L

14,95 €

15 arbustes en fleurs au printemps

Lire la suite

10 arbustes à feuillage persistant pour un jardin coloré toute l'année

Lire la suite