Comment démarrer un potager ?

Comment démarrer un potager ?

Qu’y a-t-il de plus réjouissant que de démarrer un potager ? Que la perspective de semer, planter, voir pousser et déguster sa propre production ? Bien sûr il vous faudra du temps, quelques efforts et un peu d’imagination… mais quelle aventure ! Nous faisons un bout de chemin avec vous en vous livrant des pistes à suivre, quelques bons gestes et des conseils de lecture…

Déterminer vos besoins et vos possibilités

Qu’est-ce qui aujourd’hui vous pousse à installer un potager ? Une envie de nature ? Un besoin d’activité ? Un plaisir gourmand ? La volonté de tester une nouvelle occupation ou celle de produire pour le foyer ? Les réponses à ces questions vous donneront des pistes pour la création de votre premier potager et ses évolutions futures.

 

Le projet doit également tenir compte du temps que vous pourrez consacrer à la mise en place mais également à l’entretien de votre potager ; du budget que vous pourrez consacrer à l’achat de matériel et d’outils, de graines et de plants, de terreau et d’amendement ; les contraintes de terrain, de climat et d’accès à l’eau seront bien sûr à prendre en compte.

Pour débuter facilement, commencez par de petites surfaces, facilement accessibles, quelques légumes simples à cultiver, et savourer chaque instant de cette nouvelle aventure…

Décider de l’emplacement

La situation rêvée pour un potager ?

 

Du soleil toujours, mais quelques parcelles mi-ombragées aussi pour les légumes qui aiment le frais et ceux qui redoutent les rayons ardents. Pas d’espaces trop ventés – mais bien aérés tout de même – ni de zones facilement détrempées. Et une surface plane si possible !

 

Facilitez-vous la vie en choisissant si possible un emplacement proche de votre maison, avec quelques aménagements à proximité comme une petite cabane ou, plus élaboré, un véritable abri de jardin et un accès aisé à l’eau du robinet ou du récupérateur d’eau de pluie.

 

Pour une première installation, il vaut mieux ne pas dépasser les 50 m2, une vingtaine de mètres carrés pourront même suffire à vous lancer ! Anticipez cependant en prévoyant les évolutions futures et choisissez un positionnement qui permettra l’agrandissement potentiel de votre potager.

Connaître les sols

Certes, chaque famille de légumes a des exigences particulières, mais ils préfèrent les sols riches, profonds et meubles qui permettront un bon développement racinaire, une bonne absorption des nutriments et donc un développement optimisé. Ils aimeront en général aussi des terres neutres et équilibrées, ni trop calcaire, ni trop acide.

La nature même de votre terroir vous permettra de faire des choix de préparation et d’amendement des sols. Elle vous indiquera aussi quel type de culture est possible.

Le pH du sol

 

Pour déterminer le degré d’acidité de votre sol, son pH, appuyez-vous sur les tests disponibles en jardinerie. Vous verrez ainsi s’il est acide (son pH sera inférieur à 7), neutre avec un pH égal à 7 ou encore basique (calcaire avec un pH supérieur à 7).

Si l’excès d’acidité ou de calcaire est modéré, il sera toujours possible de corriger cela. Un sol trop acide ? Un apport de chaux en automne pourra contribué à résoudre le problème ; il sera modéré car la chaux appauvrit les sols. Un sol trop calcaire ? Amendez avec du fumier ou du compost bien mûr ; une méthode imparable à moyen terme !

 

La structure du sol

 

Quant à la texture, il existe des exercices d’observation et de mesure qui vous permettront de déterminer si la terre est argileuse, limoneuse ou sableuse.

 

Envie d’en savoir plus ? Découvrez notre article sur comment avoir un sol équilibré et bien composé.

L’une des méthodes consiste à se munir d’un grand bocal en verre à fermeture hermétique (si possible haut et étroit). Prélevez de la terre du jardin à 10 cm de profondeur. Remplissez le bocal à moitié de cette terre et à moitié d’eau, en laissant un peu d’air dans le contenant. Fermez rigoureusement et remuez fortement durant 3 mn. Laissez reposez 30 mn puis secouez de nouveau énergiquement durant 3 mn. Laissez reposer jusqu’à ce que la terre se soit déposée au fond – 24 h au moins, jusqu’à temps que l’eau se clarifie.

 

Au terme de cette attente, observez le contenant, vous pourrez repérer trois couches. Au fond, le sable, la matière la plus grossière ; au milieu, les limons recouverts d’une couche à la texture plus fine encore, l’argile. Flotteront en plus en surface de petites particules, les matières organiques.

 

Mesurez le plus précisément possible chaque couche, vous obtiendrez ainsi le pourcentage de chacun dans la composition finale de votre terre et donc la nature prédominante de celle-ci.

Vous pouvez opter également pour la technique du boudin de terre, qui vous donnera rapidement une première idée de votre type de sol.

Prélevez un peu de terre toujours à une dizaine de centimètres de profondeur. Si la terre est sèche, humidifiez-là jusqu’à obtenir une pâte. Commencez par écrasez l’ensemble sous vos doigts.

Si vous sentez des grains, cela signifie que votre terre est sableuse. Essayez de former une boule. Si vous n’y parvenez pas, votre terre est très sableuse. Si vous y parvenez et que la boule ne colle pas à vos doigts, la terre est limoneuse. Enfin, si vous y parvenez et que la boule adhère à vos mains, elle est argileuse.

Pour aller un peu plus loin dans la connaissance de votre sol, à partir de la boule de terre, formez un boudin. Plus vous parviendrez à former un boudin fin et régulier plus cela signifiera que votre terre est fortement argileuse. Si le boudin est grossier et casse assez rapidement, votre terre est plutôt riche en limon lourd.

Cette connaissance du terrain vous permettra de choisir les légumes les plus appropriés au type de terre, de savoir la travailler ou de réaliser des amendements pour en modifier la structure.

 

Ainsi, vous saurez qu’une terre argileuse retient bien l’eau et qu’elle est particulièrement fertile. Par contre, lourde et dure dès qu’elle sèche, elle peut s’avérer difficile à travailler et lente à réchauffer. Vous favoriserez le drainage et apporterez de la légèreté en incorporant sable et/ou fumier.

 

À l’opposé les terres sableuses sont assez pauvres en nutriments car très perméables (elles laissent l’eau s’écouler sans la retenir). Mais elle profite vite de la chaleur printanière et est très facile à travailler. Vous apporterez du compost ou du fumier pour l’aspect nutritif et fournirez des arrosages plus fréquents pour pallier le dessèchement.

 

Enfin, les terres limoneuses seront les plus équilibrées. Très fertiles, elles sont en plus faciles à travailler. Seule la croûte qui se forme par temps de pluie sera à casser régulièrement ou à prévenir avec un paillis.

Envie d’en savoir plus ? Découvrez nos articles sur comment améliorer la fertilité de votre sol et comment amender la terre de manière naturelle.

Dessiner votre projet

Vous connaissez les caractéristiques de votre terrain et l’emplacement disponible pour l’installation de votre potager.

Vous abordez à présent l’une des étapes les plus passionnantes, cet instant précis où vous écrivez votre projet, posez sur le papier votre paysage potager de demain.

Il est ici question de déterminer les légumes que vous souhaitez cultiver, les volumes de récoltes espérées et le type de potager que vous allez mettre en place.

 

Les légumes

 

Pour vous lancer, choisissez la simplicité,

des légumes faciles à cultiver et que vous et les vôtres aimez consommer.

Essayez d’évaluer la consommation familiale et d’ajuster semis et plantations en fonction.

Choisissez des légumes communs et généralement populaires.

Des salades qui poussent vite et presque tout au long de l’année. Des courgettes, ultra-productives, qui n’en finiront plus de vous régaler tout l’été. Des radis et des carottes, de toutes sortes, sur plusieurs mois.

Des fraises bien sûr pour la gourmandise.

Des aromatiques, inratables, qui parfumeront toutes vos petits plats.

Des tomates, bien sûr, délicieusement incontournables. Des haricots et quelques légumes-feuilles comme l’épinard.

Vous réhabiliterez des légumes anciens comme le panais ou le topinambour. Et vous laisserez tenter par un rang (ou plus) de pommes de terre.

 

Si vous aimez les soupes gourmandes, prévoyez la fève, les pois, les poireaux et quelques généreuses courges d’automne.

 

Demain, peut-être installerez-vous un petit verger… en attendant, pourquoi ne pas tenter de petits fruits rouges, un framboisier ou un myrtillier par exemple.

Envie d’en savoir plus sur les familles de légumes ? Découvrez nos sélections des incontournables au potager : 4 légumes racines, les 8 légumes fruits, les 6 légumes verts ou encore ces 10 légumes qui poussent vite !

 

Découvrez nos articles sur la culture de la tomate, de la pomme de terre, de la courgette, du radis, de la carotte, de la salade, de la fève ou du poireau et bien d’autres plantes potagères encore…

Le type de potager

 

Votre choix dépendra à la fois des contraintes du terrain, des volumes à cultiver, des légumes choisis mais également de vos goûts esthétiques.

 

Vous avez de l’espace à disposition, une terre arable – fertile et qui peut facilement être cultivée – vous avez une bonne forme physique et aimez les méthodes traditionnelles et simples.

Tournez-vous vers un potager en lignes. Vous y cultiverez vos légumes en rang et pourraient dans une même ligne ou dans des rangs côte à côte associer des espèces qui auront les mêmes exigences ou qui bénéficieront l’une à l’autre.

 

Découvrez notre article sur les bonnes associations de légumes au potager si vous avez envie d’en savoir plus.

Vous avez peu de place, une terre peu fertile qui nécessitera un fort apport de terre supplémentaire, de terreau et autres amendements.

Vous recherchez un peu de confort et l’optique de jardiner en surélevé vous séduit.

Vous rêvez d’un potager ultra-esthétique, de jolies bordures en bois, de petites cultures très diversifiées… le potager en carrés est fait pour vous.

 

Son principe est simple : composez des carrés de culture, à même le sol ou surélevés – généralement de 1.20 m de côté et divisés eux-mêmes en 9 ou 16 petits carrés à cultiver.

Vous pouvez fabriquer ces modules vous-même ou acheter dans votre jardinerie des carrés potagers prêts à installer.

 

Vous pouvez bien sûr imaginer un potager “hybride” qui reprendra les deux méthodes de culture selon les variétés de légumes.

Vous n’avez qu’un balcon ? Pas de problème ! Il est tout à fait possible de créer un potager sur un balcon !

Vous pourrez également réfléchir à des méthodes plus alternatives mais qui tendent à se développer de plus en plus. À titre d’exemple, nous vous disons comment cultiver sur des bottes de paille. Nous vous parlons aussi des principes de la permaculture que vous pourrez appliquer à votre projet dans notre article Mon jardin en permaculture : démarrage en 5 étapes. Enfin, nous avons réalisé pour vous une sélection de livres sur la thématique du potager.

Une fois vos décisions prises en matières de légumes et de mode de culture, prenez le temps de faire un plan de votre futur potager, d’établir un calendrier de semis et de plantation et une liste des graines, plants et matériels à acheter.

Préparer le terrain

Le plan de votre premier potager tracé, le moment est venu de préparer son installation. Votre objectif : être prêt(e) pour le printemps, la période la plus active en matière de semis et de plantations.

Envie d’en savoir plus, découvrez notre article Comment préparer son potager au printemps ?

 

Dans le cas d’un potager en lignes

L’emplacement choisi est certainement enherbée, vous devez donc commencer par désherber.
Si vous démarrez votre préparation en automne, désherbez la parcelle sans effort et naturellement en recouvrant les parcelles durant plusieurs mois. L’absence de lumière provoquera la mort des herbes et adventices tout en enrichissant le sol. Vous pouvez utiliser des bâches ou du carton. Mieux encore, des feuilles mortes ou de la paille en couche épaisse qui, en plus d’étouffer les végétaux indésirables, se décomposeront et apporteront de la matière organique à votre sol. Ceci aura pour effet non seulement d’enrichir la terre mais également de l’ameublir un peu, de l’alléger.

S’en suivra, le printemps venu, le travail du sol en vue des premiers semis et des premières plantations.

Puis viendra le moment de retourner le sol, préparer les parcelles et amender, nourrir la terre.

Ici plusieurs méthodes sont possibles. Pour une mise en place sur une terre en friche, un travail en profondeur à la houe ou à la bêche est envisageable mais vous pouvez choisir une intervention  plus modérée, plus en surface à la grelinette ou au bioculteur une méthode considérée comme plus respectueuse des sols. Puis vient l’étape du griffage qui permet de casser les mottes restantes, aérer un peu plus et niveler les surfaces.

 

Enfin, dernière étape, nourrir la terre, la fertiliser. Déposez un compost bien mûr, vos légumes les plus gourmands apprécieront. Une quinzaine de jours avant les premières plantations, mélangez à la terre en surface à la griffe.

 

Envie d’en savoir plus ? Découvrez notre article Comment bien préparer la terre pour le potager ?

Dans le cas d’un potager en carré

 

Si vous procédez à ras le sol, la préparation du sol pour un carré potager sera globalement similaire.

Si vous installez des carrés surélevés, l’espace utilisé devra être nettoyé en amont mais le travail des surfaces ne sera pas nécessaire ou dans tous les cas moins élaboré. Vous viendrez en réalité installer vos carrés et les remplir d’un terreau spécial pour carré potager.

 

Envie d’en savoir plus ? Découvrez notre article Créer son carré potager !

 

Quel que soit le type de potager que vous aurez choisi de créer, n’oubliez pas de vous faciliter la vie en prévoyant des accès faciles ; tenez les abords propres en créant de belles allées, en installant un paillage pour éviter un désherbage trop fréquent, des pas japonais, des pavés ou encore des planches en bois si le sol est facilement détrempé.

Obtenez également un coup de main de la nature elle-même en encourageant la présence d’auxiliaires, aides précieuses dans la lutte écologique contre certaines maladies et parasites. Introduisez des coccinelles et des chrysopes.

 

Ne videz pas votre jardin de ses “mauvaises herbes”, un coin d’orties par exemple détournera les chenilles de vos salades et vous offrira la matière première pour votre purin. Idem ne pensez pas un potager sans fleurs, ce sont elles qui attirent les précieux pollinisateurs, indispensables pour avoir fruits et légumes ; plantez des fleurs aussi décoratives qu’utiles comme l’œillet d’Inde, le souci ou la capucine.

 

Tenez un petit cahier où vous pourrez noter votre calendrier de semis et de plantations, vos impressions, vos difficultés – comme par exemple les légumes qui ont tout de suite été attaqués par un parasite ou un nuisible – et vos grandes réussites. Un souvenir d’une belle expérience et un mémo pour vos projets futurs !

Notre sélection

Potager de Jardin avec feutre Mélèze brut L.100 x l.100 x H.40 cm

Robin Hood®

58,95 €

Je démarre mon potager bio

Editions Terre Vivante

12,00 €

Guide Pratique Du Potager En Carres

Ulmer

20,20 €

Un Petit Potager Productif

Ulmer

16,90 €

Simplissime “Le livre du potager le + facile du monde”

24,95 €

Créer un jardin aromatique sur son balcon

Lire la suite

Rond, carré, surélevé : dessinez le potager qui vous plaît !

Lire la suite