Concombre : variétés, semis et culture

Concombre : variétés, semis et culture

Son croquant et sa fraîcheur en font un des indispensables de l’été. La culture du concombre au potager ou en pot sur le balcon permet de le récolter jeune au top de ses qualités gustatives et nutritionnelles.

Principales variétés de concombre et caractéristiques

De la famille des Cucurbitacées (comme les courgettes et les potirons), le concombre (Cucumis sativus) est un légume fruit annuel. D’origine asiatique, il est cultivé dans notre pays comme plante potagère depuis le XVIIe siècle.

 

De croissance rapide, cette plante grimpante lance jusqu’à 1 m ses longues tiges velues qui s’accrochent à leur support à l’aide de vrilles.

 

Couvertes de feuilles rugueuses, elles produisent tout l’été des fleurs jaunes unisexuées, tantôt mâles, tantôt femelles. Une fois fécondées, elles donnent des fruits longs, arrondis, lisses ou épineux, vert foncé, vert clair, blancs ou jaunes… selon la variété de concombre choisie. Ce sont ces fruits qui se consomment comme des légumes !

Concombre ‘Le généreux’ : variété ancienne, mi-hâtive, productive aux fruits cylindriques demi-longs à saveur douve.

Concombre ‘Long anglais’ : variété de concombre ancienne, productive aux fruits demi-longs fermes et épineux. Très savoureux.

Concombre ‘Palermo F1’ : variété vigoureuse et bien résistante aux maladies. Longs fruits (30 à 35 cm) lisses vert foncé.

Concombre ‘Vert long maraîcher’ : variété vigoureuse réputée pour son croquant et son absence d’amertume.

 

Le saviez-vous ? Le concombre et le cornichon sont de la même espèce (Cucumis sativus). Chez le cornichon, la sélection variétale a permis d’obtenir des fruits qui restent petits à maturité.

Utilisation et bienfaits du concombre

En cuisine, le concombre s’utilise essentiellement cru en salade, en soupe froide ou en smoothie. Certains le font dégorger au sel avant utilisation pour lui faire rendre l’eau et l’amertume. Mais la majorité des concombres récoltés jeunes ne sont pas amers. De même, ne le pelez pas. Vos concombres « maison » sont exempts de pesticides et leur peau participe au croquant et aux saveurs. Vous pouvez le cuire rapidement (2 à 3 min) à la poêle ou à la vapeur et le marier avec de la volaille, du poisson, des crustacés.

 

Le concombre est un légume qui nous veut du bien. Il est prisé de ceux qui surveillent leur ligne, car il est riche en eau, en fibres et peu calorique. Conservez sa peau, car elle offre des propriétés antioxydantes.

Réjouissez-vous si sa saveur est un peu amère, car la molécule qui en est responsable, la cucurbitacine est un anti-inflammatoire naturel.

Conseil Jardiland : le concombre se prête bien à la congélation. Pour éviter qu’en les décongelant, ils ne rendent toute leur eau, faites les dégorger avec du sel, avant la mise au congélateur.

Quand et comment semer ou planter le concombre ?

Semez les graines de concombre directement en place quand le sol est bien réchauffé, d’avril à juin selon le climat. Espacez les graines de 60 cm et enfoncez-le sous 2 cm de terre.

 

Vous pouvez semer un peu plus tôt, à partir de mars, à l’abri (T° entre 16 et 25 °C) en godet rempli de terreau de semis. Vous repiquerez les plants semés ou achetés quand le risque de gel sera écarté.

Comment réussir la culture du concombre ?

Le concombre se plaît à situation chaude et ensoleillée. Il apprécie les sols fertiles, humifères et ameublis en profondeur.

Arrosez-le régulièrement, car il déteste manquer d’eau et devient dur et amer en cas de sécheresse. Évitez de mouiller le feuillage pour limiter les maladies.

 

Tous les 15 jours, arrosez avec un engrais spécial légumes du potager ou du purin d’ortie, si votre sol est pauvre ou que vous le cultivez en pot.

 

Paillez avec de la paille ou un autre paillis organique pour limiter la fréquence des arrosages et augmenter la chaleur au niveau des racines.

 

Palissez régulièrement sur le support choisi ( grillage, fil de fer, tuteurs…) au fil de la croissance. Une végétation qui court sur le sol est plus sensible aux maladies (oïdium).

Inutile de tailler.

Comment lutter contre les maladies du concombre ?

Sous abri et en atmosphère trop sèche, les plants peuvent abriter des aleurodes, des petites mouches blanches dont les larves font jaunir et sécher les feuilles du concombre. Augmentez l’hygrométrie ou plantez les concombres à l’extérieur.

 

En été, la chaleur favorise l’apparition de maladies sur le concombre comme l’oïdium et le mildiou. Arrosez régulièrement pour rafraîchir l’atmosphère en évitant de mouiller le feuillage.

Tomate : plantation, culture et taille

Lire la suite

Créer un potager sur un balcon

Lire la suite

Quelles sont les bonnes associations de légumes au potager ?

Lire la suite