Bignone : plantation, entretien et taille

Bignone : plantation, entretien et taille

Fleurs en trompette et couleurs caliente, la pétulante bignone – ou jasmin de Virginie – confère à nos jardins une atmosphère exotique réjouissante. Mais ne faites pas vos valises tout de suite… Et découvrez plutôt comment bichonner votre bignone !

Présentation de la bignone

La bignone (Campsis) est une grimpante de la famille des bignoniacées, originaire du continent américain pour Campsis radicans ou de Chine pour l’espèce grandiflora. Elle présente un feuillage caduc composé de folioles dentelées d’un vert franc. En été, l’extrémité de ses pousses secondaires se pare de bouquets de fleurs en forme de trompette jaune, rouge ou orange. À l’automne, une fructification de gousses brunes apparaît sur les branches.

Rustique, cette grimpante peut résister à des températures descendant allègrement sous zéro (-15 °C).

La bignone est d’une vigueur peu commune. Les crampons de Campsis radicans et les vrilles de Campsis grandiflora leur permettent de s’accrocher fermement à tout support vertical (treillage, pergola, clôtures…). À terme, la bignone peut atteindre une dizaine de mètres de haut et s’étendre sur six mètres. Cette caractéristique la rend indispensable pour couvrir un mur un peu disgracieux ou en invitation fleurie autour d’un portillon.

Espèces et variétés de bignone

Vous trouverez 3 espèces principales de bignone (Campsis) : Campsis grandiflora ou bignone de Chine, Campsis radicans ou jasmin de Virginie, et enfin Campsis tagliabuana, un croisement de ces deux dernières :

– La bignone de Chine s’orne de fleurs à larges corolles orange-rouge et grimpera aux supports grâce à des vrilles. Elle est généralement un peu moins rustique que sa consœur américaine.

– L’espèce radicans, au feuillage joliment découpé, bénéficie d’une floraison orange franc. Ne négligez pas non plus la palette de ses variétés, telle que ‘Flava’ d’un beau jaune soleil ou ‘Atropurpurea’ couleur orange sanguine.

– L’espèce tagliabuana n’a de complexe que son nom : en réalité, il s’agit d’une bignone facile à vivre, dont la variété ‘Mme Galen’ est un vrai best-seller au jardin.

Enfin, les détenteurs de balcon pourront adopter sans souci la variété ‘Indian Summer®’: sa compacité la rendant idéale pour une plantation en bac.

Le saviez-vous ? Le nom vulgaire bignone recouvre aussi d’autres genres, Tecoma, Doxantha ou encore Bignonia. Parmi celles-ci, les jardiniers gourmands se tourneront vers la bignone à vrilles (Bignonia capreolata), qui a la particularité d’embaumer le café.

Plantation de la bignone

La bignone exige d’avoir les pieds au frais et la tête au soleil. En outre, elle s’épanouit mieux dans un sol riche. Si enfin, vous lui trouvez un endroit abrité des vents, vous avez l’emplacement idéal pour votre belle grimpante !

Pour l’accueillir, plantez au printemps un beau sujet greffé que vous bassinerez au préalable une dizaine de minutes. Réservez-lui un trou de plantation d’une quarantaine de centimètres de profondeur. Déposez une couche drainante (sable, graviers) au fond. Disposez ensuite votre bignone en l’orientant vers votre support. Rebouchez et tassez, puis ne lésinez pas sur l’arrosage après rebouchage. Prévoyez un arrosoir complet a minima.

La plantation en pot s’effectuera également au printemps, dans un contenant parfaitement drainé (prévoyez une belle couche de gravier ou de billes d’argile). L’été, protégez votre plant d’une tuile.

Entretien et taille de la bignone

Endiguer la vitalité de cette grimpante, voici le challenge du jardinier ! Pour cela, vous taillerez votre bignone avant la floraison, c’est à dire à la sortie de l’hiver (mars). Dans un premier temps, ôtez les extrémités grillées par le froid. Ensuite, taillez drastiquement les pousses ayant fleuri l’année précédente pour favoriser la floraison à venir en encourageant les futures nouvelles pousses qui porteront les fleurs. Conservez une repousse au pied pour éviter le dégarnissement de la base.

La bignone peut aussi être conduite en arbre. Dans ce cas, opérez une taille de formation : choisissez une tige maîtresse qui servira de tronc, et ôtez les branches adjacentes.

Le frais étant l’ami de la bignone, veillez à pailler le pied de votre grimpante en pleine terre ou en bac, pour retenir l’humidité en été. Procédez de même en hiver, cette fois-ci pour protéger votre plante du froid.

Astuce Jardiland: vous pouvez aisément multiplier votre bignone en marcottant une tige au printemps. Pour cela, sélectionnez une pousse inférieure et dotée d’un crampon et couchez-la au sol. Recouvrez-la de terre et attendez que l’enracinement soit suffisant pour repiquer.

Maladies et parasites de la bignone

La bignone jouit d’une belle résistance aux maladies et est dédaignée par la plupart des parasites. Si néanmoins, l’oïdium s’invite sur le feuillage de votre grimpante, ôtez les feuilles les plus atteintes.

Un douchage des feuilles s’imposera en cas d’invasion inopinée de pucerons ou de cochenilles.

Pêcher : plantation, entretien et taille

Lire la suite

Actinidia (kiwi) : plantation, culture et taille

Lire la suite

Daphné : plantation, culture et taille

Lire la suite