Comment bien choisir sa poule pondeuse ?

Comment bien choisir et élever sa poule pondeuse ?

Il existe une multitude de races de poules. Parmi celles-ci, certaines seront principalement destinées à l’ornement, et d’autres seront choisies pour leur capacité à pondre régulièrement des œufs frais qui vont régaler toute la famille. Mais, même au sein des races de poules pondeuses, il existe des différences qu’il est important de connaître avant de faire son choix ! En tout état de cause, il est indéniable qu’avoir des poules pondeuses dans son jardin est un excellent moyen de joindre l’utile à l’agréable.

À savoir sur les poules pondeuses

Selon son espèce (il en existe une cinquantaine en France), une poule pondeuse peut produire de 150 à 300 œufs par an. Plus les températures sont clémentes, et plus le soleil est présent, plus prolifiques seront les poules. Cela implique qu’en hiver le rythme de ponte aura tendance à diminuer.

 

Une poule commence à pondre vers l’âge de 6 mois. Certaines races plus précoces débutent à 4 mois. Le rendement en œufs commencera à diminuer vers ses 3 ans pour finalement s’arrêter vers l’âge de 8 ans. Dotée d’une espérance de vie de 10 ans, elle aura bien mérité une retraite paisible dans votre jardin ! D’autant qu’il n’est pas rare de créer une certaine complicité avec ses poules, les assignant avec affection au rang d’animaux de compagnie.

 

Pour débuter un élevage de poules pondeuses, 2 spécimens sont suffisants et satisferont les besoins en œufs d’une famille de 4 à 5 personnes.

Quelles races de poules pondeuses choisir ?

La race de poule pondeuse que vous allez choisir va directement influencer le rendement de votre production d’œufs frais. Voici une liste non exhaustive des races de poules comptant parmi les meilleures pondeuses. Mais d’autres existent et peuvent être choisies pour l’esthétique de leur plumage ou leur sociabilité.

 

La poule rousse (poule fermière)

La poule rousse est la plus connue de nos poules en France et se trouve être l’une des meilleures poules pondeuses du marché.

Elle se dote aussi d’un très bon caractère qui génère immédiatement de l’affectif. La poule rousse peut sans problème vous reconnaître et venir vers vous quand vous sortez dans le jardin.

Particulièrement rustique, elle sait s’adapter à tous les climats et possède une belle espérance de vie.

La Harco

Son plumage noir et son coup brun sont caractéristiques de la Harco. Pondant des œufs blancs, elle peut produire sans problème un œuf par jour tant que les températures sont douces.

 

La Géline de Touraine

Cette poule, au plumage entièrement noir, pond des œufs de gros calibre. Elle fait partie de celles qui continuent à pondre même en hiver.

La Sussex

Originaire d’Angleterre, cette poule blanche, bien que de grande taille, est un peu craintive. D’un naturel calme, elle est une excellente pondeuse qui s’avère être aussi une bonne couveuse.

 

La Vorwek

Comme la poule rousse, la Vorwek est sociable. Elle peut cohabiter avec d’autres races et pond à un bon rythme. De plus, elle est jolie et originale par son coloris.

 

La Gournay

Son plumage blanc et noir rappelle immédiatement les basses cours d’autrefois. La Gournay a failli disparaître, mais sa race a été sauvée par des passionnés. Pour notre plus grand bonheur, car cette poule normande est résistante et bonne pondeuse.

 

Conseil Jardiland : ne prenez jamais une poule seule. Cet animal à l’instinct grégaire aura vite fait de déprimer, de ne plus pondre, et même de se laisser mourir.

Comment élever des poules pondeuses dans son jardin ?

Avoir des poules dans son jardin ne réclame pas de compétences particulières, ni même de posséder un très grand espace extérieur. Il faut bien évidemment se doter d’un poulailler bien pensé et suffisamment spacieux pour que les poules y évoluent à leur aise.

 

Le poulailler se compose d’un abri fermé qui comporte un pondoir par poule. Chaque pondoir doit comporter une trappe extérieure afin de prendre facilement les œufs et de ne pas forcément déranger les animaux.

La deuxième partie du poulailler est l’enclos grillagé, indispensable pour que les poules mangent et se dégourdissent les pattes. Il comporte également le distributeur de graines ainsi que les abreuvoirs.

Il est vivement conseillé de créer une fondation béton sous les parois du poulailler des poules pondeuses afin d’éviter l’intrusion de renards ou de fouines qui sont d’excellents creuseurs.

L’enclos extérieur du poulailler doit offrir de 1 à 2 m² d’espace vital par poule. Mais même avec cette configuration optimale, octroyez une balade quotidienne à vos poules dans le jardin. Elles ne sont pas destructrices, et seront bien plus heureuses (ce qui aura un effet direct sur la quantité et la qualité de vos œufs).

 

Conseil Jardiland : mieux vaut un poulailler trop grand que trop petit ! Le manque d’espace peut générer chez les poules des bagarres parfois violentes, et surtout l’apparition de parasites qui peuvent décimer tous vos individus.

Quelle alimentation pour les poules pondeuses ?

L’alimentation des poules pondeuses est un point sur lequel il faut rester particulièrement vigilant si l’on souhaite maintenir une production optimale d’œufs.

 

Une poule mange environ 150 g de nourriture par jour (en plus des insectes qu’elle attrape elle-même). Privilégiez une distribution en fin d’après-midi ou le soir, à heure fixe.

 

La nourriture doit être variée et se composer aux deux tiers de céréales et à un tiers de protéines.

Les céréales sont représentées par le maïs, les pois, le tournesol, le colza ou encore l’avoine. Les protéines seront le plus souvent issues des légumes et épluchures que vous leur distribuez en plus.

 

Si vous avez des doutes, des mélanges alimentaires déjà prêts et très performants sont disponibles en animalerie.

Quant à la nourriture du poussin, elle devra se faire 2 à 3 fois par jour avec une alimentation spécial poussins (type semoulette), pratique et parfaitement équilibré pour répondre aux besoins de ces jeunes animaux. À partir d’une dizaine de jours, commencez à donner une alimentation au poussin hachée de moins en moins fine. Au bout d’un mois, vous pourrez offrir à vos poussins la même nourriture que celle de vos autres poules.

 

Conseil Jardiland : évidemment, si vous souhaitez des œufs bio, il vous faudra donner à vos poules des aliments bio !

Et le coq ?

Vous n’aurez besoin d’un coq que si vous souhaitez obtenir des poussins. En effet, le coq va féconder les œufs à l’intérieur desquels les poussins vont se développer. Le recours à une poule couveuse (car toutes les pondeuses ne sont pas forcément de bonnes couveuses) peut aussi s’avérer indispensable dans ce cas.

 

Si l’objectif de votre élevage de poules est uniquement d’obtenir des œufs frais pour votre consommation, alors nul besoin de coq dans votre poulailler !

Accueillir des poules dans son jardin

Lire la suite